LES BLOGUES

Mon vote en 30 points

02/04/2014 12:38 EDT | Actualisé 01/06/2014 05:12 EDT

Bon, le jour J approche et il faut bien finir par se décider. Depuis le 5 mars dernier, je suis assidûment (peut-être trop assidûment) cette campagne électorale que Pauline Marois pourrait bien regretter d'avoir déclenchée.

En cours de campagne, j'ai écrit à plusieurs reprises sur le débat stérile dont nous tiennent captifs le Parti québécois et le Parti libéral du Québec, débat qui sclérose notre société et fait faire du surplace au Québec depuis des décennies. Le PLQ joue sur la peur (d'un référendum) pour gagner des voix, tandis que le PQ semble vouloir exploiter l'ignorance de certaines gens moins bien informés sur les enjeux sociaux pour réaliser des gains. Dans un cas comme dans l'autre, c'est prendre le monde pour des valises... Les Québécois méritent mieux que ça, et voici donc en 30 points les raisons pour lesquelles j'accorderai mon vote à ce que je considère comme représenter l'option « la moins pire ».

Je ne voterai pas pour le PQ de Pauline Marois pour les raisons suivantes :

  1. Je m'oppose à l'article 1 sur la souveraineté du PQ et je ne veux absolument rien savoir d'un troisième référendum.
  2. Pauline Marois a fait fi de sa propre loi sur les élections à date fixe uniquement dans l'optique partisane de décrocher une majorité de sièges à l'Assemblée nationale. Ce faisant, elle a agi en fonction de ses intérêts politiques personnels plutôt que des intérêts supérieurs du peuple québécois. Je n'ai pas envie de récompenser son geste électoraliste.
  3. Pauline Marois a manqué de respect envers les Québécois en les convoquant aux urnes pour ainsi s'esquiver de son obligation de s'expliquer en commission parlementaire sur l'histoire du « deal » avec la FTQ.
  4. Pauline Marois aurait déclenché des élections entre autres pour éviter que le PQ ne soit éclaboussé par la CEIC, selon Jacques Duchesneau. J'ai tendance à croire M. Duchesneau, et ce, même si le PQ l'a mis en demeure à la suite de sa déclaration.
  5. Pauline Marois dirige un « vieux parti » ayant contribué, au cours des quatre dernières décennies, à faire en sorte que le Québec se classe aujourd'hui à l'avant-dernier rang des provinces en termes de richesse, tout juste devant l'Île-du-Prince-Édouard.
  6. Pauline Marois dirige un parti politique auquel s'intéresse l'UPAC.
  7. Pauline Marois et son gouvernement ont créé un climat de grande instabilité économique au cours des 18 derniers mois.
  8. Pauline Marois s'est servie de son projet de charte sur la laïcité pour semer la division au sein de la population québécoise.
  9. Pauline Marois aurait considérablement alourdi le fardeau des Québécois qui contribuent déjà beaucoup à l'assiette fiscale si elle avait décroché une majorité en septembre 2012. Elle voulait notamment imposer une hausse d'impôt rétroactive.
  10. Pauline Marois n'a pas respecté une de ses promesses phares de la campagne électorale de 2012, soit celle d'abolir la taxe santé des libéraux, qu'elle qualifiait d'ignoble.

Je ne voterai pas pour le PLQ de Philippe Couillard pour les raisons suivantes :

