LES BLOGUES

Corruption: les occasions font le larron

11/09/2014 11:34 EDT | Actualisé 11/11/2014 05:12 EST

Le volet public de la commission Charbonneau tire à sa fin. Bientôt, les commissaires s'attaqueront à l'immense tâche de rédiger leur rapport.

Qu'est-ce que j'ai appris de cet exercice jusqu'à présent?

Évidemment, comme la plupart de ceux qui s'intéressent au bon fonctionnement du gouvernement, je savais que la fonction publique était inefficace, que tout ce que le gouvernement entreprend coûte plus cher et que tous ceux qui gravitent autour pigent allègrement dans le plat de bonbons. Mais cela est une évidence : là où il y a de l'homme, il y a de l'hommerie. Les codes d'éthique, les lois et les règlements peuvent au mieux compliquer la tâche des ripoux, mais il y aura toujours un ripou quelque part prêt à se laisser corrompre ou à corrompre pour quelques bénéfices personnels.

Jusqu'à présent, la commission Charbonneau a fait parader les ripoux devant les caméras. Par média interposé nous leur avons lancé des tomates et des œufs pourris comme cela se faisait au moyen âge.

Le maire Tremblay a rejoué l'acte de la dernière scène, amusant, mais peu instructif. L'ex-ministre Normandeau en a profité pour se refaire une réputation. L'ex-ministre Chevrette en a aussi profité pour faire valoir ses talents de rhétoricien. Cela a fait le bonheur des médias et a alimenté les discussions autour de la machine à café, mais c'est bien peu compte tenu des dégâts.

Malgré tout, cela demeure un exercice utile qui sert à freiner les abus des ripoux. Cela leur prendra un certain temps pour se réorganiser. J'en veux pour preuve la réduction de 30 % des coûts des travaux à la Ville de Montréal.

Toutefois, mon expérience dans l'entreprise privée me convainc que l'hommerie peut être assez facilement contenue à l'intérieur de limites acceptables. Il suffit d'appliquer quelques principes de gestion simples, mais efficaces : tolérance zéro; la rotation des postes sensibles à la corruption; un comité d'audit interne indépendant du management; des employés bien au fait de l'efficacité des mesures anticorruption; des mesures disciplinaires sévères; faire des exemples des ripoux pris la main dans le sac.

Toutes ces mesures ont leur équivalent dans la fonction publique. Mais alors pourquoi ne sont-elles pas efficaces?

Les audiences de la commission ont démontré que la collusion et la corruption avaient été érigées en système et était considéré un modus operandi normal pour quiconque désirait obtenir une part du gâteau.

Ce phénomène n'est pas le résultat de quelques ripoux qui s'entendent pour frauder la princesse. Il découle plutôt du comportement des plus hautes instances du pouvoir qui ne s'intéressent qu'aux résultats sans considération des moyens utilisés pour y arriver; ferment les yeux devant les abus des uns et des autres; tolèrent les écarts de conduite des bons soldats; récompensent (promotions, invitations, nominations, etc.) celles et ceux qui n'hésitent pas à ignorer/contourner la loi pour livrer la marchandise; interviennent en faveur des plus généreux; bloquent les aspirations légitimes de ceux qui refusent de jouer le jeu; etc.

Je demeure convaincu que sans l'accord passif des ministres et des premiers ministres, les combines dévoilées par la commission Charbonneau n'auraient jamais pu exister. Ce sont eux qui, par leur comportement, ont permis que la collusion et la corruption soient érigées en système et deviennent un modus operandi toléré, voire encouragé.

En fait, l'histoire démontre qu'il n'y a pas de solutions définitives à ce phénomène. Les commissions d'enquête, les élections aux quatre ans, les mécanismes de check and balance, etc. permettent de contenir les systèmes de corruption en place. Mais petit à petit les mauvaises habitudes des uns et des autres reprennent le dessus. Il est donc nécessaire de périodiquement donner un coup de barre pour rappeler tout ce beau monde à l'ordre. Ce fut le cas avec la CECO dans les années 80 et maintenant avec la commission Charbonneau. Il faudra certainement répéter l'exercice à plus ou moins long terme.

Pour réduire de façon permanente la corruption, il faudrait réduire la taille de l'État dans l'économie. Plus l'État intervient dans l'économie, plus il y aura d'occasions de collusion et de corruption. Ne dit-on pas que l'occasion fait le larron.

Mais, même en réduisant la taille du gouvernement, il en restera toujours suffisamment pour attirer les ripoux de tout acabit. Ils ne manquent pas d'imagination et s'ajusteront rapidement à leur nouvel environnement. Il faudra donc continuer de faire le ménage périodiquement. Le journalisme d'enquête a un bel avenir.

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

La commission Charbonneau en bref

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter