Pauline Millard

RECEVEZ LES NOUVELLES DE Pauline Millard
 

Quatre bonnes raisons de ne pas regarder Mad Men

Publication: 27/03/2012 10:22

La série télévisée Mad Men a été le sujet de conversation numéro un lundi dernier. Les attentes du public envers la cinquième saison, qui vient tout juste de débuter, ont été les plus importantes dont je puisse me souvenir. Rien d'étonnant à ce que ses costumes, ses intrigues et sa tête d'affiche Jon Hamm aient agrémenté autant de pauses café.

Or cet engouement collectif me laisse perplexe.

Ce n'est pas que je n'aime pas Mad Men. Au contraire, cette série est bien ficelée et les prix Emmy qu'elle a récoltés sont là pour en témoigner. Le problème est que je me sens quasiment obligée de la regarder. Agir différemment équivaudrait à être humiliée dans la cour de récréation.

Dans le monde de la télévision, il n'y a pas de vache sacrée. Mais pour une raison que j'ignore, les personnages de Mad Men ont été élevés au rang de demi-dieux.

Je ne suis pas une hippie attardée qui se méfie des nouveaux médias. En fait, je suis le genre de fille qui aime appeler ses amies le dimanche après-midi pour organiser des séances de visionnement de chaînes spécialisées. Je profite également des siestes de mon enfant pour regarder des reprises sur Hulu.

Mais en ce qui concerne Mad Men, je préfère me faire l'avocate du diable et vous dire ces quatre vérités:

1. La série n'est pas webdiffusée

Tout le monde ne peut pas tenir debout jusqu'en fin de soirée le dimanche. Il y a des gens qui doivent se lever tôt pour aller travailler! Si votre magnétoscope numérique fait défaut, bon nombre de séries peuvent être visionnées en ligne. Malheureusement, ce n'est pas le cas de Mad Men. Il faudra absolument vous plier à l'horaire imposé par AMC. Et compte tenu de la complexité du scénario, prendre un seul épisode de retard pourrait gâcher votre plaisir. En effet, les conversations autour de la machine à café du bureau vont finir par vous mettre au courant de toutes les intrigues.

Quant aux épisodes des saisons précédentes, ils sont disponibles en ligne moyennant paiement, ce qui complique la tâche des fans qui aimeraient se rafraîchir la mémoire avant d'entamer la cinquième saison.

2. Beaucoup d'eau a coulé sous les ponts

Je comprends qu'il y a eu des problèmes contractuels entre les producteurs et les diffuseurs de la série. Mais le retard d'un an et demie qui en a résulté a découragé plus d'un téléspectateur. Les fans à la petite semaine ont eu toutes les occasions de déguerpir ou de changer d'allégeance.

Imaginez un rendez-vous surprise dans lequel votre « prospect » se fait attendre durant une heure, sans même vous envoyer un texto. Quelles sont les chances que vous abordiez une autre personne assise au bar ?

3. Quand la publicité s'invite, il vaut mieux l'éviter

La raison principale pour laquelle nous utilisons des magnétoscopes et des télécommandes est la publicité - ou plutôt le désir d'éviter celle-ci. Les critiques des médias soulignent à quel point notre espace mental en est saturé. Les nouveaux-nés ont déjà visionné des milliers de messages avant même d'avoir appris à dire un mot ! Alors pourquoi un tel enthousiasme pour une industrie que l'on déteste?

En fait, les fans de Mad Men accordent peu d'importance aux argumentaires de vente d'imperméables. Don Draper et les jolies femmes qui l'entourent en sont l'attrait principal. La même brochette de personnages pourrait jouer dans une série consacrée à la rénovation domiciliaire, et celle-ci connaîtrait autant de succès.
Il est vrai que le début des années 1960 représente l'âge d'or des agences publicitaires de Madison Avenue. À cette époque, les hommes fumaient allègrement et ne se gênaient pas pour tâter le postérieur de leur secrétaire. Mais nous avons déjà eu quatre saisons entières de course aux jupons et de machisme invétéré, et le filon risque d'être bientôt épuisé.

4. La dérive des produits dérivés

Le réalisateur Matthew Weiner est fier de dire que sa série est quasi exempte de placement publicitaire. Toutefois, le marché des produits dérivés est florissant. Des poupées Barbie à la ligne de vêtements Banana Republic, tout ce qui peut arborer l'étiquette Mad Men sera commercialisé tôt ou tard. Être fan de Mad Men est un loisir si dispendieux qu'on pourrait le comparer au ski alpin. Ai-je déjà mentionné que les épisodes des saisons passées doivent être achetés?

En ce moment, la ville de New York est tapissée d'affiches géantes et de panneaux lumineux vantant les mérites des nouveaux épisodes. Pas un mur de brique n'y échappe, et des extraits vidéo nous suivent jusque dans les wagons du métro. Franchement, nous approchons du point de saturation. Il n'y a d'autre choix que de s'isoler dans un monastère pour éviter cette frénésie de consommation.

Tiens, j'y pense : Mad Men est une série qui a pour toile de fond le monde de la publicité. Bien joué !

 

Suivre Pauline Millard sur Twitter: www.twitter.com/PaulineyM