  1. Philippe Couillard, comme Pauline Marois, dirige un « vieux parti » ayant contribué à l'appauvrissement collectif du Québec au fil des dernières décennies.
  2. Philippe Couillard laisse planer un flou sur ses liens avec le Dr Arthur Porter en refusant de répondre aux questions qui perdurent à cet égard. Son passé soulève beaucoup de questions sur son sens éthique.
  3. Philippe Couillard dirige un parti politique auquel s'intéresse l'UPAC au point d'avoir perquisitionné ses bureaux à plus d'une reprise.
  4. Philippe Couillard dirige le parti ayant voté à 11 reprises contre la création d'une commission d'enquête sur l'industrie de la construction, soit la Commission Charbonneau. Et, maintenant, l'UPAC scrute à la loupe l'agenda de l'ancien premier ministre Charest.
  5. La Commission Charbonneau n'a pas encore fait toute la lumière sur le financement occulte du PLQ pendant les années Charest, et Philippe Couillard nous demande de confier le destin du Québec à son parti pour les quatre prochaines années.
  6. Philippe Couillard s'est négocié un job dans le privé alors qu'il était encore ministre de la Santé dans le gouvernement Charest - une pratique très questionnable ayant d'ailleurs mené à la « Clause Couillard » dans l'actuel Code d'éthique et de déontologie des membres de l'Assemblée nationale.
  7. Philippe Couillard présente dans son équipe de candidats 18 anciens ministres du gouvernement Charest et tente de nous faire croire que le ménage a été fait et que le PLQ s'est renouvelé.
  8. Philippe Couillard s'est dit à l'aise avec tout l'héritage du PLQ, incluant les années Charest sur lesquelles planent encore beaucoup de soupçons et de questions sans réponse.
  9. Avant le déclenchement des élections, Philippe Couillard a agi de manière bassement partisane en faisant de l'obstruction pour faire mourir au feuilleton le projet de loi sur l'aide médicale à mourir - un projet de loi qui faisait pourtant consensus à l'Assemblée nationale.
  10. Philippe Couillard préfère faire peur aux Québécois (référendum) que leur démontrer qu'il est capable de faire de la politique autrement : s'il est élu, il ne faut s'attendre à rien d'autre qu'un traditionnel gouvernement libéral - ce dont je ne veux pas.

Je compte voter pour la CAQ de François Legault pour les raisons suivantes :

  1. François Legault est le seul des trois principaux chefs qui ose rompre un peu soit-il avec le statu quo responsable du présent marasme au Québec.
  2. François Legault est le seul des trois principaux chefs qui reconnaît la présence du mur qui se dresse devant nous ainsi que l'urgence de donner préséance aux services plutôt qu'aux structures.
  3. François Legault est le seul des trois principaux chefs à compter une expérience concrète de gestion acquise dans le secteur privé, expérience qui s'avérerait fort utile au Québec en ce moment.
  4. François Legault est comptable agréé et reconnaît qu'on ne peut plus laisser aller le saccage qui consiste à continuer à utiliser « la carte de crédit de nos enfants » pour payer nos services actuels.
  5. François Legault est le seul des trois principaux chefs qui reconnaît que le fardeau fiscal est trop élevé au Québec et veut s'y attaquer.
  6. François Legault est seul des trois principaux chefs qui reconnaît que la bureaucratie est trop lourde au Québec et s'engage à l'alléger.
  7. François Legault compte plusieurs candidats issus du milieu des affaires dans son équipe, contrairement au PQ et au PLQ qui ont choisi de faire le plein d'économistes (même Pierre Karl Péladeau reconnaît que les économistes ne créent pas d'emplois).
  8. François Legault incarne une voix nécessaire au Québec et les Québécois seraient perdants si cette voix n'était plus représentée à l'Assemblée nationale. En septembre 2012, près de 1,2 M d'électeurs ont voté pour la Coalition Avenir Québec.
  9. François Legault est le seul des trois principaux chefs qui propose une charte des municipalités pour s'attaquer aux déficits actuariels des régimes de retraite municipaux.
  10. François Legault est le seul à diriger un parti n'ayant jamais été au pouvoir, et il ne pourrait qu'apporter un brin de fraîcheur à la gouvernance de notre province.

Cette année, je m'inscris en faux contre le « vote stratégique » et je voterai selon ma conscience et en fonction des enjeux que je considère prioritaires. Je vous invite à faire de même. Et, en pleine Commission Charbonneau, aucun parti ne mérite un mandat majoritaire. Il reste encore trop de ménage à faire. Bon vote!

>Élections 2014: les nouvelles et les blogues du HuffPost sur la campagne.

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

La carrière de François Legault

Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.

data-href="https://www.facebook.com/HuffPostQuebec" data-send="truedata-width="570"data-show-faces="false"data-font="arial">



>Comment connecter son compte HuffPost à Facebook pour pouvoir commenter?