LES BLOGUES

À propos des armes à feu

03/02/2016 04:14 EST | Actualisé 02/02/2017 05:12 EST

D'abord, je veux dire qu'une loi inutile est une loi nuisible en raison des coûts qu'elle engendre.

L'argument principal des opposants au registre des armes d'épaule est de clamer son inutilité. D'après eux, toutes les armes achetées légalement au Canada sont fichées et leurs propriétaires aussi.

L'information serait disponible pour les corps policiers qui en ont besoin. Autrement dit, le registre proposé ne serait qu'un coûteux dédoublement de ce qui existe déjà.

Si cela est vrai, il faudrait que ce soit expliqué clairement à la population et, plus particulièrement, aux familles des victimes de Polytechnique. Si ce projet de loi est inutile, il est forcément nuisible.

Si l'argument des opposants est inexact, il faudrait que l'État mette les pendules à l'heure en disant pourquoi la création d'un registre est utile, sinon nécessaire. Son silence est embarrassant pendant que se multiplient les mutineries au sein de la députation.

Ceci étant dit, je m'étonne du ressentiment qu'éprouvent des chasseurs et des amateurs d'armes à feu envers le gouvernement.

Un commentaire: «Ce qu'ils veulent, c'est nous contrôler et nous dominer.»

Un autre: «Les féministes montréalaises bruyantes et les mamans des victimes de la polytechnique ont plus de poids politique que la majorité...silencieuse.»

Encore: «Le registre des armes d'épaule n'a pas pour but d'aider les policiers ni d'augmenter la sécurité. Il a pour but d'en taxer la possession, et ils y vont par étape. D'abord, ils tentent de nous faire croire que ce sera gratuit pour qu'on les enregistre. Une fois que ce sera fait, ils nous imposeront une taxe annuelle sur la possession de chaque arme.»

Ces arguments-là ne sont ni rationnels ni rassurants... Si un amateur d'armes est incapable de raisonner, il est dangereux. Pourquoi? Parce que l'utilité des armes à feu est de tuer. Elles doivent donc être manipulées avec soin par des personnes responsables.

J'entends déjà les objections: les armes ne tuent pas, ce sont les personnes qui tirent sur la gâchette qui tuent. C'est précisément pourquoi on doit éviter qu'elles ne tombent dans de mauvaises mains.

J'entends d'autres objections: le droit de se défendre est fondamental. Il ne peut être limité par l'État. Certains affirmeront même que l'autodéfense est un droit naturel. S'il existe un droit naturel, celui du chevreuil serait d'avoir une petite chance de se défendre contre son agresseur. Au lieu de cela, il meurt tiré à bout portant par un chasseur qu'il n'a pas vu ni senti tellement celui-ci se tient loin avec sa grosse lunette d'approche.

Mesdames et Messieurs qui aimez chasser ou tirer du fusil, je me permets de vous rappeler qu'obtenir un permis d'acquisition ou de port d'armes n'est pas un droit. On n'a pas besoin de permission pour exercer ses droits. Le permis gouvernemental, c'est un privilège qui vous donne la permission d'exercer vos talents de tueurs. Ce n'est pas rien. Comme tous les privilèges, c'est accordé au mérite.

Si vous avez obtenu le droit de tuer, c'est parce que les autorités, après vérifications, pensent que vous en ferez bon usage. Par conséquent, vous seriez aimables d'arrêter de chicaner parce que vous trouvez les gouvernements trop envahissants, les lois trop restrictives, les règlements trop tatillons et les procédures trop coûteuses.

Il y a des situations où un excès de prudence est préférable à trop de laxisme.

Les citations ci-dessus sont extraites des commentaires sur ce billet.

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Fusillade à San Bernardino, en Californie

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter