Roger Luc Chayer

RECEVEZ LES NOUVELLES DE Roger Luc Chayer
 

Steeve Biron et la désinformation de CHOI-FM

Publication: 6/03/2012 07:15

Dans l'art de la désinformation, CHOI-FM/RadioX de Québec vient de se positionner comme championne suite à la diffusion d'une émission portant à l'origine sur l'affaire Steeve Biron mais qui s'est transformée en une exécution publique du principal intéressé. Steeve Biron est accusé de voies de fait graves pour ne pas avoir mentionné son statut sérologique à ses partenaires se sachant atteint du VIH, selon l'acte d'accusation.

Faisant fi de toute éthique et du Code civil, l'animateur Stéphane Dupont et ses deux complices y sont allés, vendredi le 2 mars dernier, d'une charge contre Biron qui n'avait plus rien à voir avec l'information journalistique, qui violait l'ensemble des règles déontologiques en vigueur au Québec et qui, clairement, diffamaient Biron par désinformation. Biron a fait les frais de cette envolée de préjugés, de rumeurs et de récits moralisateurs fondés visiblement sur la haine des gais et sur l'incompétence crasse des personnes responsables non seulement du micro de CHOI, mais de la mise en ondes.

Par exemple, tout au long de cet échange de trois minutes environ qui, malheureusement, était diffusé en direct sur les ondes de CHOI au 98,1 FM, on déclarait que Steeve Biron, était un criminel, qu'il possédait un casier judiciaire en matière criminelle, qu'il était « homosexuel », qu'il avait des relations sexuelles avec des « homosexuels », qu'il avait contaminé quelques hommes du VIH (on le répète tout au long du segment en y mettant toute l'importance possible), que c'était prouvé, qu'il manipulait le système de justice pour éviter un procès. On annonçait comme des faits établis des théories sur la façon de fonctionner de Biron, que Biron avait déjà été jugé pour la même chose (comme s'il était un récidiviste), qu'il avait réussi à obtenir un report de son procès vu la maternité d'un médecin (on confond d'ailleurs le rôle d'un médecin ordinaire avec celui de médecin expert) le tout, malgré la présence au dossier de deux ordonnances de non-publication émises par la Cour du Québec et la Cour Supérieure de Québec!

Les faits énoncés par Dupont (l'animateur) sont d'une gravité extrême, il fallait donc évidemment qu'ils aient été vérifiés au préalable avant diffusion. Mais voilà, CHOI a choisi de désinformer ses auditeurs en énonçant une longue série de faux renseignements, donnant à la rumeur la puissance factuelle d'une information légitime, utilisant la diffamation comme un outil éthique, sans jamais avoir vérifié une seule de leurs affirmations auprès de l'avocat de Biron ou de Biron directement.

Ce qui devait être une émission probablement informative s'est transformé en l'expression d'une haine pure à l'endroit de Biron et des gais, reposant sur des faits fictifs et clairement inventés!

N'importe quel journaliste ordinaire, maîtrisant raisonnablement son éthique et son droit aurait procédé à de simples vérifications factuelles avant de lâcher ça au public comme l'ont fait les trois désinformateurs de CHOI. Avec une simple vérification au Palais de justice de Québec, auprès de l'avocat de Biron, Maître Bernier, ou auprès d'une organisation gaie ou d'un média gai, on aurait découvert que:
On parle des membres de la communauté gaie comme des « homosexuels », qui est le terme médical qui n'est plus utilisé depuis au moins 30 ans pour qualifier les gais, démontrant le mépris qu'ils portent envers des personnes, hommes et femmes gais, qui se sont battus pendant des années pour que le terme « homosexuel », ne soit plus utilisé. N'importe quel média gai ou organisation de la communauté aurait pu aviser Dupont que le terme est méprisant et généralement utilisé par les agresseurs homophobes qui s'en prennent physiquement aux gais.

