Stéphane Biron

RECEVEZ LES NOUVELLES DE Stéphane Biron
 

La Caverne d'Ali Baba

Publication: 20/04/2012 08:35

Pendant que vous cassez de l'étudiant à vous époumoner, certains se la coulent douce et s'en tirent sans trop de dommage. Il semble que nous soyons offusqués par les mœurs de certains de nos politiciens. J'ai comme l'impression que l'émission Enquête a fait la découverte du siècle. La politique serait arrangée avec le gars des vues! Vous m'en voyez désolé! J'ai cependant un aveu à vous faire. Ce qui me désole le plus, c'est que nous n'apprenons jamais de nos malheurs. Peu importe le scandale, nous faisons toujours fi de notre propre devise. Avec le temps, avec le temps, va, tout s'en va, comme le chantait Ferré. Comme société, ma plus grande désolation est d'avoir enduit nos politiciens d'une épaisse couche de téflon. Depuis ce temps, rien ne colle sur nos valeureux, et ce, malgré tous les justiciers du monde. Puisqu'ils n'ont aucune imputabilité, ils agissent en toute impunité!

Malgré les Wikileaks et les Québecleaks, ils s'en tirent toujours et parfois, même dans la gloire. Il ne passe presque pas un week-end, sans que l'on acclame nos anciens serviteurs! Publication des mémoires et expositions au musée, ils se pavanent avec l'assurance de n'être jamais importunés. Bien sûr messieurs les doyens, je vous entends vous insurger en me calomniant et me disant qu'ils n'ont jamais été reconnus coupables de rien! C'est aussi ça notre malheur. Le manque d'éthique et l'usurpation ne sont plus des crimes. Une fois avoué, c'est le petit coup de règle sur les doigts et on promet de ne plus recommencer, mais on recommence encore et encore. On recommence parce que notre système est ainsi fait! Voler l'individu est un crime, mais voler la collectivité est parfois une nécessité ou une simple erreur de parcours.

C'est maintenant l'ex-première qui est dans de beaux draps. L'ex- femme forte du parti libéral aurait accepté de petits cadeaux d'appréciation. Vous semblez trouver ça bien méchant. Pour un simple petit spectacle de Céline Dion, vous en faites tout un plat. Peut-être avez-vous raison, car les huit services devaient être compris! Pour l'anecdote, je vais vous raconter une petite histoire. Dans cette grande tourmente scandaleuse, votre gouvernement provincial (puisqu'il n'est qu'une simple province dans ce grand système, ne vous en déplaise) a obligé toutes les municipalités du Québec à adopter un code d'éthique pour janvier 2012. L'Union des municipalités du Québec a retenu une très grande firme pour dispenser cette formation. Pour votre curiosité et votre instruction, je vous laisserai faire les recherches pour trouver la firme. Vous serez soit surpris ou amusé! Je vous cite maintenant l'une des principales obligations pour les élus : « Déclarer auprès du greffier ou secrétaire-trésorier les dons, marques d'hospitalité ou autres avantages acceptés dans un registre ».

Pour terminer le tout, puisqu'il faut bien terminer. Nous n'en sommes pas à notre premier scandale après tout. Je vous offre une autre perle : « Les règles doivent notamment avoir pour objectif de prévenir toute situation où l'intérêt personnel du membre du conseil peut influencer son indépendance de jugement dans l'exercice de ses fonctions ». Elle est bien bonne, n'est-ce pas? Dans notre monde moderne, nous sommes devenus la caverne d'Ali Baba et les quarante voleurs y entrent et sortent à leur guise. À vrai dire, nous n'avons plus aucun contrôle! Le vrai contrôle, c'est eux qui le possèdent! Puisque ce vrai contrôle est le temps! Fredonnons encore un peu : avec le temps, avec le temps, va, tout s'en va...

 

Suivre Stéphane Biron sur Twitter: www.twitter.com/@StephaneBiron

Suivre Le HuffPost Québec