LES BLOGUES

Le PLQ a-t-il fini par avoir raison de Benoit Dutrizac?

07/06/2017 06:33 EDT | Actualisé 07/06/2017 06:33 EDT

J'écoute le 98,5 FM depuis les débuts de la station, en 2004, et Benoit Dutrizac faisait partie de mon quotidien les jours de semaine à partir du moment où il a remplacé Gilles Proulx au micro en août 2008. Lorsqu'on travaille en solo toute la journée devant un ordinateur comme je le fais en ma qualité de traducteur agréé en pratique privée, les animateurs de la radio parlée deviennent en quelque sorte des « collègues de travail ». En effet, Arcand, Maréchal, Dutrizac et Houde ainsi que leurs collaborateurs et leurs invités m'accompagnent pendant mes nombreuses heures passées au clavier jour après jour depuis des années.

Du lot, Dutrizac était de loin le plus mordant des animateurs à la barre du 98,5 FM. Il y avait des dossiers épineux qui le faisaient sortir de ses gonds (avec raison la vaste majorité du temps) et il savait poser des questions qui dérangeaient et qui allaient droit au but. Ce n'est pas pour rien que le Parti libéral du Québec - maître de la cassette politique - boycottait son émission depuis environ deux ans... Dutrizac a le don de contourner les cassettes, ce qui ne plaisait évidemment pas au parti dirigé par Philippe Couillard et ne cadrait pas dans le plan de communications de ce dernier. Bien que j'écoute Arcand tous les matins, force est de constater qu'il a perdu de son mordant au fil des ans, notamment lorsqu'il reçoit en entrevue des membres du gouvernement libéral. Son frère Pierre est ministre de l'Énergie et des Ressources naturelles, ministre responsable du Plan Nord et ministre responsable de la région de la Côte-Nord au sein du gouvernement de Philippe Couillard.

Depuis le congédiement inattendu de Dutrizac (qui était en ondes pas plus tard que vendredi dernier et qui a même interviewé la ministre de la Justice, Stéphanie Vallée, la veille! - impossible de fournir le lien de cette entrevue, car il n'y a plus aucune trace de l'existence de Dutrizac sur www.985fm.ca), les théories abondent. Ça a l'air que le PDG de Cogeco, Louis Audet, est un grand contributeur du Parti libéral du Québec, un bon ami des libéraux provinciaux. Bien, mais il est aussi à la tête d'une entreprise privée en quête de profits. Dans le monde de la radio, c'est la publicité qui « paie le loyer », comme disait souvent Dutrizac. Et l'émission animée par ce dernier trônait au sommet des cotes d'écoute de son créneau depuis de nombreuses saisons. Le PLQ a-t-il un tel pouvoir sur le grand patron de Cogeco? Le PLQ a-t-il fini par avoir raison de son ennemi radiophonique juré, Benoit Dutrizac?

C'est un secret de polichinelle que plus d'un hebdo local est à la solde de l'administration municipale qu'il couvre parce qu'il a besoin des budgets publicitaires de cette dernière pour [sur]vivre.

C'est un secret de polichinelle que plus d'un hebdo local est à la solde de l'administration municipale qu'il couvre parce qu'il a besoin des budgets publicitaires de cette dernière pour [sur]vivre. En mars dernier, La Relève - l'hebdo local qui couvre le territoire de la municipalité que j'habite - a été sévèrement blâmé par le Conseil de presse du Québec (décision no D2016-04-130) pour son manque d'indépendance face à l'administration municipale. Le congédiement de Benoit Dutrizac soulève bien des questions d'autant plus qu'aucune raison n'a été fournie par la direction du 98,5 FM et qu'aucun des autres animateurs de la station n'a prononcé le moindre mot à ce sujet depuis. Les auditeurs sont donc tenus dans le noir, mais la question demeure : Dutrizac a-t-il été limogé pour des raisons politiques?

Rappelons-nous qu'il y aura une élection générale au Québec en octobre 2018 et que les libéraux, en boycottant l'émission de Dutrizac, se privaient ainsi d'un important outil promotionnel pour prêcher la bonne parole et jouer la cassette libérale... La pression sur Louis Audet était peut-être devenue trop forte et ce dernier, en bon militant libéral, a pu choisir de céder malgré la popularité de l'émission de Dutrizac et les montants en recettes publicitaires qu'elle rapportait sûrement à la station... Chose certaine, ça met en doute la résistance de ce média à l'ingérence politique et c'est bien inquiétant.

On vient d'apprendre que Dutrizac sera remplacé par nul autre que Bernard Drainville, ancien député et ministre péquiste et candidat à la succession de Pauline Marois jusqu'à ce qu'il plie l'échine devant Pierre Karl Péladeau en 2015. Chose certaine, le 98,5 FM n'a pas arrêté son choix sur un ami du PLQ pour remplacer celui qui a peut-être perdu son micro à cause du PLQ...

LIRE AUSSI :

» C'est la fin pour Benoît Dutrizac au 98,5 FM

» Un nouveau «trio terrible» en fin d'après-midi à Rouge FM

» Catherine Trudeau et Philippe Fehmiu à ICI Musique cet été

À voir également :

Incursion dans le monde des stars québécoises