LES BLOGUES

Tôt ou tard les outardes

15/09/2013 11:01 EDT | Actualisé 28/07/2014 03:36 EDT

C'est comme si tout le monde était pressé de vieillir. La fin de semaine de la fête du travail annonçait la rentrée officielle au bercail des rêves les plus fous, des moments les plus doux et des plaisirs les plus secrets. Deux semaines plus tard, on a repris le turbin et rangé le farniente dans la mémoire vive de nos souvenirs de vacances. En moins de temps qu'il n'en faut à Bernard Drainville pour mettre les Québécois en état de siège, nous avons repris béatement nos bonnes vieilles habitudes.

On a remisé la tente-roulotte, on a sorti le bateau de l'eau, on a fermé le chalet, on s'est baigné une dernière fois dans le lac à la Pêche. Et puis la course folle vers l'Halloween a débuté.

Demain, ce sera Noël.

L'hiver n'est même pas encore arrivé qu'on attend déjà le printemps avec impatience.

C'est le retour des embouteillages, des émissions de radio et des bulletins de circulation, des séries télé, des boîtes à lunch, des feuilles rouges, des conférences de presse, des abonnements au théâtre, des vestons gris de monsieur météo. Même le vent et la pluie sont de la partie.

La vie bat au rythme du calendrier. C'est l'agenda qui décide quand c'est le temps des vacances ou celui de la rentrée, quand il faut mettre les jupes à fleurs dans les armoires et ressortir les chandails de cachemire, quand il faut ranger les parasols, quand il faut courir les centres d'achat et stresser de manquer la promotion incroyable, quand il faut cacher les pantalons blancs et se parer de noir, quand il faut enlever les moustiquaires et rallumer le chauffage, quand il faut aller aux pommes en famille et acheter les citrouilles au marché. Même la fête des vendanges a lieu à date fixe... avant la date des vendanges pour accommoder les consommateurs et contenter les vignerons à moins que ce ne soit l'inverse.

Ça fait longtemps que la société a dompté la nature pour qu'elle s'inscrive dans le planning officiel. Si on pouvait, on lui demanderait de perdre toutes ses feuilles en même temps, la dernière fin de semaine d'octobre, si possible le samedi entre 10 heures et midi, comme ça on pourrait s'organiser pour tout ramasser d'un grand coup de pelle mécanique et retourner vaquer à nos nombreuses activités bien plus importantes.

Hier, c'était le tourbillon de la rentrée. Demain c'est le départ des outardes. Elles prennent le vol de 11 heures 11.

Est-ce que, cette année, vous prendrez le temps de les regarder s'en aller?

Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.


La rentrée culturelle (Automne 2013)