Pascal Henrard

RECEVEZ LES NOUVELLES DE Pascal Henrard
 

Londres et nos chances de médailles

Publication: 28/07/2012 09:00

Combien de chances de médailles le Canada a-t-il? Le Canada performera-t-il mieux qu'aux derniers jeux? Les Canadiens sont-ils en forme? Et les Canadiennes sont-elles prêtes? Que fera le Canada au lancement du poids? Et au triple saut? Et à la marche? Et au volleyball de plage (mon préféré)?

Dans les jours qui viennent, nous allons frôler l'overdose canadienne.

Été comme hiver, à chaque jeu c'est le même refrain. Canada par-ci, athlète canadien par-là, chance de médailles canadiennes, tableau comparatif des nations, casquettes rouges et feuilles d'érable. On se croirait en pleine manifestation d'amour avant un référendum. Le 1er juillet ressemble, en comparaison, à une pâle garden party en l'honneur d'Elizabeth Two. Les chaînes de télé ne se peuvent plus, même les journalistes gloussent en rouge.

Imaginez si on mettait autant de fric et d'énergie à promouvoir la culture qu'à diffuser les Jeux olympiques-piques...

Imaginez si on mettait autant de temps et d'argent à présenter l'art à la télé qu'on le fait à nous montrer des femmes avec des corps d'hommes, des hommes en maillots de femme, des coureurs qui courent, des marcheurs qui se déhanchent, des obèses en culottes courtes, des gens en pyjama qui ne se connaissent pas et qui se taponnent sur des tapis, des malades qui lancent des marteaux, des cyclistes avec des cuisses à la place des mollets, des sauteurs en hauteur, en largeur ou à la perche, des gamines aux squelettes élastiques, des boutonneux qui soulèvent des tas de métal,... le monde ne serait plus le même. Plus beau peut-être? Plus ouvert. Plus sensible. Plus émouvant. Plus humain. Sans doute. Différent. C'est certain.

Si les annonceurs, les agences de publicité et les commanditaires consacraient d'aussi faramineux budgets à faire la promotion de la culture qu'à associer leurs logos à des joueurs de splish splash ou des sauteurs de triple axel... le monde ne serait plus le même. Plus authentique peut-être? Plus simple. Plus vrai.

Mais on préfère la course effrénée aux médailles, la fuite en avant, la performance à tout prix, la transformation de l'être vivant en machine à produire des records, la valse des drapeaux et la gigue des hymnes nationaux.

On a beau zapper, éteindre la radio, fermer le journal, débrancher l'ordinateur, se réfugier dans le bois, prendre ses vacances à la mer, ne pas écouter les conversations de bureau, les zozolympiques sont partout.

Si nous avions la fibre culturelle au lieu d'avoir la fièvre olympique, avant chaque bulletin de nouvelles, il y aurait 5 minutes entièrement consacrées à la culture. Toute la journée, des commentateurs enjoués parleraient en direct d'une galerie d'art, d'un musée ou d'une salle de spectacle. Des capsules culturelles avec des portraits d'artistes inconnus commandités par des quincaillers ou des compagnies de savon de vaisselle seraient diffusées pendant les pubs. Et tous les soirs, nous aurions droit au classement des artistes canadiens s'étant le mieux illustrés en peinture, en musique de chambre, en court métrage ou en danse contemporaine...

À une époque où le gouvernement ultra-conservateur et extrêmement-cowboy de Stephen Harper coupe à la tronçonneuse dans les programmes d'aide à la culture comme si c'était de la mauvaise herbe, on peut toujours rêver...

Mais la période des Jeux, c'est aussi une bonne occasion d'éteindre la télé et de profiter des joies de l'été qui vous attendent de l'autre côté de la porte de votre condo climatisé. Prenez une marche ou prenez votre vélo, allez jouer au tennis avec un ami, rejoignez ces équipes improvisées de joueurs de soccer de toutes les nationalités dans un parc près de chez vous, nagez, courrez et faites de vous un héros du dimanche, un athlète anachronique, un espoir de médaille en chocolat.