De plus, Steeve Biron n'a aucun dossier criminel et n'a jamais bénéficié d'un pardon effaçant un hypothétique casier judiciaire antérieur. Une simple vérification téléphonique au greffe criminel et pénal du Palais de justice de Québec l'aurait confirmé.

Dans les procédures contre Steeve Biron, il n'a jamais été question de contamination de qui que ce soit par Biron. Cette information ne repose sur aucun fait réel et Biron n'est pas accusé d'avoir contaminé « quelques hommes », les procédures au dossier sont claires à ce sujet. Il est inculpé selon l'article 268 du Code criminel: Voies de fait graves sans lésions corporelles. Cette cause ne concerne donc nullement un cas de transmission de VIH, encore une fois la simple lecture des procédures ou des actes d'accusation auraient été facile. L'annonce faite par Dupont « d'hommes contaminés par Biron » est totalement fausse!
Quant à la prétendue manipulation du système pour éviter un procès en invoquant la maternité de son médecin, ceci est d'autant plus faux que le juge responsable de la gestion d'instance a clairement dit qu'il reportait l'audition puisque la Cour Suprême du Canada devait se prononcer sous peu quant aux critères de criminalité dans les causes de VIH. La maternité étant secondaire et n'affectant en rien la date de décision de la Cour Suprême, d'autant que le médecin en question témoigne pour la Couronne et non pour Biron, tout le contraire de ce qu'a affirmé CHOI!

L'affirmation à l'effet que Biron serait un récidiviste, car il aurait déjà été jugé pour la même chose dans le passé est totalement fausse aussi. Biron n'a jamais été condamné de quelque crime que ce soit et encore moins accusé de voie de fait grave! L'ensemble du traitement fait par CHOI le 2 mars quant à Steeve Biron était un gâchis professionnel qui ne peut trouver aucun justificatif ni dans la documentation en Cour, ni dans les règles déontologiques du Conseil de Presse du Québec qui oblige les journalistes à vérifier leurs informations avant de les diffuser. Je connais bien le dossier ayant été journaliste dans cette affaire, qui a été enquêtée par Gay Globe dès les premiers jours. Mais il ne s'agissait pas de la première violation de l'éthique avec CHOI dans ce dossier.

Il y a quelques mois, CHOI invitait une prétendue victime de Biron à faire une entrevue, qui s'est vite transformée en lynchage de l'auteur de ces lignes, responsable de l'enquête ayant démontré que l'individu avait possiblement menti dans sa plainte policière et ses déclarations lors de l'enquête policière subséquente.

CHOI savait pourtant qu'une ordonnance de non-publication quant à l'identité de son invité m'empêchait de répliquer avec les faits précis concernant cette personne sous peine de me voir accusé moi-même. Malgré cela, CHOI laissait faire son invité dans ce qu'elle savait être une violation grave de la déontologie journalistique et du droit à la réputation d'un individu. La radio m'accordant par la suite une courte réplique et retirant l'émission de ses archives Internet puisqu'elle avait été avisée de notre intention de la poursuivre.
La réplique actuelle de Steeve Biron ne devrait pas tarder si on se fie à notre entretien du 4 mars. Biron, outré de la nature des fausses informations à son sujet et choqué par l'annonce de contaminations qui n'existent pas a demandé à son avocat de mettre en demeure CHOI de se rétracter entièrement de ses propos, une action en diffamation est sérieusement considérée.

Le Conseil de Presse du Québec sera aussi consulté via une plainte en éthique. Enfin, le CRTC, responsable du permis de radio donné à CHOI, recevra une plainte officielle sous peu. CHOI ayant déjà fait l'objet d'un retrait de permis en 2004 pour la diffusion de fausses informations et propos haineux....

Le public est en droit de recevoir de CHOI, à tout le moins, une information réelle et exacte. Est-ce que l'affaire Biron en sera le vecteur?

 

Suivre Roger Luc Chayer sur Twitter: www.twitter.com/rogerlucchayer