LES BLOGUES

La couverture des soins dentaires par l'assurance maladie: une nécessité

21/09/2014 09:30 EDT | Actualisé 21/11/2014 05:12 EST

Il existe de nombreuses raisons pour lesquelles les Canadiennes et les Canadiens ne vont pas chez le dentiste, mais selon un nouveau rapport publié cette semaine signé de l'Académie canadienne des sciences de la santé (ACSS), le coût des soins constitue un important facteur. Le rapport précise aussi que les populations les plus vulnérables détiennent les taux les plus élevés de caries, de douleurs et de maladies dentaires et le plus faible accès à des soins dentaires essentiels.

Les frais des soins hospitaliers et de la plupart des services prodigués par les médecins sont couverts par notre système de santé public, mais au Canada, les soins dentaires sont généralement payés par le privé. Le rapport de l'ACSS révèle que 95 pour cent de ces soins, un taux impressionnant, sont payés par des individus ou par une assurance dentaire privée et sont prodigués dans des bureaux de dentistes privés. Les cinq pour cent restants sont payés par un ramassis de programmes de soins publics relevant du fédéral et des provinces, des initiatives qui répondent aux besoins de populations ciblées, dont nombre sont laissées pour compte.

Alors qu'arrive-t-il lorsque vous ne possédez aucune assurance dentaire?

Le rapport indique que près de la moitié des Canadiennes et des Canadiens qui n'ont pas d'assurance dentaire, notamment les nouveaux arrivants, les aînés, les personnes occupant des emplois précaires et mal rémunérés, et leurs enfants, ne vont pas chez le dentiste en raison des coûts. En fait, les personnes faisant partie du groupe affichant les revenus les plus faibles étaient quatre fois plus nombreuses à se priver de soins dentaires, comparativement au groupe le plus nanti.

Ce sont les Canadiennes et les Canadiens vulnérables bénéficiant de peu d'accès aux soins dentaires qui souffrent le plus de maux de dents, qui ont le plus de difficulté à bien se nourrir et qui ont le plus haut taux de maladies des gencives, ce qui augmente chez eux le risque de problèmes de santé d'ordre général, comme le diabète et les maladies cardiovasculaires.

En d'autres termes, ceux qui nécessitent le plus des soins dentaires sont ceux qui ont le plus de difficultés à les obtenir et qui souffrent le plus en raison de cette situation. Il se peut aussi que nous ayons tous à débourser pour payer les frais occasionnés par des visites aux salles d'urgence, déjà bondées, et chez le médecin, et aussi pour les pertes causées par les absences au travail, à l'école et autres.

Il existe aussi d'autres raisons pour lesquelles les gens ne vont pas chez le dentiste, comme l'absence de moyens de transport, la peur du traitement et de l'environnement où sont prodigués les soins, et le manque de compréhension qui existent parfois entre les professionnels du milieu dentaire et certaines populations. Les solutions à ces questions complexes sont elles-mêmes complexes. Mais on ne peut les concevoir sans d'abord se pencher sur la question d'équité en matière d'accès aux soins dentaires. Or, le rapport de l'ACSS constate qu'au Canada, les inégalités recensées en matière de maladies buccodentaires et d'accès aux soins dentaires sont plus élevées que les inégalités relatives aux problèmes de santé d'ordre général et aux soins médicaux.

Nombre de gens seraient surpris d'apprendre que le Canada offre moins de soins dentaires financés par les deniers publics que les États-Unis et qu'il figure parmi les pays dont les programmes de soins dentaires sont les moins bien financés.

L'inégalité en matière d'accès aux soins dentaires n'est qu'une des inégalités croissantes présentes dans la société canadienne et doit faire l'objet de mesures concrètes. Vu les changements au sein de notre collectivité, telles l'augmentation du nombre de personnes vieillissantes et la diminution de la population munie d'une assurance dentaire, les difficultés d'accès aux soins dentaires ne feront qu'augmenter à moins que nous n'agissions dès aujourd'hui.

Toutes les personnes vivant au Canada devraient pouvoir bénéficier de soins dentaires. Nous devons intégrer la dentisterie dans le système de santé général en introduisant des cliniques dentaires dans les hôpitaux et les centres de santé communautaires. Nous devons explorer la possibilité d'offrir les services d'un éventail de professionnels en soins dentaires et autres dans divers milieux. Nous devons aussi explorer les possibilités de financement pour offrir des soins dentaires aux populations vulnérables, y compris l'élimination des anomalies fiscales qui favorisent les personnes dotées d'une assurance dentaire et n'apportent rien à celles qui en sont dépourvues.

Nous devons mener dès maintenant des actions concertées sur le plan professionnel et à l'échelle gouvernementale et communautaire pour nous attaquer à ce problème et nous assurer que tous les Canadiens et les Canadiennes puissent obtenir les soins dentaires dont ils ont besoin.

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

8 bonnes raisons de se laver les dents qui n'ont rien à voir avec vos dents

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter