LES BLOGUES

Ce n'est qu'un au revoir

06/11/2014 11:12 EST | Actualisé 06/01/2015 05:12 EST

Je m'étais dit «un an». Ça en fera bientôt deux que, semaine après semaine, j'écris entre 450 et 600 mots sur divers sujets.

Mais voilà. Avec cinq livres à paraitre en 2015, je n'ai plus le temps. Mes mardis matins doivent me servir à écrire mes livres. C'est qu'ils sont ma priorité. Et si quelque chose entre en conflit de temps avec ma priorité, je dois l'écarter. Moi qui pensais, depuis toujours, arriver à tout faire en même temps.

Puis, mardi passé, en congé de rédaction pour le Huffington Post, j'ai présenté ma conférence TED Talk à Québec, en plus d'assister au sept autres représentations. Mon collègue Yan Muckle a dit quelque chose qui m'a marquée : « Lorsqu'on est surchargé d'informations, on n'est plus en mode CRÉATION mais en mode RÉACTION ».

Et pour ma RÉDACTION, je ne peux être en RÉACTION. Je dois pouvoir prendre du recul, avec le temps de réfléchir, de voir les personnages prendre forme, leur laisser le temps de me parler, de me guider vers où ils veulent aller. De les laisser vivre, s'épanouir, exister.

De plus, j'ai l'énorme privilège d'avoir reçu la confiance d'un merveilleux magazine pour la rédaction d'un premier article - rémunéré. Et, je croise les doigts, j'espère qu'ils auront envie de collaborer de nouveau avec moi.

Est-ce que je suis une « fausse » auteure et psychoéducatrice, avide d'argent? Non. Mais la plupart de mes projets médias, qu'ils soient écrits, radiophoniques ou télévisuels, ne sont pas rémunérés. Et j'en fais plusieurs. Et comme vous, je dois vivre, payer mes comptes, mes impôts, mes taxes.

Alors, oui, je priorise désormais les projets qui me permettent de faire tout cela - à condition qu'ils me plaisent et m'interpellent, ça c'est sûr!

Ou encore, je priorise les projets non rémunérés qui me prennent moins de temps et d'énergie, afin de prioriser la rédaction de mes livres. Ma priorité.

Afin d'agir en cohérence avec mes rêves et aspirations professionnelles, je tire donc ma révérence, un brin de nostalgie dans le clavier, tout de même.

Merci à toute l'équipe du Huffington Post de m'avoir fait confiance pendant deux ans et de m'avoir donné ma première chance. Merci à Myreille Simard pour l'opportunité exceptionnelle d'écrire, semaine après semaine, dans la section «Art de vivre». Et surtout, merci à vous, chers lecteurs, pour vos réflexions et nos échanges.