LES BLOGUES

Charlie Hebdo: ils se réclameront de toi...

07/01/2016 12:07 EST | Actualisé 06/01/2017 05:12 EST

«Même l'époque accablée est digne de respect, car elle est l'œuvre, non des hommes, mais de l'humanité, donc de la nature créatrice, qui peut être dure, mais n'est jamais absurde. Si l'époque que nous vivons est dure, nous avons d'autant plus le devoir de l'aimer, de la pénétrer de notre amour, jusqu'à ce que nous ayons déplacé les lourdes masses de matière dissimulant la lumière qui luit de l'autre côté...»

Walter Rathenau, assassiné en 1922-victime de l'antisémitisme allemand

Déjà un an. Un an depuis que le sang a coulé là où l'encre se réclamait de la plus souveraine liberté. Là où la subversion dissipait, souvent, les lourdes masses de nuages de notre époque pour laisser passer un peu de lumière... On pouvait bien ne pas être d'accord, mais on saluait l'audace.

L'essentielle audace. Et la liberté de dire, de dénoncer, de se moquer, de railler les tenants de l'obscurantisme, de la barbarie, du silence.

Le sang a coulé. Certains y ont laissé la peau. Mais l'audace a ceci de précieux... elle fait tache d'encre. Elle est contagieuse.

Charlie Hebdo n'est pas mort.

Les barbares voudront frapper encore -ils l'ont fait- mais les balles ne viendront jamais à bout de l'esprit de liberté qui anime les artisans de Charlie Hebdo.

Partout, dans le monde, des gens ont pris la plume, le clavier, partout dans le monde, suite à l'innommable du 7 janvier 2015, dans un élan de solidarité, de résistance, de contestation de cet obscurantisme débilisant, des gens ont usé de créativité pour prendre le relais de ceux qui étaient tombés sous les balles, et des autres, traumatisés, ébranlés, mais encore debout.

Si nous devons quelque chose aux créateurs de Charlie Hebdo, ceux d'hier, et ceux d'aujourd'hui, c'est de tout faire, en toutes circonstances, pour défendre la liberté d'expression.

Chaque jour. Constamment.

Car nous vivons une époque où les ignares de l'obscurantisme s'attaquent sans relâche à l'un des fondements du monde démocratique -cette hérésie- la liberté d'expression.

Car sans cette liberté de parole, de dire, de moquer, de contester, nous ne somme plus rien. Nous sommes condamnés à la servitude.

Pour honorer la mémoire de ceux qui, il y a un an déjà, sont tombés -et de ceux qui restent-, il nous incombe de nous battre pour ce droit fondamental de dire.

Le plus important poète contre-culturel du Québec, Denis Vanier, écrivait dans Lesbiennes d'acid, à la manière d'une revendication qui traversera les époques, «La vulgarité pour sa pureté et sa bonne odeur»... Il y a là connivence entre ces esprits de génie qui investissent, par tous les possibles, la parole, l'image, le sens et les contresens...

Et aujourd'hui ils seront légion à se réclamer de l'héritage de Charlie Hebdo. #JeSuisCharlie par-ci... Par-là. Parmi eux des fossoyeurs de la liberté d'expression.

Ils se réclameront de toi, Charlie Hebdo.

Personnellement, je leur adresserai un doigt d'honneur bien senti. Ô je n'ai pas ton génie Charlie Hebdo. Ne me reste que ma plume bête. Mais je ferai ma part.

Quand ceux qui, chez nous, se saisissent de notre Assemblée nationale pour contraindre la liberté d'expression -oui ce liberticide projet de loi 59, plus près de ceux qui manient les kalachnikovs que de ceux qui courageusement tiennent la plume- quand ces fossoyeurs de ton héritage se réclameront du #JeSuisCharlie, sache que je serai là pour les dénoncer.

C'est le mieux que je peux faire.

N'est pas donné à tout le monde d'être Charlie Hebdo.

Solidairement.

HOMMAGE SUR LES BLOGUES À CHARLIE HEBDO

- Ce sont eux qui étaient Charlie! - Évelyne Abitbol

- Je suis Charlie aujourd'hui - Savignac

- L'habitude... - Michel Héroux

- Célébrons la victoire de Charlie Hebdo et la liberté d'expression - Jacques Legare

- Où est Charlie? - Yanick Barrette

- Commémorer Charlie, pour le meilleur ou pour le pire? - Nathalie Goulet

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Je suis Charlie

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter