LES BLOGUES

Un PQ sans son article 1?

15/04/2014 12:05 EDT | Actualisé 14/06/2014 05:12 EDT

Depuis la raclée que l'électorat a servie au Parti québécois lundi soir dernier, on constate que la réflexion sur l'avenir du PQ est bel et bien entamée. Plusieurs langues se sont déliées et on a notamment appris au cours des derniers jours qu'il subsistait une profonde division entre les députés et candidats péquistes à propos du projet de charte de la laïcité jusqu'aux derniers jours de la campagne électorale.

Dans une entrevue accordée à Patrick Lagacé de La Presse, le député de Rosemont, Jean-François Lisée, affirme ceci : « Nous avons été emportés par un tsunami. Même si nous avions fait une campagne parfaite, nous aurions été emportés par ce tsunami. » M. Lisée avoue ainsi que le balayage libéral était inévitable et que la campagne du PQ a été un échec.

D'aucuns affirmeront que la campagne de Pauline Marois a commencé à dérailler le 8 mars, après l'annonce de la candidature de Pierre Karl Péladeau dans Saint-Jérôme. Ne faisant pas dans la dentelle, M. Péladeau a remis à l'avant-scène ce que Mme Marois et ses stratèges auraient tant voulu taire : le référendum, l'article 1 du programme péquiste, la raison d'être du Parti québécois.

Et c'est là tout le paradoxe de ce parti souverainiste, exposé au grand jour pendant cette dernière campagne électorale. Chaque élection, les Québécois sont confrontés à une formation politique légitime aux objectifs légitimes (qu'on soit en accord ou non avec le projet souverainiste, il demeure un projet légitime) qui nie sa propre raison d'être, qui tente de la balayer sous le tapis de peur de perdre ses élections. Sur le plan de la cohérence, on repassera et les péquistes ont payé le prix de leur incohérence le 7 avril. À moins qu'il ne modifie les fondements mêmes de son programme, l'objectif premier du PQ est de faire du Québec un pays. L'électorat le sait et tenter de le duper en affirmant le contraire n'est pas une stratégie électorale gagnante.

L'autre option qui se présente au PQ est d'abandonner son article 1. Mais encore... Je vois difficilement comment cela pourrait arriver. Premièrement, ça ne passerait pas auprès des « purs et durs » qui en mènent encore large dans les rangs péquistes. Deuxièmement, sans l'article 1, une fois la base militante aliénée, quel serait l'argument de vente du « PQ 2.0 » auprès de l'électorat? En quoi se démarquerait-il sur l'échiquier politique? Le PQ est bien pris entre l'arbre et l'écorce, car nous sommes loin de la conjoncture dans laquelle fut fondé ce parti par René Lévesque en 1968.

Par contre, l'article 1 lui n'a pas évolué d'un iota et il est devenu un boulet pour le Parti québécois. Par ailleurs, l'objectif ultime du PQ est peut-être une idée dépassée (Lysiane Gagnon, La Presse, samedi 12 avril), incapable de susciter l'intérêt de la majorité vu l'évolution des priorités des Québécois et du portrait démographique du Québec au cours des décennies. Et de citer Mme Gagnon : « On voit mal quelle stratégie le PQ pourrait dorénavant utiliser pour amener la majorité à son option » (après avoir joué les cartes de l'infériorité linguistique et économique des Canadiens français, du nationalisme civique et plus récemment du nationalisme ethnique ou identitaire entre autres stratégies).

Contrairement à ce qu'affirment les péquistes, qui reprochent aux libéraux d'avoir sorti l'épouvantail référendaire pour semer la peur au sein de l'électorat (stratégie employée notamment par Gaétan Barrette auprès des communautés ethniques dans La Pinière), je penche plutôt du côté de l'éditorialiste André Pratte de La Presse. Les Québécois [la majorité] n'en voulaient pas d'un référendum et ils n'en voudront très probablement pas plus dans quatre ans. Les souverainistes sont vraiment pris entre l'arbre et l'écorce...

Il reste maintenant à voir qui deviendra le prochain chef du Parti québécois. Selon Denis Lessard de La Presse, le choix de Stéphane Bédard comme chef intérimaire donne une longueur d'avance à Pierre Karl Péladeau. M. Lessard avance même que Bernard Drainville et Jean-François Lisée doivent dès lors faire leur deuil de la chefferie. Il sera intéressant de suivre l'évolution de cette course à la chefferie, qui a d'ailleurs été officieusement lancée le soir de la cuisante défaite subie par Pauline Marois.

Si PKP devient chef du PQ (et c'est un scénario que je considère très crédible, cet homme-là n'ayant pas fait le saut en politique pour demeurer simple député), le parti sera appelé à prendre un sérieux virage à droite sur le plan idéologique et il ne sera pas question d'abandonner l'article 1. Le cas échéant, il restera alors à voir si Péladeau réussira mieux que ses prédécesseurs (ayant tous échoué) à vendre une option qui perd des plumes avec chaque campagne électorale qui se succède. Mais, au moins, sous PKP, le PQ se tiendrait debout et cesserait de jouer à l'hypocrite.

Pour ma part, j'espère assister de mon vivant à une campagne électorale orientée sur l'axe gauche-droite plutôt que la sempiternelle rhétorique fédéraliste-souverainiste. Dans la vie, il faut bien garder espoir, non?

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Les réactions à la démission de Pauline Marois


La soirée électorale de Pauline Marois (7 avril 2014)

Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.

data-href="https://www.facebook.com/HuffPostQuebec" data-send="truedata-width="570"data-show-faces="false"data-font="arial">



Comment connecter son compte HuffPost à Facebook pour pouvoir commenter?