LES BLOGUES

Cours d'éducation financière en secondaire 5: Bravo!

24/12/2016 07:53 EST | Actualisé 24/12/2016 07:53 EST

Depuis des années, la Fédération des chambres de commerce du Québec, à l'instar de plusieurs intervenants du monde des affaires, revendique le retour d'un cours obligatoire d'éducation financière et économique pour les élèves du Québec. Nous saluons donc la décision du ministre de l'Éducation, du Loisir et du Sport, Sébastien Proulx, d'instaurer un cours obligatoire d'éducation financière à l'intention de tous les élèves de Secondaire 5.

Rappelons que le ministère de l'Éducation avait implanté un cours d'éducation économique en 1982, cours qui fut aboli en 2009 dans la foulée d'une énième réforme du système éducatif québécois.

Bien que l'école ne soit pas l'unique lieu de préparation des jeunes à devenir des citoyens engagés et responsables, et bien qu'il soit une responsabilité des parents de contribuer à l'éducation économique de leurs enfants, nous croyons que c'est par le biais de notre système d'éducation, dans le cadre formel du cursus scolaire, que cette formation doit aussi être dispensée.

Les finances personnelles et l'économie font partie des réalités incontournables avec lesquelles les jeunes devront composer tout au long de leur vie. Il est donc essentiel qu'ils apprennent de manière rigoureuse les fondements de l'éducation financière : consommation, crédit, taux d'intérêt, dette, capital, épargne, assurance, hypothèque...

Il en va de même pour l'économie d'une société : loi de l'offre et de la demande, richesse collective (PIB), croissance économique, productivité, impôts et taxes, distribution de la richesse, finances et dettes publiques.

Ce sont des concepts qui doivent être enseignés, car il est essentiel de donner aux jeunes des notions de base, des repères, des faits incontestables, qui leur permettront ultérieurement de forger leur propre opinion et d'avoir une meilleure compréhension du fonctionnement de notre société.

Cette décision du ministre s'inscrit dans un contexte où les Canadiens et les Québécois n'épargnent pas suffisamment et que leur taux d'endettement augmente plus rapidement que leur propre enrichissement. En 2016, les ménages canadiens détiennent en moyenne 1,65 $ de dette pour chaque dollar gagné après impôts et autres frais payés au gouvernement.

Cet endettement commence très tôt; il frappe aussi les jeunes. Un sondage récent réalisé par la Coalition des associations de consommateurs du Québec révèle que l'endettement des jeunes de 18 à 29 ans, dont 71 % possèdent au moins une carte de crédit, atteint un niveau alarmant. La dette moyenne sur carte de crédit des plus jeunes, de 18-24 ans, est de 1 700 $ et passe à 2 200 $ chez les 25-29 ans. Fait troublant, plus d'un jeune sur trois ignore le taux d'intérêt de sa carte!

Une éducation de base en finances personnelles et en économie atténue les risques de comportements excessifs ou simplistes. Cela s'avère essentiel dans la vie privée, en évitant de banaliser les multiples problèmes, notamment l'endettement, associé à la surconsommation.

Cela compte également beaucoup dans la vie civique, parce que l'éducation demeure la meilleure façon pour un jeune d'acquérir les connaissances utiles et nécessaires pour lui permettre non seulement de gagner sa vie, mais de contribuer activement, par une compréhension accrue des fondements de l'économie, au développement de notre société.

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Les meilleures cartes de crédit au Canada en 2016

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter