LES BLOGUES

Parc Jean Drapeau: les weekends d'un certain monde

18/07/2014 03:37 EDT | Actualisé 16/09/2014 05:12 EDT

Le festival annuel des Weekends du Monde vient de s'achever au parc Jean Drapeau. Un festival qui vous propose « un tour du monde gratuit » pour découvrir « toute la richesse culturelle des diverses communautés venues s'établir ici », à Montréal. Pourtant, à bien regarder la programmation, ce sont les weekends d'un certain monde qu'on nous présente chaque année.

La richesse culturelle de certaines communautés

Étalés sur deux fins de semaine, les Montréalais ont pu assister à quatorze mini festivals présentant les cultures suivantes : jamaïcaine, cambodgienne, européenne, de Trinité et Tobago, africaine, haïtienne, électronique des Tropiques, mexicaine, salvadorienne, péruvienne, cubaine, brésilienne, dominicaine et colombienne. Tandis que sept festivals déclinent sept pays d'Amérique latine, l'Europe et l'Afrique se trouvent représentés chacun dans un seul événement.

Nous sommes en fait bien loin de la représentativité de la diversité culturelle montréalaise. D'après les derniers recensements officiels de 2006 et 2011, la population d'Amérique latine représente 10,3% des immigrants montréalais, derrière l'Asie et le Moyen-Orient (31,9%), l'Afrique (28%) et l'Europe (21%) (statistique Canada, Enquête nationale de 2011). En 2011, la plus grande vague d'immigration était constituée de Chinois, d'Algériens et de Marocains. Au final, ce sont toujours les Italiens qui représentent la plus grosse part de la population immigrante (7,4%), suivis par les Algériens, les Marocains, les Français et les Chinois. Les Colombiens représentent 2,6% des immigrants, les Brésiliens 1,4%, les Cubains 0,6% et Jamaïcains 0,1%.

Bien sûr, me direz-vous, un festival culturel n'est pas censé suivre les chiffres démographiques. Seulement, quand un festival prétend refléter la diversité culturelle d'une ville, il affiche un projet social et politique et contribue à la vision que les citoyens ont de cette diversité culturelle. Les Chinois ne seraient-ils bons que pour les dépanneurs, les Italiens pour les pizzerias (en l'occurrence cette année, la seule présence italienne était celle de l'auto Ferrari devant laquelle les gens pouvaient se faire prendre en photo) ? Quant aux Français, ils ne font pas partie de ce qu'on veut appeler la diversité culturelle. Alors que les Latinos...ça fait danser. Clichés bien sûr, exagération sans doute, et pourtant...

Un monde déformé

Dans l'allée centrale, les Latinos sont évidemment majoritaires à présenter leur cuisine et artisanat. En prenant le petit pont vers la partie boisée, on ne met pas longtemps à comprendre que cette partie excentrée est réservée aux Africains. Les Africains qui comme toujours, se font tous mettre dans le même sac. À croire que l'Afrique, ce serait un pays. Le festival Afro-monde Ngondo présente ainsi « les rythmes de la musique africaine ». Quant à l'Eurofest, « la grande célébration des cultures européennes à Montréal », il présente exclusivement des musiques d'Europe de l'Est : Balkans, Ukraine et Moldavie.

2014-07-16-Capturedcran2014071600.21.32.png

De l'exotique avant toute chose

Avant la création des Weekends du Monde, le parc Jean Drapeau accueillait des festivals latinos comme le Festival international du Merengue et de la Musique Latine de Montréal. Que ce lieu soit un point d'ancrage pour des événements de musique latine, cela peut expliquer une forte présence latine. Mais dans ce cas, pourquoi se présenter comme le reflet de toute la diversité montréalaise ?

Comme beaucoup d'événements montréalais prônant la diversité culturelle, les Weekends du Monde mettent à l'honneur l'exotisme. La programmation nous promet des « rythmes folkloriques, des défilés endiablés, des voitures exotiques, des objets exotiques, des boissons rafraîchissantes et colorées ». Or, de par la proximité géographique, ce sont bien les Latinos qui canalisent le besoin d'exotisme des Québécois. Soleil, rythmes, couleurs, sensualité. Un orientalisme à la nord-américaine. Ce type d'événement se situe dans la lignée des expositions universelles du 19e siècle. Bien sûr on est loin de la mise en cage des humains. Mais la mise en scène de l'autre en carte postale est toujours là.

Enfin quoi c'est juste un événement culturel, c'est pour s'amuser ! Confinés dans la vitrine du divertissement, les festivals culturels font oublier qu'ils sont des événements sociaux et politiques qui mettent en jeu notre modèle d'intégration sociale, car ils reflètent notre manière d'inclure l'autre à notre société. À nous consommateurs, organisateurs et artistes, de penser à ce que nous fabriquons. Les artistes immigrants font ce qu'ils peuvent, ils acceptent les vitrines pour promouvoir leur travail. Il ne serait pourtant pas interdit pour les artistes de prendre conscience du projet social auquel ils participent.

La culture ne se met pas en spectacle, car la culture n'est pas un produit. Elle est un vécu. Elle ne se loge pas que dans les vêtements colorés, les grillades et les objets, mais bien ailleurs, dans une conception de l'univers, du temps, du rapport entre les hommes et les femmes. C'est bien cela qui constitue la véritable richesse culturelle de Montréal. À quand un festival où les Latinos auraient le droit de nous faire pleurer, où les Chinois seraient aussi des gens à voir sur scène, où la France et l'Italie seraient aussi européennes que les Ukrainiens ou les Gitans, et où l'Afrique ne serait plus un pays ?

En attendant, dansons, c'est l'été.

«Des scènes au quotidien» est une chronique qui décrit chaque semaine une scène de notre vie quotidienne, apparemment banale, et en retire des questionnements sur nos habitudes, nos valeurs, nos préjugés, nos attentes. Parce qu'une société se comprend et se change d'abord par ses petits gestes. Et parce que les évidences sont faites pour être retournées.

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Le guide 2014 des festivals de musique estivaux

Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.

data-href="https://www.facebook.com/HuffPostQuebec" data-send="truedata-width="570"data-show-faces="false"data-font="arial">



Comment connecter son compte HuffPost à Facebook pour pouvoir commenter?