LES BLOGUES

La SAQ dans un Loblaws près de chez vous?

17/07/2013 11:42 EDT | Actualisé 16/09/2013 05:12 EDT

Récemment, la SAQ Classique sur le boulevard Duplessis à Québec a fermé ses portes afin de procéder à un agrandissement et une rénovation complète du magasin. Afin de ne pas cesser complètement les opérations, la SAQ a loué une espace à l'intérieur du magasin Loblaws situé de l'autre côté du stationnement. C'est le concept du «magasin dans un magasin».

Un petit vox pop de quelques clients indique une appréciation plutôt favorable au concept. En magasinant les aliments pour le souper, on peut choisir son poisson ou son steak et passer immédiatement au coin SAQ pour dénicher une bouteille de vin pour bien accompagner tout ça. Oui, les épiceries comme Loblaws ont du vin en magasin depuis longtemps, mais le choix se limite à la «sélection épicerie» imposée par la SAQ: essentiellement des vins en vrac, embouteillés au Québec. Mais dans cette nouvelle formule SAQ-Loblaws, le consommateur accède à l'offre élargie d'un magasin SAQ Classique. Le plaisir de sélectionner son vin est proportionnel au choix, et cela a sans doute aussi un impact positif sur les ventes.

Mais, malheureusement, ce mariage SAQ-Loblaws est temporaire, se limitant aux dates du chantier de construction. Une fois la rénovation terminée, il faudra se contenter de la maigre sélection «épicerie» ou faire un deuxième arrêt à la SAQ située à quelques centaines de mètres plus loin. Peut-être que d'ici là, les succès de cette formule «magasin dans un magasin» pourraient amener la SAQ à réfléchir et repenser certains de ses dogmes:

  • Comme le vin représente 78,6 % des ventes de la SAQ et qu'un grand pourcentage de ce vin est bu en accompagnement d'un repas, quoi de plus naturel que d'élargir l'offre à l'intérieur des épiceries. Une expansion de l'offre conduit naturellement à une expansion des ventes.
  • Pourquoi restreindre la gamme de produits offerte dans les épiceries? Les chaines d'épiceries sont les champions dans la sélection de produits pour répondre aux goûts de leurs clients. Présentement, il est interdit de marquer le cépage sur les bouteilles de vin vendu en épicerie; belle façon de garder le consommateur dans l'ignorance.
  • Et une fois que vous aurez choisi votre bouteille de vin pour souper, pourquoi le cassier de Loblaws serait assez compétent pour «scanner» la bouteille de «Grand Tour» mais ne pourrait pas scanner une bouteille de «Ménage à trois»?


Bref, c'est le moment de démocratiser l'accès au vin en épicerie.

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Les 12 vins de votre été 2013