LES BLOGUES

Portrait du monde automobile en 2026 imaginé par un propriétaire de Tesla

19/09/2013 02:23 EDT | Actualisé 19/11/2013 05:12 EST

Le challenge de cet article d'anticipation est d'imaginer la révolution qui est en train de se produire et des retombés positives que cette révolution pourrait apporter à la société québécoise, si nous en saisissons l'opportunité!

Nous sommes maintenant en 2026...

Avec une production annuelle dépassant les 2 millions de véhicules légers, Tesla Motors a complètement transformé le marché global de l'automobile. Tesla Motors domine mondialement tous les créneaux haut de gamme (prix de vente de 70 000$ et plus). La marge bénéficiaire de Tesla Motors dans ces créneaux conserve une marge brute très enviable de plus de 45%. L'entreprise est également en très bonne position dans les marchés des berlines intermédiaires.

L'image de marque du manufacturier soulève l'admiration dans toutes les couches de la société: l'objet de convoitise auprès des cadres exécutifs, adorés par les mères au foyer et sujet de discussions passionnées par les collégiens. Tesla Motors est une icône culturelle et la fierté du savoir-faire américain.

Les manufacturiers allemands ne sont plus que l'ombre d'eux-mêmes et sont en mode survie et consolidation (BMW, Audi, Mercedes et Volkswagen ne font plus qu'un, à l'origine du nom VAMB). Le groupe Fiat (incluant Chrysler) n'existe plus depuis 5 ans déjà.

Les historiens sont unanimes, le destin du groupe Fiat a été scellé en 2012 lorsque le président de l'époque, Sergio Marchionne, a fait la déclaration suivante lorsque demandé par Automobile Magazine si son groupe allait se commettre à la production de masse de voitures électriques : «Je n'ai pas peur, je ne le ferai pas tout simplement. Je pense qu'on rêve en couleur si on croit qu'il est possible de produire des VÉ de façon profitable. Ça ne fonctionnera pas !»

Pour plus de détails, je vous invite à consulter cet excellent article sur Greencarreports: Chrysler Admits: Electric Fiat 500 is Compliance Car We Don't Want To Make. Il y a un consensus parmi les historiens que si Fiat avait mis en place une production de masse de l'excellente Fiat 500, l'entreprise aurait connu un destin totalement différent.

Malheureusement, Sergio Marchionne a plutôt préféré produire le minimum de Fiat 500e requis selon la loi en Californie, La voiture fut donc assemblée à la main. Résultat, l'entreprise n'était pas prête à produire en volume de masse et à un minimum de coûts par unité lorsque la demande pour les voitures électriques a explosé. D'ailleurs, c'est sensiblement pour les mêmes raisons que Honda et le groupe Kia Motors / Hyundai ont connu un destin similaire.

Et General Motors? Ils étaient en voie de faire faillite une deuxième fois, et cette fois-ci les contribuables américains n'allaient pas venir à la rescousse. Non, cette fois-ci c'est Bob Lutz, paix à son âme, qui a été leur sauveur ! Depuis plusieurs années, il y a d'étroites synergies entre GM et Via Motors (dont Bob Lutz est membre du CA).

GM avait aussi en main une propriété intellectuelle très convoitée : le système Voltec (groupe motopropulseur pour voitures électriques avec prolongateur d'autonomie).

Il ne faut pas oublier que le marché global de vente de voitures neuves a drastiquement diminué ! Terminé l'époque où les General Motors et Toyota vendaient chacun plus de 9 millions de véhicules par année ! Je vous rappelle les 3 raisons principales de cette diminution substantielle :

1) L'essor du transport collectif propre et rapide: L'Hyperloop de Elon Musk est maintenant fonctionnel à peu près partout dans le monde. Les autobus électriques sont très peu coûteux et efficaces pour les trajets urbains ou périurbains.

2) La durée de vie des voitures: Les voitures d'aujourd'hui ont une durée de vie d'au moins 25 ans. Je vous rappelle que l'odomètre de ma propre Tesla Model S 2013 a dépassé les 1,6 million de kilomètres ! Toujours pas une trace de rouille sur sa carrosserie 100% en aluminium, et mes coûts d'entretien demeurent aussi bas que lorsqu'elle était neuve ! J'ai changé une seule fois la batterie (en 2020 avec 650 000 KM au compteur), car elle avait perdu 30% de sa capacité originale, le tout pour un coût de 10 000$, une aubaine, car la batterie de remplacement avait une capacité de 150 kWh en plus d'avoir un poids 10% moindre que la batterie originale. Aujourd'hui, en 2026, ma seconde batterie me fournit toujours 80% de sa capacité originale, ce qui est amplement suffisant pour mes besoins. De plus, ma première batterie est actuellement utilisée à la maison en tandem avec mes 15 KW de panneaux solaires. Dire qu'il y avait des sceptiques en 2013 qui disaient que les batteries au lithium ne seraient bonnes que pour 2 ans!

