LES BLOGUES

11 clés pour comprendre le fonctionnement de votre pensée

17/01/2017 11:09 EST | Actualisé 17/01/2017 11:10 EST

En 1981, le prix Nobel de Médecine fut décerné au neurophysiologiste Roger W. Sperry. Il récompensa ses travaux sur l'asymétrie cérébrale.

En France, la Docteure en psychologie Béatrice Millêtre a récemment contribué à démocratiser ces travaux.

L'hémisphère gauche serait spécialisé dans le traitement des mots et du langage, des nombres, des connaissances et du raisonnement. La perception de l'environnement du cerveau gauche serait analytique, fondée sur la rationalisation. La plupart des êtres humains mobilise cet hémisphère dans l'élaboration de leur pensée, qui est alors dite «séquentielle» (elle traite les éléments d'un problème les uns après les autres, de manière linéaire, jusqu'à sa résolution).

À l'hémisphère droit correspondrait un mode de fonctionnement plus intuitif. S'y rattachent notamment les émotions, les impressions mentales, l'assimilation de l'expérience, la capacité d'abstraction, la perception visuo-spaciale et l'analyse complexe. La pensée qui s'y fonde est qualifiée de globale, traitant simultanément et en parallèle un ensemble de détails qui entrent en résonnance, chaque élément devenant un nouveau tout dont les parties seront également analysées pour aboutir à une solution instinctive.

La société s'est naturellement érigée sur le mode de pensée séquentielle, le plus représenté. Les personnes dont l'appréhension du monde est fondée sur l'hémisphère droit représentent une minorité. Nombre d'entre elles peuvent ainsi se sentir inadaptées, limitées, voire en souffrance, dans un monde qui reconnaît scientifiquement cette structuration cognitive et neurophysiologique depuis moins de 25 ans.

Il existe de nombreuses solutions pour rendre à la pensée globale ses prodigieuses capacités d'analyses et d'innovation tout en s'adaptant à la pensée séquentielle, mais encore faut-il d'abord pouvoir l'identifier.

1 - Une intuition remarquable

L'«intuition» désigne le procès par lequel vous traitez l'intégralité des paramètres et détails d'une situation générale sans vous en apercevoir consciemment. Rien ne vous échappe et il arrive fréquemment que vous «fixiez» une chose que personne d'autre n'avait remarquée, par exemple dans la scène d'un film ou dans une conversation.

2 - Une extraordinaire capacité de raisonnement

Vous pouvez résoudre des problèmes ardus sans même avoir l'impression de réfléchir (c'est quand on vous demande d'y réfléchir consciemment que les choses deviennent plus difficiles). Votre force créative semble sans limite lorsqu'elle s'exprime librement. La pensée globale implique généralement un haut potentiel intellectuel.

3 - Une forte sensibilité sensorielle, surtout visuelle et auditive

Le tapotement d'une goutte d'eau dans un évier auquel personne ne prête attention vous agace. Un parfum vous donne envie de quitter une salle d'attente. L'hyperesthésie est nécessaire à l'hémisphère droit pour l'intégration de tous les signaux extérieurs qu'il traitera dans la pensée globale. Cette hypersensibilité se retrouve par ailleurs sur le plan émotionnel, vous percevez les affects de l'autre, déconstruisez intuitivement les masques que l'on vous oppose...

4 - Une pensée rapide

L'influx nerveux est plus rapide que pour l'hémisphère gauche. Vous ne savez pas suspendre le cours de vos pensées, chacune ramenant à une autre, vous en êtes parfois même épuisé! Dans une discussion, vous devancez les conclusions et vous ennuyez rapidement. Si vous les verbalisez, vous avez du mal à expliquer le cheminement de votre pensée, car elle en a traité tous les détails de manière subliminale. Béatrice Millêtre évoque des «évidences difficiles à détailler, mais souvent vraies a posteriori».

5 - Des difficultés d'organisation

Il vous est difficile de faire un plan, de structurer vos idées, puisque chacune de vos sous-parties à tendance à devenir un sujet à part entière. Vos meilleures performances orales furent celles où vous suiviez votre intuition après avoir griffonné quelques notes. Vous avez d'ailleurs besoin de faire plusieurs choses à la fois sinon vous devenez moins efficace.

6 - Une pensée en réseau

Vous avez un profond besoin de comprendre tout ce qui vous entoure, le réel auquel vous vous confrontez, et on parle de pensée arborescente, car il s'agit d'explorer chaque «branche» d'un système de connaissance, chacune vous renvoyant à une autre, impliquant de nouvelles recherches ou associations mentales. Vous n'avez pas une unique passion, mais vous intéressez à tout. Vous aimez nourrir cette pensée, vous lisez beaucoup et disposez d'un vocabulaire très riche.

7 - Un mal-être

Même s'il vous est difficile d'en définir l'exacte nature, vous ressentez un certain malaise «diffus, chronique et déstabilisant», écrit Millêtre. Vous avez tendance à trouver les conversations des autres insignifiantes, vous doutez de votre intelligence, car certaines actions «faciles» pour les autres vous coûtent de nombreux efforts, vous oscillez entre fantasme d'omnipuissance et le découragement avec l'impression de ne rien entreprendre ou de ne rien achever de ce que vous commencez.

8 - De complexes relations aux autres

Votre façon de réfléchir, extrêmement féconde, mais singulière, vous a parfois conduit à subir des jugements injustes. Vous avez besoin de solitude pour vous livrer à de riches associations d'idées, mais vous pouvez souffrir parfois de ces étiquettes... D'autant plus que vous ne comprenez pas toujours ceux qui vous les apposent! Cependant, avide de découvertes et de transmission, vous aimez être entouré et vos amis et relations vous rendent cette affection pour la particularité de votre regard sur l'homme, sur le monde.

9 - D'excellentes capacités mémorielles

Votre capacité à tisser continument des liens entre les événements, les personnes, les concepts, renforce votre mémoire et augmente à l'infini son «espace de stockage». Chaque détail de votre environnement ancre de nouvelles connaissances et mobilise les anciennes.

10 - Une motivation relative

Lorsqu'un sujet vous plaît, vous pouvez le creuser sans jamais vous arrêter, en explorer toutes les facettes. Dans le cas contraire, l'effort pour l'investir vous paraîtra insurmontable.

11 - Vous ne comprenez pas toujours les blagues des autres

On dit de votre humour qu'il est caustique, mais c'est surtout la différence dans le traitement de l'information que vous recevez qui détermine la particularité de votre humour.

Les personnes sachant mobiliser leur cerveau droit peuvent soulever des montagnes et brillent par leur imagination, leurs capacités d'élaboration ou encore leur intuition. Il existe de nombreux moyens pour mettre à profit cette richesse cognitive. Certains sites internet peuvent à ce titre vous y aider, par exemple celui-ci ou celui-là.

À voir également :

5 aliments à consommer pour avoir un cerveau en bonne santé

Ce billet a initialement été publié sur le Huffington Post France.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter