LES BLOGUES

Un nouvel acteur en politique québécoise qui bousculera Québec solidaire

07/02/2014 12:37 EST | Actualisé 08/04/2014 05:12 EDT

Ceux qui s'intéressent de près ou de loin à la politique québécoise ne l'ont pas tous remarqué, mais un événement s'est produit discrètement en janvier et il risque bien de changer un peu la donne électorale pour les quatre principaux partis à l'Assemblée nationale.

Sans tambours, ni trompettes, un nouveau parti politique, le NPD-Québec, a reçu son accréditation du directeur général des élections du Québec. Les plus vieux se souviendront que ce n'est pas la première incarnation de ce parti au Québec; j'ai moi-même été militant et candidat de ce parti en 1994, alors jeune cégépien. Je raconte cette drôle d'aventure ici... Je me souviens encore de la conférence de presse au cégep de Gatineau pour lancer notre campagne électorale: Paul Rose was in tha house! J'ai aussi expliqué longuement la nature des conflits internes (nommément la question nationale) qui ont miné ce parti et qui ont conduit, par différents détours, à la formation de Québec solidaire.

De 1994 à aujourd'hui, beaucoup de choses ont changé dans la politique québécoise, notamment cette «vague orange» qui a presque mené à la disparition du Bloc québécois lors des dernières élections fédérales. Il est encore trop tôt pour affirmer que les racines du NPD sont profondes au Québec - en fait, nous savons qu'elles ne le sont pas -, mais une chose est certaine: le moment était propice au relancement de ce parti sur la scène provinciale, car jamais le NPD n'a-t-il eu autant de visibilité au Québec.

style="float: Il y a déjà passablement d'acteurs parmi les partis politiques existants; avait-on vraiment besoin d'un autre parti politique? La réalité, c'est qu'il y avait encore de la place dans un segment très précis de l'électorat au Québec: les fédéralistes de gauche. Et c'est précisément le créneau qu'entend investir le NPD-Québec.

Le grand perdant de cette opération sera indiscutablement Québec solidaire. Le positionnement faible sur la question nationale aura fini par couler ce parti pourtant issu de cette même problématique. Toute est dans toute. Je l'ai souvent écrit, l'ambiguïté nationale des solidaires était un gage d'échec. Comment rassembler qui que ce soit quand un co-chef du parti affirme «l'indépendance si nécessaire, mais pas nécessairement l'indépendance»? Et nous n'entrerons pas ici plus avant les contradictions inhérentes à la position multiculturaliste d'une partie des solidaires sur le projet de loi 60...

Crédible, le NPD-Québec?

Ce qui devrait inquiéter les solidaires, c'est que la nouvelle mouture du NPD-Québec semble bien être télescopée directement du grand frère d'Ottawa, si l'on se fie aux noms associés au parti dans la Belle Province. Son chef, selon l'autorisation accordée par le DGEQ le 30 janvier 2014, est Pierre Ducasse.

Pierre Ducasse milite au NPD depuis la fin des années 80 et il a été candidat pour le NPD au fédéral à de nombreuses reprises, en plus d'être un proche de Jack Layton. On lui attribue la rédaction de la fameuse «Déclaration de Sherbrooke», document adopté par le parti fédéral en 2006 qui a considérablement renouvelé la position du NPD sur le Québec et le fédéralisme asymétrique. M. Ducasse a été candidat à la chefferie du NPD fédéral en 2003 et, suite à l'élection de Jack Layton, il est devenu son lieutenant politique au Québec. On l'avait dit intéressé par la chefferie en 2011, mais il a finalement passé son tour. Pierre Ducasse est une voix crédible et il connaît très bien les subtilités du paysage électoral du Québec. Il ne fait aucun doute que cet homme peut construire un parti de gauche fédéraliste très crédible au Québec.

Le NPD-Québec réussira-t-il à faire élire un député lors de la prochaine élection? Voilà qui relèverait de l'exploit et qui risque de ne pas arriver. Mais ce politicien habile et éloquent pourrait très bien soutirer, grappiller des pourcentages de vote précieux à Québec solidaire et, dans une moindre mesure aux libéraux plus à gauche dans le West Island de Montréal, où l'ancienne mouture du NPD-Québec était assez populaire.

Surtout, comptez sur ce politicien pour rappeler la contradiction de Québec solidaire sur la question nationale. Assurément, Khadir et David devront préciser leur pensée au-delà du «si nécessaire». Et si QS décidait de militer résolument et sans détour pour l'indépendance nationale, cela bousculerait ensuite Option nationale et le PQ...

Bref, l'arrivée discrète de ce nouvel acteur en politique québécoise ne laisse pas indifférent.

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Les billets de blogue les plus lus sur le HuffPost

Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.



Comment connecter son compte HuffPost à Facebook pour pouvoir commenter?