LES BLOGUES

Bien économiser, c’est voir à long terme

Nous croyons qu'il faut renoncer à lancer des appels d'offres pour plutôt adopter une vision globale et à long terme qui permettra une solution concertée avec l'industrie.

15/07/2017 08:00 EDT | Actualisé 15/07/2017 08:35 EDT
Getty Images/iStockphoto
L'industrie du médicament générique est importante pour le Québec.

La perspective d'appels d'offres pour l'achat de médicaments génériques proposée par le ministre de la Santé et des Services sociaux peut paraître bien séduisante. Mais d'un point de vue économique, de règles du marché, voire même, de qualité des services de santé, cette baisse appréhendée des coûts des médicaments cache des risques qui méritent d'être connus et qui doivent peser dans la balance au moment de la prise de décision.

Même s'il s'agit du secteur de la santé, les fabricants de médicaments génériques opèrent dans un marché concurrentiel ouvert, composé d'entreprises québécoises, canadiennes et internationales. Celles-ci doivent se distinguer par des produits et des services de qualité et par le développement d'innovations qui leur permettent d'assurer un meilleur rendement. Du point de vue des acheteurs, un tel marché offre le choix de faire appel à ceux qui offrent les meilleurs produits et le meilleur service à la clientèle, et ce, au meilleur rapport qualité / prix.

L'industrie du médicament générique est importante pour le Québec. Selon une étude publiée l'an dernier, elle génère des retombées économiques directes et indirectes de 843 M$ par an et représente plus de 4 000 emplois directs de qualité. À cela, il faut ajouter près de 150 M$ en investissements au cours des cinq dernières années. Les entreprises québécoises de ce secteur prennent environ 35 % des parts de marché des médicaments génériques au Québec et contribuent positivement à notre balance commerciale, puisque le deux tiers de leur chiffre d'affaires est réalisé à l'extérieur.

C'est donc un secteur dont on doit se soucier. Or, le recours aux appels d'offres généralisé dans un secteur manufacturier, comme celui des médicaments génériques, créerait de l'incertitude et de l'imprévisibilité au point où c'est l'ensemble du secteur qui risque la paralysie.

Certes, à court terme, le ministre pourrait prétendre avoir obtenu de meilleurs prix et avoir fait baisser les coûts du système. On pourrait même croire que les fabricants de médicaments qui remporteraient l'appel d'offres feraient une bonne affaire. Toutefois, pendant ce temps, leurs concurrents se retireront de ce segment de marché, ce qui pourrait entraîner une hausse des prix lors du renouvellement du contrat, car moins de joueurs seront au rendez-vous.

En parallèle, c'est l'ensemble des fabricants qui reverra ses pratiques de développement de nouveaux produits et se demandera s'il vaut la peine d'investir et d'innover dans ce marché devenu instable et imprévisible.

Pour le système de santé, il y a donc un risque réel de se retrouver, dans quelques années, avec des médicaments existants dont les prix remonteront et de devoir gérer des pénuries complexes.

Pour le système de santé, il y a donc un risque réel de se retrouver, dans quelques années, avec des médicaments existants dont les prix remonteront et de devoir gérer des pénuries complexes. Tout cela sans pouvoir profiter des économies générées par l'arrivée rapide de nouveaux produits génériques beaucoup moins chers que leur équivalent de marque.

Pour l'économie québécoise, c'est aussi le risque de perdre des investissements en recherche et développement de la part d'entreprises manufacturières innovantes installées ici. Le secteur des sciences de la vie a pourtant été identifié par le gouvernement du Québec comme l'un des secteurs porteurs de croissance et d'avenir.

Pour l'ensemble de ces raisons, nous croyons qu'il faut renoncer à lancer des appels d'offres pour plutôt adopter une vision globale et à long terme qui permettra une solution concertée avec l'industrie. Il s'agit de la meilleure façon d'obtenir des économies durables tout en assurant une prévisibilité et une stabilité propices au développement du secteur clé des sciences de la vie pour la vitalité économique du Québec à long terme.

LIRE AUSSI
»
Magasinage en ligne: le Bureau de la concurrence émet des conseils
» Les changements climatiques mettent en péril la production mondiale de café
» Hausse du taux directeur: peu de conséquences sur les ménages canadiens