3) L'autopartage et les voitures autonomes: La majorité des propriétaires de voitures la rende disponible à l'autopartage, c'est tellement facile avec les technologies existantes. Finie l'époque où une voiture était stationnée 95% du temps ... aujourd'hui, une seule voiture comble les besoins de 4 familles ! De plus, les voitures autonomes ont révolutionné l'industrie du taxi ! Pas de conducteur à rémunérer et comme toutes les voitures sont électriques, la tarification a diminuée de plus de 75% pour certains trajets !

En résumé, on ne change plus de voiture tous les 4 ans... de toute façon, notre planète avec ses ressources limitées ne nous permet plus ce rythme infernal ! Le prix d'une voiture est plus élevé à l'achat (50 000$ en moyenne alors que c'était 30 000$ en 2013), mais son coût d'entretien et de fonctionnement n'est qu'un dixième du coût d'une voiture de catégorie équivalente en 2013 ! Autre point non négligeable, les voitures déprécient beaucoup moins rapidement.

Cette situation a fait très mal aux manufacturiers traditionnels, qui étaient habitués à vendre à gros volume avec de faibles marges bénéficiaires. L'Économie mondiale a connu une dépression presque aussi terrible qu'en 1929, avec de la déflation au menu !

L'autre division de Tesla, Tesla Energy, est tout aussi rentable que Tesla Motors. Avec plus de 20 000 stations de recharges partout dans le monde (chacune pouvant recharger 10 voitures en même temps). Et tous ces sites proposent l'échange de batterie en moins de 90 secondes.

Tesla Energy est ainsi devenue le plus gros grossiste en électricité à l'échelle planétaire, grâce à la revente d'énergie aux heures de pointe bien sûr, mais aussi grâce à ses milliers de sites de production d'énergie durable acquis ou construit au fil des années : panneaux solaires, éoliennes, centrales hydro-électriques.

Il y a longtemps que la première usine de Tesla Motors, situé à Fremont en Californie, fonctionne à plein régime ! D'ailleurs, en date d'aujourd'hui, Tesla compte 12 usines dans le monde actuellement. Malheureusement pour le Québec, aucune usine n'y a élu domicile.

J'ai pourtant tenté de convaincre les leaders politiques et économiques du Québec de mettre le «paquet» pour y attirer cette entreprise révolutionnaire en 2013, pour être prêt lorsque Tesla désirait construire sa deuxième usine en sol nord-américain (ce fut fait en 2017).

Malheureusement, Tesla a choisi le Vermont qui a su répondre rapidement à ses exigences. Pourtant, nous étions en avance dès le départ : de l'excédent en électricité propre et une belle infrastructure de transport (fleuve, autoroute, train). Malheureusement, nos «compétiteurs» ont su combler leurs lacunes ... mais ils avaient un atout que nous n'avions pas: un fort leadership et consensus politique!

Et aujourd'hui, nous n'avons plus ces avantages, car la production d'énergie renouvelable est une commodité disponible en abondance à peu près partout ! Il est dommage que le Québec n'ait pas su tirer des leçons sur l'avènement des mégacentres de données de serveurs, malgré ses nombreux avantages (électricité propre, climat froid diminuant les coûts de climatisation, situation géographique avantageuse et infrastructure de fibre optique à l'avant-garde). Nous n'avons pas su attirer aucun des grands joueurs dans ce domaine (Google, Apple, Facebook, etc.) ... et la raison est due au manque de vision et de leadership.

D'ailleurs, Tesla vient d'annoncer l'ouverture de deux nouvelles usines en Amérique du Nord. C'est dans deux usines abandonnées (Chrysler et GM) à Detroit qu'elles seront installées ! TESLA a obtenu ces sites pour le prix dérisoire de 10 000$ ! Detroit en a bien besoin, car elle est n'est plus que l'ombre de ce qu'elle était au 20e siècle où elle était alors la fierté industrielle de toute la nation américaine !

Il faut aussi souligner le fait que c'est actuellement les 5 garçons d'Elon Musk qui gèrent son patrimoine entrepreneurial (Tesla, Space X, Solarcity, Hyperloop). Elon Musk est actuellement en route pour Mars, afin de préparer la colonisation de la planète rouge !

Ceux qui ont investi dans Groupe Tesla (Tesla Motors et Tesla Energy) pour le long terme sont maintenant très prospères, car la capitalisation boursière de l'entreprise est aujourd'hui à plus de 900 milliards de dollars!

Ok! Maintenant on garde cet article en signet et on vérifie dans 5 ans, 10 ans, 13 ans.

Qu'est-ce qui le plus la chance d'arriver?

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Future Cars

Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.