LES BLOGUES

VIH: de l'indétectabilité...

Certaines personnes pensent que le fait d'être indétectable signifie être séronégatif, ce qui est une erreur.

14/07/2017 09:00 EDT | Actualisé 14/07/2017 09:00 EDT
Getty Images/iStockphoto
Avec le port du condom, on parle de près de 99,9% de chance de ne pas transmettre le virus, mais nous sommes encore loin du 100%, car ces conditions sont encore parfois difficiles à remplir.

L'organisme montréalais Rézo, dont les activités sont essentiellement concentrées autour de la prévention de la transmission du VIH et des autres maladies sexuellement transmissibles entre hommes, publie sur Youtube une information à tout le moins assez surprenante, selon laquelle une personne dont la charge virale est indétectable ne pourrait absolument pas transmettre le VIH. Même chose sur sa page Facebook, le 15 juin dernier, où Rézo déclare «Une charge virale indétectable, c'est quoi? Pourquoi le VIH est intransmissible lorsqu'il est indétectable?», et accompagne cette question d'une capsule vidéo où on explique la théorie. Car effectivement il ne s'agit que d'une théorie.

Dans les faits, que signifie être indétectable selon les dernières normes? D'après le Portail VIH/SIDA du Québec, le terme « indétectable » est utilisé lorsque la quantité de virus présents dans le sang (la charge virale) est très faible. Les appareils de laboratoire actuels peuvent détecter le VIH à partir d'un certain seuil (40 ou 50 copies de virus par millilitre de sang, selon le test). En bas de ce seuil, on dit que la charge virale est indétectable. On ne dit pas ici que le virus est absent, mais simplement qu'il ne peut être détecté par les moyens habituels en dessous d'une certaine quantité.

Certaines personnes pensent d'ailleurs que le fait d'être indétectable signifie être séronégatif, ce qui est une erreur.

Certaines personnes pensent d'ailleurs que le fait d'être indétectable signifie être séronégatif, ce qui est une erreur.

À l'appui de son affirmation, Rézo cite une étude «Partner 2016» qui conclurait, selon l'organisme communautaire, que 100% des personnes séropositives traitées de façon optimale par une trithérapie et dont la charge virale est indétectable seraient dans l'impossibilité de transmettre le VIH à d'autres. Or, ce n'est pas ce que dit l'étude. Pire, les chercheurs disent même que chez les personnes homosexuelles, plus de recherches sont nécessaires avant de tirer des conclusions définitives!

Selon l'étude publiée par l'Institut national de santé publique du Québec: «En 2016, aucune transmission entre les partenaires de couple n'a été observée chez les 888 couples hétérosexuels et 340 couples homosexuels participant à l'étude (IC 95 % : 0,30 /100 couple-année de suivi), et ce même si 6 % de l'échantillon a contracté une ITSS pendant l'étude; 11 partenaires séronégatifs ont contracté le VIH pendant l'étude, mais l'infection n'était pas liée à l'infection de leur partenaire selon les analyses phylogénétiques. Toutefois, les auteurs précisent que les données sont à titre indicatif pour guider la prise de décision sur une base individuelle (de couple) chez les couples hétérosexuels. L'étude doit se poursuivre afin d'obtenir davantage de données chez les couples HARSAH (lire gais). Ils ne peuvent non plus estimer le risque pour les couples récents (<6 mois).»

Quant aux 11 cas de transmission chez les personnes gaies dont fait état l'étude, 8 seraient explicables alors qu'on cherche encore pour les 3 autres...

Nous sommes donc très loin de l'affirmation jovialiste de Rézo, et en publiant de telles informations incomplètes que les chercheurs qualifient eux-mêmes de préliminaires, Rézo transmet un message qui peut inciter certaines personnes à se déresponsabiliser face aux moyens habituels de prévention comme le port du condom, même si la personne est «indétectable».

En conclusion, il est clair qu'une personne séropositive sous trithérapie dont la charge virale est indétectable, qui prend de façon assidue ses médicaments et qui passe un test de charge virale aux 3 mois met en oeuvre des moyens très efficaces pour diminuer la transmission du VIH. Avec le port du condom, on parle de près de 99,9% de chance de ne pas transmettre le virus, mais nous sommes encore loin du 100%, car ces conditions sont encore parfois difficiles à remplir.

Si vous avez des craintes ou des questions sur la question du VIH ou des autres maladies transmissibles par relations sexuelles, parlez-en à votre médecin qui reste la personne la mieux informée sur la question.

LIRE AUSSI
»
BLOGUE Retour sur le décès du professeur Mark Wainberg
» Une autre épidémie de Zika en vue au Brésil?
» Tinder n'en pouvait plus de ce «match» qui dure depuis 2014

Les billets de blogue les plus lus sur le HuffPost