LES BLOGUES

«Réversible», un spectacle qui passe beaucoup trop vite

29/11/2016 12:09 EST | Actualisé 29/11/2016 12:12 EST

À l'envers, à l'endroit, sur le sol, dans les airs, dedans, dehors, par la porte, par la fenêtre, sur les toits, dans un lit escamotable ou sur l'océan déchaîné... toujours là où on ne les attend pas... Ils sont partout ces neuf jeunes et merveilleux artistes des 7 doigts de la main. Réversible, c'est un spectacle d'une durée de 95 minutes, mais qui passe beaucoup trop vite tant il est varié, distrayant, maîtrisé, poétique.

Dans une mise en scène magnifique de Gypsy Snider, cinq garçons et quatre filles, tous très jeunes, très beaux et très talentueux, offrent au public une succession de saynètes qui mêlent la danse, le théâtre, les acrobaties au sol ou dans les airs et tous les autres arts du cirque ou presque : jongleries, contorsions, corde lisse, corde en tissu, mât chinois, cerceaux, planche à roulettes, diabolo et j'en passe.

reversible

Dans un décor qui exclut les paillettes traditionnelles du cirque, fait de sortes de modules de maisons de poupées déplaçables, avec des costumes sobres et élégants, et qui évoquent une vie simple et quotidienne, ces neuf artistes possèdent non seulement la maîtrise de leurs différents arts extrêmement exigeants, mais aussi la poésie, la simplicité et la modestie sur leurs visages, dans leurs regards et à travers tout leur jeu théâtral et leur gestuelle dansée.

Les chorégraphies sont toutes d'une extrême rigueur et réalisées avec grâce et émotion. Le spectateur doit regarder partout et en manque forcément une partie. Lorsqu'un artiste réalise un solo des plus exigeants sur le sol ou dans les airs, les autres ne sont pas loin pour des chorégraphies parfaitement coordonnées et pleines de poésies.

Doués de pouvoirs presque surnaturels, rien ne résiste aux personnages qu'ils incarnent, sauf les petits gestes anodins de la vie, comme étendre le linge pour qu'il sèche, trouver la bonne clé pour pouvoir rentrer chez soi, répondre au téléphone et se soumettre par politesse à une enquête sans intérêt ou saisir au passage le regard d'une personne qui les attire.

Avec des musiques toujours très bien choisies, le spectateur est transporté dans l'univers de la vie de tous les jours, mais où rien ne fonctionne comme tous les jours sauf peut-être les sentiments qui rapprochent les uns et les autres et qui sont, le plus souvent, si difficiles, faits de petits bonheurs, d'anecdotes amusantes, mais aussi de déceptions et remplis de nostalgie. Car ce qui fait lien dans l'ensemble du spectacle, c'est l'idée que l'amour rapproche les êtres qu'ils soient présents ou pas.

Avec les 7 doigts de la main, l'art du cirque est totalement renouvelé tout en gardant ses caractères traditionnels. Et c'est rempli d'émotions poétiques et d'images pleines de grâce que ressort le spectateur d'un spectacle comme Réversible, sans toujours prendre conscience des difficultés techniques qu'il renferme pour les artistes ; les centaines et centaines d'heures qu'ils consacrent à leur art pour parvenir à ces prouesses qu'ils réalisent comme si de rien n'était ou presque...

Réversible, du 16 novembre au 30 décembre 2016, à La Tohu à Montréal

Ce bilet de blogue a aussi été publié sur info-culture.biz

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Théâtre: 5 pièces à voir à l'automne 2016

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter