Richard Marceau

RECEVEZ LES NOUVELLES DE Richard Marceau
 

Regard sur la communauté juive du Canada

Publication: 17/12/2012 16:55

Puisque nous semblons avoir une tradition de faire le point à la fin de chaque année, et que je ne voudrais pas y déroger, j'ai pensé que la situation de la communauté juive du Canada à l'aune de 2013 devrait faire partie de ce bilan annuel.

Malgré certains défis importants auxquels nous, en tant que communauté juive canadienne, faisons face (par exemple 20% de la communauté juive du Québec vit sous le seuil de la pauvreté, et elle vieillit rapidement), notre présent est brillant, et notre avenir, encore plus.

Peu importe ce qui nous attend, peu importe les difficultés, la communauté juive a ce qu'il faut pour les surmonter.

L'appui à l'État d'Israël parmi nos leaders politiques est clair, fort et sans équivoque. Non seulement le gouvernement Harper en a fait un pilier de sa politique étrangère, l'objectif d'une relation Canada-Israël solide est partagé par les partis d'opposition officiellement reconnus à la Chambre des Communes.

L'Assemblée nationale du Québec a récemment voté à l'unanimité une motion réaffirmant notamment "le soutien indéfectible du Québec à une solution négociée qui incarne (...) la nécessité pour Israël de vivre en paix à l'intérieur de frontières sûres et reconnues" - ce qui veut dire que même le parti de gauche radicale Québec solidaire a publiquement donné son appui à Israël, ce qui, il faut l'admettre, est, pour moi en tous cas, surprenant. Un beau cadeau de Noël.

De plus, les Canadiens dans leur ensemble comprennent que le Canada et Israël partagent les valeurs de démocratie, de la suprématie du droit (rule of law), du respect des minorités (ethniques, religieuses, sexuelles), du droit des femmes à l'égalité, etc. Cela fait de la relation Canada-Israël une relation plus profonde, puisque bâtie non seulement sur des intérêts, mais sur une vision du monde similaire.

La communauté juive du Canada est bien intégrée dans son ensemble (mis à part certaines communautés ultra-orthodoxes qui vivent en autarcie dans tous les pays où ils habitent, y compris en Israël) et elle connait beaucoup de succès - ce qui en fait un modèle pour plusieurs communautés culturelles plus nouvellement arrivées.

L'antisémitisme, bien que malheureusement présent (voir certains de mes textes précédents), est combattu par les pouvoirs publics.

Aucune porte ne nous est fermée. Aucun club ne nous rejette. Aucun parti politique ne tente de se faire du capital politique sur notre dos.

Au contraire, nos idées, notre énergie, notre contribution sont recherchées dans tous les secteurs des sociétés québécoise et canadienne : arts, culture, politique, économie, innovation, technologie, et j'en passe.

Nous nous sommes dotés d'institutions qui sont des modèles pour les Québécois et les Canadiens. Nos fédérations communautaires sont au centre de vastes réseaux caritatifs, éducatifs, culturels et charitables. Nos porte-paroles - en premier lieu le Centre consultatif des relations juives et israéliennes - ont une voix non seulement écoutée, mais recherchée.

Sans vouloir sombrer dans la grandiloquence, je crois que, dans quelques siècles, cette période au Canada sera considérée comme une sorte d'âge d'or dans la longue histoire juive mondiale.

Tout comme le Québec (alors appelé le Bas-Canada) a été la première juridiction de l'Empire britannique à octroyer tous les droits civils et politiques aux Juifs (26 ans avant la Grande-Bretagne elle-même!), j'espère que cet âge d'or ici, chez nous, servira d'exemple à travers le monde.

En terminant, je me risquerai à une prédiction: la faune anti-Israël qui commente souvent mes textes de façon fielleuse continuera de le faire si ne serait-ce qu'un seul mot gentil est écrit en faveur du seul État juif du monde et de la seule démocratie du Moyen-Orient.

Joyeuses Fêtes!

 

Suivre Richard Marceau sur Twitter: www.twitter.com/richardmarceau

Suivre Le HuffPost Québec