LES BLOGUES

La méthode Bolduc

25/08/2014 11:19 EDT | Actualisé 25/10/2014 05:12 EDT

Lorsqu'il était ministre de la Santé dans le gouvernement Charest, Yves Bolduc s'était inspiré de la « méthode Toyota » et avait promis rien de moins qu'une révolution dans le réseau de la santé. Force est de constater son échec, car il n'a pas révolutionné grand-chose le temps qu'il a dirigé un des plus gros et importants ministères de la province (pas plus que son prédécesseur, Philippe Couillard, d'ailleurs). Maintenant à l'Éducation, M. Bolduc s'improvise pédagogue et prône une réduction des achats de livres par les commissions scolaires dans le cadre d'un effort de réduction des dépenses. Avons-nous droit maintenant à la méthode Bolduc en éducation?

J'ai failli m'étouffer sur ma gorgée de café vendredi matin dernier en prenant connaissance de l'actualité du jour. Selon l'actuel ministre de l'Éducation, les écoles ont assez de livres et il ne voit aucun problème à ce que les commissions scolaires coupent dans les achats de nouveaux livres pour leurs bibliothèques afin de réduire leurs dépenses. Pardon?

Ce même Yves Bolduc affirmait, en juin dernier, qu'il s'attendait à des hausses « limitées et raisonnables » des comptes de taxes scolaires, les commissions scolaires étant privées de péréquation et les valeurs foncières étant à nouveau à la hausse. C'est bien parti... Sur la Rive-Sud de Montréal, la Commission scolaire Marie-Victorin vient d'annoncer une hausse de 9 % (soit quatre fois supérieure à l'inflation) et, malgré cette hausse, elle projette un déficit de 5 M$ au terme du prochain exercice.

Rappelons-nous que les hausses qui nous seront imposées cette année s'ajoutent à celles - souvent salées - que les contribuables scolaires ont dû encaisser l'an dernier, après que le gouvernement Marois avait imposé d'importantes compressions au réseau des commissions scolaires et abrogé le régime de péréquation mis en place par les libéraux de Jean Charest. S'en était suivi un genre de vaudeville où les péquistes à l'Assemblée nationale se disaient outrés que les commissions scolaires refilent la facture aux contribuables au lieu de faire le ménage au sein de leur réseau. Là aussi, j'avais failli m'étouffer sur ma gorgée de café. De véritables comédiens, nos politiciens!

Revenons à notre cher ministre de l'Éducation... Il faut lui donner ceci : il a le don de faire parler de lui. Après la saga des primes qu'il avait touchées comme médecin alors qu'il siégeait dans l'opposition - saga ayant défrayé la chronique pendant la majeure partie de l'été tellement l'attitude désinvolte du ministre devant l'inacceptable avait choqué l'opposition et une bonne tranche de la population -, le voilà maintenant à faire une autre démonstration éloquente de son incompétence à s'occuper du portefeuille auquel son chef l'a nommé en mai dernier.

L'éducation figure parmi les quelques missions prioritaires dans lesquelles doit investir notre État, un État qui a la fâcheuse habitude de s'ingérer dans tout ce qui bouge. Un peuple peu ou mal scolarisé ne peut être concurrentiel dans l'économie mondiale moderne axée en bonne mesure sur le savoir. Étonnant que Bolduc, un médecin, ne semble pas le reconnaître. Dans la vie, la lecture est une compétence fondamentale et il est essentiel de développer le goût de la lecture chez les enfants dès le plus jeune âge possible. N'importe quel expert en pédagogie vous le dira. Allant à contresens, M. Bolduc affirme qu'il y a suffisamment de livres dans les écoles...

« Quelque part, lorsqu'il y a une restriction budgétaire, il y a des gens qui vont faire moins d'argent. » Cette déclaration d'Yves Bolduc, tirée de l'article du Devoir de vendredi dernier, résume bien le personnage. Venant d'un type qui s'est placé au centre d'une controverse majeure après que les médias eurent découvert qu'il avait encaissé une prime de 215 000 $ pendant qu'il était député dans l'opposition pour prendre en charge une liste de 1 500 patients, c'est franchement honteux...

Le problème du réseau scolaire est le même qui afflige le réseau de la santé depuis de trop nombreuses années : trop de bureaucratie, trop de cadres, trop de paperasse, trop de structures, trop de niveaux d'intervention, trop de politique. Le problème ne réside aucunement en le nombre de livres sur les tablettes des bibliothèques de la province. La mission première du réseau de l'éducation est d'éduquer et de développer chez les jeunes les compétences essentielles dont ils auront besoin pour contribuer activement à la société une fois rendus à l'âge adulte. La lecture s'inscrit dans ces compétences essentielles.

Comme contribuable franchement écœuré de voir son fardeau fiscal s'alourdir continuellement et père d'un enfant de 6 ans qui commence sa première année, je suis indigné de cette dernière déclaration du ministre censé veiller à la qualité de l'éducation offerte aux jeunes Québécois et elle me donne une raison de plus de réitérer qu'il doit quitter le conseil des ministres sans plus tarder. Yves Bolduc n'a pas la vision nécessaire pour diriger ce ministère névralgique de l'État québécois.

Bien franchement, je ne sais pas quel genre de deal peut bien exister entre Philippe Couillard et Yves Bolduc, mais la nomination et le maintien en poste de ce dernier témoignent d'un grave manque de jugement de la part du premier ministre du Québec. Entre la complaisance démontrée par des policiers n'ont pas fait leur job lors de la manifestation des gros bras à l'hôtel de ville de Montréal lundi soir dernier, Yves Francoeur (président de la Fraternité des policiers de Montréal) qui menace à son tour les Québécois de « perturbations sociales » et cette plus récente frasque d'Yves Bolduc, les Québécois n'ont pas manqué de quoi s'indigner au cours de la dernière semaine. Mais une chose demeure certaine : un ministre de l'Éducation doit faire la promotion du développement du savoir. Yves Bolduc aurait pu suggérer aux cadres des commissions scolaires de plutôt couper dans leurs nombreux congrès, colloques et voyages de toutes sortes, car les services directs aux élèves font déjà cruellement défaut dans plus d'une école.

Au cours des dernières semaines, plusieurs personnes se sont portées à la défense d'Yves Bolduc vantant ses qualités comme médecin. Ce n'est pas ce dont il est question ici : dans l'arène politique, M. Bolduc manque de compétences comme ministre et de jugement comme élu. Le Québec et les jeunes Québécois méritent mieux. Qu'il retourne à la médecine, où sa contribution sera plus utile à notre société.

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

11 controverses du gouvernement Couillard

Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.

data-href="https://www.facebook.com/HuffPostQuebec" data-send="truedata-width="570"data-show-faces="false"data-font="arial">



Comment connecter son compte HuffPost à Facebook pour pouvoir commenter?