Richard Marceau

RECEVEZ LES NOUVELLES DE Richard Marceau
 

Dans une librairie près de chez vous!

Publication: 14/02/2012 10:17

Ces jours-ci sortent en librairie trois livres sur lesquels j'ai bien hâte de mettre la main. Trois livres écrits par des amis personnels, des penseurs originaux qui ont, chacun, des visions du Québec qui sont à la fois très divergentes, mais qui, toutefois, se recoupent sur certains points. Je parle d'Éric Duhaime, Jean-François Lisée et Mathieu Bock-Côté.

Duhaime: tout sauf un conservateur

Le premier en lice est Éric Duhaime, qui publie L'État contre les jeunes chez VLB. En très peu de temps, Duhaime est devenu, tel que je lui avais prédit il y a quelques courtes années, le principal porte-parole de la droite libertarienne au Québec. (On peut difficilement qualifier Duhaime de « conservateur » puisque, au contraire, il veut radicalement changer le Québec d'aujourd'hui.)

Aimant brasser la cage, ayant des opinions bien tranchées, Duhaime, appuyé par de puissants relais médiatiques, a vu son livre se faire attaquer avant même sa publication, ce qui démontre l'impact qu'il peut avoir.

Je souhaite qu'on prenne le temps de le lire et que, d'accord ou pas avec sa thèse principale, ce livre nourrisse le débat d'idées.

Lisée: l'homme à idées

Le second livre à paraître est celui de Jean-François Lisée, intitulé Comment mettre la droite k.-o.en 15 arguments chez Stanké.

Commentateur recherché et écouté, blogueur influent, fin causeur autour d'un repas, Lisée croit aussi, comme Duhaime, que le rôle de l'État doit être revu, mais, contrairement à Duhaime, n'en nie pas l'importance.

Se plaçant sur l'échiquier politique dans la case de la "gauche efficace", rejetant la gauche jurassique des Dubuc, Laviolette et autres (mais que fait-il à tenter de marier le parti de centre-gauche qu'est le Parti québécois et la go-gauche à saveur des années 60-70 de Québec solidaire?), Lisée se veut le porte-parole de l'idéalisme pratique auquel bon nombre de Québécois s'identifient.

Bock-Côté: un gaulliste québécois

Le conservateur gaulliste Mathieu Bock-Côté, tout aussi souverainiste que Lisée bien qu'ailleurs sur le spectre gauche-droite, affichait déjà une indépendance de pensée farouche lorsque je l'ai connu, jeune militant au sein du Forum jeunesse du Bloc québécois. Il nous promet avec Fin de cycle. Aux origines du malaise politique québécois son analyse de ce qu'il considère être la fin d'un cycle politique au Québec.

La mort de l'Action démocratique du Québec et la quasi-disparition du Bloc québécois (deux partis nés de l'échec de l'Accord du Lac Meech en 1990) semblent à tout le moins a priori lui donner raison.

Bock-Côté, dont la culture générale est vaste, promet de faire réfléchir beaucoup de gens, en particulier tous ceux dont l'activisme politique était déterminé et « drivé » par la question nationale.

Les intellectuels, phares de la société

Qu'il y ait aujourd'hui, au Québec, des hommes tels qu'Éric Duhaime, Jean-François Lisée et Mathieu Bock-Côté, qui allient réflexion et action, jouent le rôle - essentiel - d'intellectuels tout en demeurant accessibles à tous, qui ont encore la volonté affichée de changer le Québec, au lieu de se laisser avaler par le cynisme ambiant témoigne de la vitalité de notre société.

Le Québec ne peut que s'en porter mieux.