LES BLOGUES

Une promenade à vélo pour sauver l'Arctique

11/09/2013 11:41 EDT | Actualisé 11/11/2013 05:12 EST

L'été se termine, les feuilles jaunissent et la banquise de l'Arctique s'apprête à atteindre sa superficie annuelle minimale. Au même moment l'an dernier, le monde entier a constaté que la fonte de la banquise avait battu tous les records et que plus de glace avait disparu que jamais auparavant. Les données scientifiques de 2012 ont envoyé une onde de choc et ont sonné l'heure du réveil global : il y avait 50% moins de glace qu'en 1979, année où les observations par satellite ont commencé.

La hausse des températures due à l'activité humaine modifie rapidement les écosystèmes polaires. Les communautés et la faune nordiques font face à des risques et des défis d'une ampleur inégalée et sont à l'avant-poste de ce qui attend le reste de la planète. L'océan Arctique libre de glace attise la convoitise des compagnies pétrolières, avides de l'exploiter pour en extraire les mêmes combustibles qui ont causé le réchauffement climatique en premier lieu. La surpêche, le transport maritime et d'autres industries polluantes sont aussi en voie de poser un problème de taille.

Malgré la voracité des pétrolières et leur négligence environnementale, il y a de l'espoir ! Un mouvement global est en train de naître. Près de quatre millions de citoyens de tous les pays ont d'ores et déjà démontré leur appui à la campagne Sauvons l'Arctique.

Encouragée par cette participation massive, Greenpeace a décrété que le 15 septembre sera une journée internationale d'action qui fera retentir les voix de ces millions de défenseurs de l'Arctique. Des promenades à vélo en groupe, baptisées Cyclotours Arctiques, auront lieu dans 75 villes sur six continents. Les personnes ainsi rassemblées exigeront que les gouvernements prennent des mesures concrètes pour protéger l'Arctique contre les forages pétroliers et la pêche industrielle. Au Canada, huit cyclotours auront lieu à Montréal, Québec, Sherbrooke, Ottawa, Toronto, Calgary, Edmonton et Kelowna.

Rouler à vélo est à la fois bon pour la santé et un geste concret pour nous libérer des pétrolières, qui veulent exploiter les ressources de l'Arctique sans aucun égard pour ses habitants ni pour sa faune. Ouverts aux familles, les cyclotours seront propulsés par les cyclistes eux-mêmes et ne nécessiteront aucun combustible fossile, ce qui permettra de stimuler le débat sur l'après-pétrole.


Si des forages ont lieu, les déversements accidentels seront inévitables et seront impossibles à nettoyer, compte tenu des conditions climatiques très rudes qui prévalent dans l'Arctique. Par ailleurs, les chalutiers industriels s'apprêtent à priver cet océan d'espèces uniques et causer des dommages importants à son écosystème. En agissant maintenant, nous pourrons prévenir ces désastres et faire la promotion d'alternatives durables.

En tirant le meilleur parti des énergies renouvelables et des mesures d'efficacité énergétique, nous pouvons remplacer le maigre apport en pétrole de l'Arctique - estimé à trois ans de consommation mondiale - tout en créant des emplois et des solutions durables.

Les forages pétroliers qui tirent profit de la fonte des glaces de l'Arctique sont l'un des comportements humains les plus cyniques, agressifs et nocifs pour l'environnement qui soient. Par contre, rouler à vélo est une activité sereine et sécuritaire.

Le 15 septembre, nous mettrons en contraste ces deux réalités pour dire haut et fort : « Nous exigeons la protection de l'Arctique dès maintenant ! » Pendant que les politiciens et dirigeants d'entreprises s'affairent à détruire la planète, nous pédalerons pour le changement.

Pour plus d'informations: greenpeace.ca/cyclotour

Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.


Efficacité environnementale: le classement des pays développés