Paul Yanic Laquerre

RECEVEZ LES NOUVELLES DE Paul Yanic Laquerre
 

Combien y a-t-il de matricule 728 à la police de Montréal ?

Publication: 12/10/2012 08:16

Le 2 octobre dernier, l'agente Stéfanie Trudeau, alias matricule 728 du Service de police de la ville de Montréal (SPVM), interpellait un citoyen pour le motif que celui-ci avait une bouteille de bière ouverte dans la main sur la voie publique. Cette interpellation pour une offense à la réglementation municipale s'est transformée en une violente altercation impliquant quatre citoyens et une vingtaine de policiers. Les citoyens ont finalement été accusés d'entraves à un agent de la paix, voies de fait et intimidation et Stéfanie Trudeau suspendue « le temps de l'enquête ».

En regardant la vidéo filmée à l'insu de la policière par le cellulaire d'une des personnes qu'elle a agressées, je n'ai pu m'empêcher de penser que j'aurais très bien pu me retrouver dans les souliers d'une des victimes. En effet, bien que j'aie exercé le métier de procureur de la Couronne dans une autre vie, je suis toujours un « gratteux de guitare » et donc un « artiss » et un « mangeux de marde », pour reprendre les termes de la policière lorsqu'elle racontait son fait d'armes à son supérieur. Trudeau a en effet non seulement été filmée, mais a inopinément activé la fonction d'enregistrement d'un des cellulaires confisqués par ses soins. On peut ainsi l'entendre raconter sa version des événements et vociférer son mépris à l'encontre des « carrés rouges » et de tous ceux qui « résistent à un ordre de la police ».

Des antécédents révélateurs

Ce n'est pas la première fois que Stéfanie Trudeau, une haltérophile médaillée lors de compétitions policières, fait les manchettes. Au printemps dernier, elle avait été retirée des interventions spéciales après s'être illustrée en vaporisant du poivre de Cayenne à tout vent lors d'une manifestation étudiante. Elle avait auparavant été suspendue pour six jours suite à une intervention en 2001 à l'hôpital Ste-Justine où elle avait fait preuve d'une agressivité démesurée envers des infirmières dans le dossier une victime de viol. Pourtant, Trudeau, qui était toujours autorisée à porter une arme et à intervenir auprès des citoyens, avait en plus la charge de « former » des recrues. Le policier qui l'accompagnait le 2 octobre était en effet un novice sous sa supervision.

Pour Marc Parent, directeur du SPVM, le comportement du matricule 728 est « complètement inacceptable et intolérable ». Pour Ian Lafrenière, porte-parole du SPVM, la discussion tenue par cette dernière au téléphone est « préoccupante ». Il est en effet particulièrement préoccupant de constater avec quelle aisance Trudeau se sent autorisée à proférer des insanités contre des citoyens qui ne partagent pas sa vision du monde lorsqu'elle s'adresse à un superviseur pour faire son rapport. Il est tout aussi troublant de constater que Trudeau n'a pas été rabrouée par ses supérieurs avant que les événements ne soient diffusés dans les médias.

Un métier éprouvant

Tout le monde sait que le métier de policier est particulièrement éprouvant. Il faut non seulement faire respecter la loi, mais résister aux provocations et user d'un force raisonnable lorsque la situation l'exige. Pour avoir côtoyé des policiers lors des mes activités professionnelles de juriste ou même comme contrevenant occasionnel au Code de la sécurité routière, je peux affirmer que ceux-ci m'ont toujours donné l'impression de professionnels en parfait contrôle de leurs émotions. Heureusement, car leur pouvoir est immense. Que vaut en effet la parole d'un citoyen contre celle d'un agent de la paix? Quelle aurait été l'attitude des autorités du SPVM si l'arrestation du 2 octobre n'avait pas été filmée et enregistrée et si les prévenus n'avait eu que leur parole pour contredire la version des faits du matricule 728 et de son collègue apathique ? Combien d'autres citoyens ont fait les frais des frustrations non refoulées de la policière Trudeau?

Le SPVM a fait beaucoup d'efforts au cours des dernières années pour se rapprocher des communautés immigrantes et pour sensibiliser ses agents à des crimes spécifiques comme le viol. Il a aussi élargi sa diversité en recrutant de préférence des femmes et des représentants de diverses ethnies. Les policiers sont de plus soumis à des directives contre le « profilage politique », mais est-ce suffisant ? Les autorités doivent avant tout prendre les moyens pour s'assurer que le profil psychologique des agents de la paix qui sont embauchés leur permette de résister à une pression qui ferait craquer un individu ordinaire. L'agent provocateur Stéfanie Trudeau a manifestement échoué ce test. Est-elle la seule dans ce cas ?

Petit Tumblr humoristique

Loading Slideshow...



La conversation complète enregistrée à l'insu de la policière


La vidéo de Matricule 728 en train de poivrer des manifestants

 
Suivre Le HuffPost Québec