LES BLOGUES

Loyauté vacillante, cynisme montant

16/02/2015 11:51 EST | Actualisé 18/04/2015 05:12 EDT

On ne me fouettera jamais pour avoir écrit ce texte. Raif Badawi, lui, a été condamné à 1000 coups de fouet et 10 ans prison pour avoir blogué.

D'aucuns diront qu'il ne se passe pas un mois en politique sans qu'un élu «vire capot» ou décide de quitter en plein mandat pour «relever de nouveaux défis». Les exemples sont légion, et ce, à tous les niveaux de gouvernement. En voici quelques-uns assez récents.

En août 2013, Emmanuel Dubourg, alors député libéral à l'Assemblée nationale, a décidé en plein mandat de briguer les suffrages dans Bourassa sous la bannière du Parti libéral du Canada dans l'optique de succéder au démissionnaire Denis Coderre, aujourd'hui maire de Montréal. Ce faisant, il a refusé de renoncer à une allocation de transition évaluée à près de 100 000 $ alors qu'un salaire de plus de 160 000 $ l'attendait à Ottawa.

En août 2014, à peine quelques mois après avoir été réélu pour un deuxième mandat, Christian Dubé de la Coalition avenir Québec a annoncé qu'il quittait la vie politique pour devenir vice-président à la Caisse de dépôt et placement du Québec. Il est légitime de se demander pourquoi il n'y avait pas pensé avant de prendre l'engagement de solliciter un deuxième mandat à l'Assemblée nationale. Au moins, il a eu la décence de renoncer à son allocation de transition - contrairement au libéral Emmanuel Dubourg... Idem pour l'ancienne députée péquiste, Élaine Zakaïb, qui a démissionné en septembre dernier pour tenter de relancer le détaillant Jacob (aujourd'hui en faillite).

Sur la scène fédérale, il y a deux semaines, John Baird a fait l'annonce qu'il quittait la politique à quelque huit mois des prochaines élections générales. Ce fidèle allié du premier ministre Harper, ministre des Affaires étrangères et député de la circonscription d'Ottawa-Ouest-Nepean, a justifié sa décision par une profonde réflexion entamée à la suite de la mort de l'ancien ministre des Finances, Jim Flaherty, en avril 2014. Il est tout à fait légitime pour un politicien de vouloir faire autre chose que de la politique dans sa vie. Cependant, n'aurait-il pas pu attendre la fin de son mandat en cours? Il est à espérer qu'une élection partielle ne soit pas convoquée pour combler l'espace de quelques mois le poste laissé vacant par M. Baird. À titre comparatif, les citoyens de la circonscription de Verchères-Les Patriotes, « représentée » par la députée fantôme ou - comme elle se qualifie elle-même - la maman-députée Sana Hassainia, sont sans représentation réelle depuis des années...

La semaine dernière, la controversée députée jusqu'alors conservatrice, Eve Adams (fiancée à Dimitri Soudas, ancien homme de confiance de Stephen Harper), a quitté son parti avec fracas et annoncé qu'elle joignait les rangs du Parti libéral du Canada. Aux prochaines élections fédérales, elle tentera de battre l'actuel ministre fédéral des Finances, Joe Oliver, dans la circonscription torontoise d'Eglinton-Lawrence. Souhaitons la meilleure des chances à cette transfuge qui de toute évidence juge que ses ambitions politiques personnelles ont préséance sur les intérêts des électeurs l'ayant élue sous la bannière conservatrice...

D'ailleurs, dans un billet intitulé Une grave erreur, l'éditorialiste en chef de La Presse, André Pratte, ne manque pas de souligner le manque de jugement dont a fait preuve le chef du Parti libéral du Canada, Justin Trudeau, en accueillant Mme Adams dans les rangs de son parti. M. Trudeau, qui avait jadis affirmé vouloir mettre un terme à la façon dépassée de faire de la politique (c.-à-d. la façon de faire de Stephen Harper), a fait exactement le contraire. De citer M. Pratte : « Par cette décision, M. Trudeau vient de démontrer que, comme son vis-à-vis conservateur, il est prêt à faire n'importe quoi pour gagner les élections. »

Enfin, c'est un secret de polichinelle que Gérard Deltell quittera prochainement la CAQ et l'Assemblée nationale pour faire le saut en politique fédérale avec les conservateurs de Stephen Harper.

De telles décisions opportunistes ou carriéristes ont un point en commun : elles minent la confiance de la population à l'égard des politiciens qu'elle élit pour la représenter - une confiance qui n'est pas très grande d'emblée. À l'Assemblée nationale, le député de Marie-Victorin et candidat à la direction du Parti québécois, Bernard Drainville, propose diverses mesures visant à rétablir le lien de confiance entre la population et la députation provinciale. Il voudrait notamment serrer la vis aux « vire-capot » et abolir certaines indemnités de départ.

C'est une idée qui devrait faire mouche et mérite d'être étudiée et évaluée de manière non partisane pour tous les niveaux de gouvernement. Les élus qui ne respectent pas leur engagement pour des raisons plus souvent qu'autrement purement opportunistes ou carriéristes devraient être sanctionnés pour leur geste plutôt que récompensés. Ce ne serait qu'un de nombreux moyens pouvant être pris pour tenter de freiner la montée en flèche du cynisme qui gangrène la confiance vacillante des électeurs à l'égard des processus démocratiques et des personnes qu'ils élisent pour veiller à la pérennité de ces processus et à leurs intérêts citoyens. Au-delà des lignes de parti, les élus ont un devoir fondamental de loyauté envers les électeurs à qui ils doivent leur job.

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Quel est le salaire des ex-députés à Ottawa?

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter