LES BLOGUES

Ukraine et trahison française

19/06/2016 10:04 EDT | Actualisé 20/06/2017 05:12 EDT

Cher Monsieur Mariani,

Toutes mes félicitations! J'admire votre constance dans votre russophilie et votre persévérance dans vos efforts titanesques pour faire passer à l'Assemblée nationale française une proposition de résolution appelant à la fin des sanctions économiques à l'encontre de la Russie; soulignons-le, un vote eut lieu dans un hémicycle printanier quasi inoccupé. L'absentéisme des députés français ne serait-il pas un fléau parfois opportun?

Grâce à certains de vos acolytes à la chambre haute, amateurs invétérés eux aussi de vacances en Crimée, votre résolution quelque peu allégée pour ne pas gêner la mission fort délicate du ministre des Affaires étrangères, a été approuvée le 8 juin par une écrasante majorité de 301 votes contre 16. Quelle fierté, me diriez-vous d'être à fois français, européens, républicains, courageux, rationnels, visionnaires et solidaires de la grande Russie! Et oui, les sénateurs soucieux du bien-être de leurs campagnes rurales et électorales souhaitent écouler leurs surplus de porcs en Russie; réformer une agriculture industrielle cruellement dépassée ne saurait satisfaire un certain syndicat tout-puissant!

Vaillant, vous vous démenez aussi pour la cessation des sanctions personnelles dont vos amis russes font l'objet. Cela me touche et me rappelle les dénonciations des grandes consciences du XVIIIe siècle des injustices de ce bas monde. Le silence d'Amnesty International à ce sujet est plutôt frappant, n'est-ce pas ? Vous faites bien de nous rappeler l'affront causé par le mauvais traitement infligé à votre confrère Sergueï Narychkine, décoré pourtant, vous nous l'apprenez, de la légion d'honneur qui, permettez mon outrecuidance, est devenue une distinction aujourd'hui quelque peu affairiste. Hélas, je conçois qu'il y ait quelques iniquités, le prince héritier d'Arabie Saoudite ayant reçu de notre glorieuse République cet honneur pour services après-vente.

Mais qui est au juste ce bel ami que vous défendez si vaillamment? Après une longue recherche de quelques secondes sur Google, je découvre qu'il s'agit du Président de la Douma à qui on impute les mensonges de la propagande officielle, propagande justifiant implicitement l'intervention musclée de la Russie en Ukraine, qui mentionnons-le, détail trivial, a fauché la vie d'une dizaine de milliers d'hommes et de femmes. Ce Monsieur haut placé, mais si discret tonne à qui veut bien l'entendre que des Ukrainiens à fois nationalistes, anti-démocratiques, russophobes et malveillants à l'égard de prétendues minorités russes se seraient emparés du pouvoir par la force à Kiev. Pourquoi donc condamner des gens dont le seul crime est de faire entendre des propos incitant à la peur et à la haine?

Cher Thierry, vous avez raison de soulever une autre question bien plus profonde à mon humble avis : est-il raisonnable de priver les entreprises françaises performantes dans le secteur de l'armement, secteur imperméable aux grèves corporatistes, de contrats juteux avec la grande Russie eurasienne alors que ce pays n'aurait envahi qu'une toute petite péninsule russophone et russophile, à peine plus grande que la Bretagne?

Peu importe si les 40 % de la population de la Crimée étaient alors d'origine ukrainienne ou tatare, nous savons que notre vieille République laïque méprise les mouvements minoritaires et identitaires qui sont en proie à la division et au communautarisme. Heureusement que Vladimir Poutine a mis fin à cette folie ukrainienne qui consistait à donner visibilité et autonomie aux petits peuples oubliés. N'ayez crainte, la sacro-sainte politique de répression dont les Russes sont empiriquement les plus aptes, nous délivrera d'un nouveau front dans notre lutte commune contre l'islamisme obscurantiste. Et s'il y a radicalisation chez les Tatars de Crimée, nous pourrons toujours accuser les fourbes Américains et leurs complices kiéviens d'en être l'origine, notamment en les armant en catimini comme vos connaissances moscovites savent si bien le faire dans le Donbass. Il est fort à parier que les Turcs quelque peu remontés contre vos amis restent neutres dans le mauvais traitement infligé à une flopée turcophone. Je vous rassure Thierry, il sera toujours plus salutaire de défendre la cause palestinienne que celle des Tatars et vilipender Israël restera éternellement plus chic dans les salons parisiens que de critiquer notre Russie! Par ailleurs, puisque nous sommes branchés désormais sur le mode redécoupage des frontières, pourrions-nous nous débarrasser des Alsaciens qui ont parfois été annexés à l'Allemagne? Ils seront sans doute plus heureux dans une Allemagne américanophile, moderne, riche, dynamique, travailleuse, harmonieuse, capable de s'adapter aux aléas de la mondialisation.

Je comprends votre colère, mais soyez apaisé, les Russes sont des gens généreux envers leurs amis. Et qui sait, peut-être un jour, si nous nous plions à leurs demandes trop raisonnables et que nous leur fournissons armes et bétail à volonté, nous assisterons au démembrement du Kazakhstan que votre femme connaît si bien. Il se pourrait qu'il y ait de bonnes opportunités pour les entreprises françaises dans ces nouvelles entités kazakhes bientôt baptisées Nouvelle-Sibérie.

Cher monsieur Mariani, je vous offre quelques minutes de détente musicale pour entendre la chanson de Jamala, gagnante de l'Eurovision, dont les Russes sont si bizarrement friands. Dans cette chanson intitulée 1444, Jamala fait revivre sous de belles paroles la déportation de son peuple par les troupes du Kremlin. La chanteuse, qui n'était pas voilée, pleure pour sa terre natale dont elle est désormais persona non grata, son pays venant de passer une fois de trop sous le rouleau compresseur russe dont vous vous faites hardiment le héraut. Mais peut-être préfériez-vous une lecture de Léon Tolstoï qui, dans sa nouvelle intitulée Hadji Murat, décrit toute la haine des peuples musulmans du Caucase écrasés sous l'impitoyable joug russe. Relation de cause à effet sans doute?

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Les billets de blogue les plus lus sur le HuffPost

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter