Simon Leduc

RECEVEZ LES NOUVELLES DE Simon Leduc
 

Le Parti libéral du Québec doit redevenir une formation politique réformatrice

Publication: 23/10/2012 15:14

Le PLQ est le parti politique le plus ancien de l'histoire de la province de Québec. Il est présent sur la scène politique québécoise depuis la naissance de la Confédération canadienne. Il a réussi à survivre à travers les décennies grâce à sa capacité à s'ajuster aux nouvelles époques. Plusieurs entités politiques sont nées de schismes à l'intérieur des troupes libérales : l'Action libérale nationale (des jeunes libéraux réclamaient des réformes auprès du gouvernement Taschereau), le Parti québécois (l'entourage de René Lévesque voulait que le parti devienne plus nationaliste) et l'Action démocratique du Québec (après l'échec de Meech, des jeunes libéraux n'ont pas accepté la mise au rancart du rapport Allaire). Malgré ces crises, le PLQ a réussi à demeurer une force politique de premier plan dans la Belle province.

En 1960, le Parti libéral du Québec a mis fin à seize ans de domination unioniste en remportant les élections avec une forte majorité. Le gouvernement réformateur de Jean Lesage a mis en place des réformes majeures pour que les Canadiens français puissent prendre le contrôle de leur économie. En 1962, le ministre des Ressources naturelles René Lévesque a complété la nationalisation de l'hydro-électricité. Après la publication du rapport Parent, le gouvernement libéral a créé le Ministère de l'Éducation afin de moderniser les réseaux primaire et secondaire. La Caisse de dépôts et de placements est née en 1965 pour gérer le bas de laine de la population et pour soutenir les entreprises québécoises. Dans les années soixante-dix, le premier ministre Robert Bourassa a ouvert la voie au développement économique du Grand Nord québécois avec les barrages hydroélectriques de la Baie-James. Cela a permis de créer des milliers d'emplois et de la richesse. Ces deux grands premiers ministres libéraux ont contribué au développement économique de notre province.

Jean Charest aurait pu être un premier ministre réformateur comme l'on été Jean Lesage et Robert Bourassa. Lors de la campagne électorale de 2003, le chef libéral avait promis de réformer le modèle québécois qui était déjà à bout de souffle à ce moment-là. Le 14 avril 2003, le PLQ de Jean Charest a été élu avec le mandat de réformer le Québec avec sa fameuse réingénierie de l'État. Le premier ministre Charest voulait réduire la taille du gouvernement afin de le rendre plus efficace et efficient. Il disait que celui-ci était obèse et tentaculaire et qu'un régime minceur était nécessaire afin de réduire la dette et baisser les impôts des contribuables québécois (qui sont les plus taxés en Amérique). Malheureusement, le gouvernement libéral a eu peur des forces du statu quo (les syndicats et les groupes d'intérêts de gauche). Jean Charest a trahi la majorité silencieuse en cédant aux menaces syndicales. Les grandes centrales syndicales ont fait reculer l'administration Charest et cela leur a permis de conserver leurs précieux droits acquis. Sous le règne de Jean Charest, la taille de l'État a continué d'augmenter et la dette publique a explosé et elle se chiffre maintenant à 253 milliards de dollars. De 2003 à 2012, les dépenses gouvernementales ont été hors de contrôle. Les programmes sociaux coûtent de plus en plus cher et personne n'ose les remettre en question. Un jour, il va falloir faire le procès du modèle québécois mais ce n'est pas pour demain.

Le PLQ n'a de libéral que le nom et il continue d'être un des défenseurs du régime en place. Ce parti politique centenaire a une chance en or de devenir une force politique qui va prôner et respecter les idéaux du libéralisme classique : la liberté individuelle, le libre marché, la réduction de la taille de l'État et l'entrepreneuriat. Le Parti québécois a décidé de se camper clairement à gauche du spectre politique et la CAQ ne semble pas vouloir brasser assez la cage. Selon moi, le prochain chef libéral doit positionner le parti au centre-droit et devenir le parti réformateur que les Québécois recherchent depuis le début des années 2000.

Le Québec est à la croisée des chemins. Il se dirige à toute vitesse vers le mur de la faillite. Il doit tourner à droite et se diriger vers une nouvelle voie. La question que l'on doit se poser est la suivante : Est-ce que le PLQ sera le véhicule réformateur qui va mener la province vers la terre promise? Philippe Couillard, Pierre Moreau et Raymond Bachand devront répondre à cette question durant la course à la chefferie de leur parti. L'avenir de la Belle province et du PLQ en dépend.

Loading Slideshow...

Loading Slideshow...
  • jean-michel dufaux

  • 7chose

  • Jacques Duchesneau

  • Mathieu Perron

  • INFOMAN

  • Steve Boudrias

  • Martin Petit

  • S. Desterres

  • malix

  • Etienne Laliberté

  • Alex Frigon

  • Francis Lépine

  • Uβµntµ.

  • Marika Jeanty

  • Marc-André Lavoie

  • Merlin Trottier

  • DenisCoderre

  • Mathieu pipe-rondeau

  • Johan Doré

  • Marie Doyon

  • iericksen

  • De Rouville

  • Marie-Michèle B.

  • Salwa Majouji

  • William Reymond

  • André Péloquin

  • Harold López Garroz

  • adel akkouche

  • Alain Zouvi

  • Benoît Dutrizac

 
Suivre Le HuffPost Québec