LES BLOGUES

Négociations avec le SPGQ: le président refuse de négocier

Lettre à Richard Perron, président du Syndicat des professionnelles et professionnels du gouvernement du Québec.

13/12/2017 14:07 EST | Actualisé 13/12/2017 14:07 EST
BrianAJackson via Getty Images

Monsieur Richard Perron
Président
Syndicat des professionnelles et professionnels du gouvernement du Québec

Monsieur le Président,

Le 12 novembre dernier, je vous ai fait part des marges de manœuvre gouvernementales et je vous ai proposé des ouvertures afin d'en arriver à une entente avec votre syndicat. Lors de cette rencontre, vous avez manifesté le souhait d'en arriver à un règlement avant la fin décembre.

Depuis, une rencontre de négociation s'est tenue le 17 novembre dernier avec vos représentants qui ont laissé sous-entendre qu'ils ne sont pas mandatés pour régler. Malgré nos sollicitations pour tenir rapidement de nouvelles rencontres, vos représentants repoussent leurs disponibilités au 18 ou 19 décembre et mentionne que l'objectif de la prochaine rencontre n'est pas de négocier, mais bien de vous faire expliquer l'entente de principe avec l'APIGQ.

Alors que nos représentants souhaitent poursuivre les discussions à la table de négociation sur la base des échanges avec moi, vos sorties médiatiques semblent contraires à un esprit de règlement, et la disponibilité de vos représentants ne démontre pas une réelle conviction de votre volonté de négocier. Votre stratégie indique une toute autre direction.

En respect pour nos employés, vos membres, la fonction publique et les citoyens du Québec, je demande votre collaboration et votre engagement afin de vous inscrire dans un réel exercice de négociation.

Pour ce faire, je souhaite que vos représentants à la table de négociation disposent des mandats nécessaires afin de faire avancer les discussions. À cette fin, je vous réitère l'entière disponibilité de nos représentants pour que ce processus ait une conclusion heureuse.

Je vous prie de recevoir, Monsieur le Président, mes salutations distinguées.