Renee Jain

RECEVEZ LES NOUVELLES DE Renee Jain
 

Pourquoi nous sommes toujours négatifs (et comment se soigner)

Publication: 04/07/2013 13:41

Les évènements négatifs sont marquants.

Lorsque j'étais en classe de 5e, un de mes camarades -Scott, avec qui je discutais rarement- est venu me voir et m'a donné un conseil que je ne lui avais pas demandé:

"Si tu veux te marier un jour, m'a-t-il craché à la figure, je te suggère de te débarrasser de tes culs-de-bouteille et de porter un appareil dentaire. Sinon, personne ne voudra jamais t'épouser".

Au fond, je savais que cette prédiction était immature. Mais les mots m'ont tout de même fait mal. Je n'ai pas eu à attendre très longtemps pour que Scott, rongé par le remords, vienne me présenter une myriade d'excuses. Plus tard, j'ai même appris que cet élan de cruauté était parti d'un pari que les lois du collège rendaient impossible de refuser. Mais cela ne faisait aucune différence. Le mal était fait. Malgré tous les bons souvenirs de cette époque et malgré les années qui passent, ce moment douloureux -ce sentiment d'impuissance- reste bien ancré dans ma mémoire.

Adultes, nous continuons de ruminer les pensées négatives. Imaginez un entretien d'évaluation pendant lequel votre patron fait l'éloge de vos capacités dignes d'un super-héros avant de conclure en vous parlant d'un tout petit aspect que vous pourriez "améliorer". Plus tard, vous repensez à l'entretien. Là, tous les commentaires positifs disparaissent et vous n'êtes plus capable de penser à autre chose que cette suggestion finale "d'amélioration". Ça vous dit quelque chose?

Si vous avez tendance à remarquer ou vous appesantir sur ce qui est négatif, pas d'inquiétude. En fait, vous êtes simplement un être vivant pour lequel le mal a plus d'importance que le bien. Et oui, les humains ont été conçus avec la capacité de repérer les circonstances et conséquences négatives. C'est d'ailleurs ce qui a permis à nos ancêtres de survivre.

Pensez aux hommes des cavernes qui partaient chercher de la nourriture pour leur famille. Ceux qui ont survécu ont réussi grâce à leurs sens aiguisés permettant d'éviter les attaques de félins aux dents acérées. De nos jours, le besoin de fuir les prédateurs est plutôt rare mais il nous reste pourtant un résidu psychologique de l'époque préhistorique: un penchant pour la négativité.

Ce penchant est en fait la tendance à être plus sensible aux évènements négatifs que positifs. Certains chercheurs avancent que, psychologiquement parlant, les évènements négatifs pèsent trois fois plus lourd dans la balance que les évènements positifs. Même si ce penchant nous sert quand notre survie est en jeu, il peut avoir un effet très stressant dans la vie de tous les jours. La question est donc de savoir comment surmonter cette tendance à toujours voir le mal.

Ce qu'il faut, c'est faire en sorte que les moments positifs comptent plus que les autres. Découvrez ci-dessous quatre techniques inspirées par des études pour y arriver:

1. Profitez des bons moments. Des études dans le domaine des neurosciences indiquent que si les évènements négatifs sont ancrés instantanément dans votre esprit, les moments positifs ont besoin de 5 à 20 secondes pour être assimilés émotionnellement. Quand quelque chose de bien vous arrive, arrêtez-vous et profitez-en au maximum. Réfléchissez aussi à ce que vous ressentez grâce à votre toucher, votre odorat, votre vue et votre ouïe.

2. Exprimez votre joie. Gardez un journal dans lequel vous écrivez trois éléments positifs par jour. Écrire ce qui est bien peut vous aider à en profiter plus longtemps. Quand un moment positif se présente, fêtez cela! Autorisez-vous à fêter les petites victoires, même celles qui peuvent sembler ordinaires.

3. Déconnectez-vous. Dans le monde de la presse, on dit parfois que "le malheur fait vendre" parce que les informations négatives attirent davantage d'audience. Même s'il est très important de rester informé, il n'est pas nécessaire d'engloutir des informations négatives en permanence. Essayez de faire une pause de 24 ou 48 heures en ne regardant que les grands titres ou en vous concentrant sur les histoires positives.

4. Évaluez la situation du mieux que vous pouvez. Notre penchant pour la négativité est en partie dû à notre surestimation des menaces qui nous entourent. Mère Nature préfère que nous considérions quelque chose comme étant négatif pour que nous réagissions rapidement. Disséquer chaque instant auquel nous nous sentons menacés n'est pas toujours possible mais cela aide à neutraliser notre penchant pessimiste. Accordez-vous quelques minutes pour prendre un peu de distance et essayer d'évaluer précisément ce qu'il vient de vous arriver. Que ce soit un entretien d'évaluation ou une dispute avec votre moitié, pensez aux aspects positifs et négatifs avant de juger la situation.

Essayez maintenant ces techniques de façon régulière et vous verrez que votre penchant naturel pour la négativité commencera à faiblir!

AUSSI SUR LE HUFF POST QUÉBEC:

Loading Slideshow...
  • 1. Soyez attentive aux signes

    Le meilleur moyen de gérer votre stress est d'éviter qu'il s'accumule. Mais il est parfois difficile d'écouter son corps car les signes d'apparition du stress peuvent être subtils. Essayez de prendre 5mn, chaque jour, pour réfléchir à ce qui a pu modifier vos habitudes... Changement qui serait causé par l'anxiété.

  • 2. Changez votre centre d'intérêt

    Quand vous vous sentez tendue, vous avez tendance à repenser mentalement, et ce de manière répétitive, à ce qui a causé votre stress. Essayez de changer de «focus» et concentrez-vous sur votre corps. Trouvez un endroit calme pour vous assoir, respirez profondément et lentement par le nez, expirez par la bouche.

  • 3. Bougez

    Il est facile de trouver des excuses pour ne pas faire d'exercice... Alors que le sport, justement, aide à équilibrer les hormones du stress. Prenez une pause, allez marcher, montez des escaliers ou relaxez avec de la musique douce si vous ne pouvez pas vous défouler au gym.

  • 4. Mangez santé

    Quand on est stressée, la nature humaine veut qu'on se réconforte avec un bon morceau de gâteau ou autre sucrerie. C'est pourtant le moment où il faut, plus que jamais, s'en tenir à de saines habitudes alimentaires. Les desserts font monter votre niveau de sucre dans le sang, vous faisant sentir encore plus stressée. Essayez plutôt du chocolat noir, des fruits, des crudités. Mâcher une carotte crue aiderait à se défouler, paraît-il!

  • 5. Téléphonez à un(e) ami(e)

    Passez du temps avec vos ami(e)s, cela vous fera décompresser après une journée de fou. Si vous ne pouvez pas sortir le soir, prenez un dîner à l'extérieur avec un(e) collègue que vous aimez bien. Attention à ne pas faire tourner la conversation en session de critiques!

  • 6. Sortez!

    Rester collée à votre bureau peut vite vous faire entrer en mode «Je suis dépassée!» Alors que sortir prendre l'air peut vous aider à vous calmer. Prenez une pause, sortez, regardez autour de vous, profitez du beau temps.

  • 7. Préparez-vous à dormir

    Alors que vous vous apprêtez à vous coucher pour une bonne nuit de sommeil, hop, tous vos soucis ressurgissent! Et c'est un cercle vicieux: le manque de sommeil ne fait que vous rendre encore plus anxieuse. Pour éviter de tomber dans ce cycle infernal, prenez un papier et un crayon et écrivez toutes les pensées négatives et la liste de ce que vous avez à faire... Bref, sortez-les de votre tête.

  • Comment déstresser

    (Vidéo en anglais) BeYOU.tv videos: Gary Null montre des techniques pour relaxer.

 

Suivre Renee Jain sur Twitter: www.twitter.com/@renjain

Suivre Le HuffPost Québec