Vous verrez, on ne s'en porte pas plus mal.




Loading Slideshow...
  • Adam van Koeverden

    <strong>Canoë/Kayak</strong> Le kayakiste d'expérience détient une médaille olympique de chaque couleur et voudra augmenter sa collection à Londres. Van Koerverden, qui était le porte-drapeau canadien lors des cérémonies d'ouverture de 2008, devrait bien faire lors de l'épreuve du 1000 mètres au K1. L'homme de 30 ans, qui est originaire d'Oakville en Ontario, a remporté le titre mondial sur cette distance l'an dernier en Hongrie.

  • Émilie Heymans

    <strong>Aquatiques: Plongeon</strong> Triple médaillée olympique, l'athlète de 30 ans tentera de devenir la première plongeuse de l'histoire à gagner une médaille lors de quatre Jeux olympiques d'affilée aux Jeux de Londres. Après avoir connu ses succès à la tour de 10 mètres, Heymans a décidé de faire la transition au tremplin de 3 mètres après les Jeux de Pékin. En plus de prendre part à l'épreuve individuelle à Londres, elle disputera l'épreuve du 3 mètres synchro avec sa jeune coéquipière Jennifer Abel.

  • Alexandre Despatie

    <strong>Aquatiques: Plongeon</strong> Il s'agira des quatrièmes Jeux d'été auxquels participera l'athlète lavallois de 27 ans. Il a remporté la médaille d'argent au tremplin de trois mètres chez les hommes lors des deux derniers Jeux, mais sa préparation a été sérieusement ralentie en juin quand il a subi une lègère commotion cérébrale après avoir heurté la planche de la tête lors d'un entraînement en Espagne.

  • Simon Whitfield

    <strong>Triathlon</strong> Le champion olympique du triathlon lors des Jeux de l'an 2000 continue à bien faire à 37 ans. Après avoir décroché l'or à Sydney, en Australie, Whitfield a peiné lors des Jeux de 2004 à Athènes, avant de se relever pour remporter l'argent quatre ans plus tard à Pékin. Le résidant de Victoria, en Colombie-Britannique, a intensifié son entraînement cette année pour être en mesure de rivaliser avec des athlètes plus jeunes sur le parcours olympique de Londres.

  • Milos Raonic

    <strong>Tennis</strong> On peut s'attendre à des cris épatés quand Raonic se présentera sur le terrain du All-England Club. Raonic est doté d'un service puissant et le reste de son arsenal n'est pas non plus à dédaigner. Il a remporté des victoires contre certains des meilleurs joueurs du monde au cours de la dernière année. L'Ontarien de 21 ans pourrait en épater plus d'un au domicile du tournoi de Wimbledon.

  • Ryan Cochrane

    <strong>Aquatiques</strong> Cochrane est un des meilleurs espoirs de podium parmi les nageurs canadiens. L'homme de 23 ans, qui est originaire de Victoria en Colombie-Britannique, a remporté la médaille de bronze à l'épreuve de style libre sur 1500 mètres il y a quatre ans. Il participera cet été à Londres aux épreuves de style libre sur 400 et 1500 mètres. Cochrane détient la marque canadienne sur ces deux distances.

  • Christine Girard

    <strong>Haltérophilie</strong> Après avoir échoué au pied du podium aux Jeux de Pékin en 2008, elle ambitionne à 27 ans de devenir la première Canadienne à remporter une médaille olympique en haltérophilie féminine à Londres. Médaillée d'or aux Jeux du Commonwealth 2010 et aux Jeux panaméricains l'automne dernier, elle s'est classée septième aux derniers championnats du monde dans la catégorie des 63 kilos.

  • Martine Dugrenier

    <strong>Lutte: libre</strong> Triple championne du monde, la lutteuse de 33 ans règne sur la catégorie des 67 kilos. À Londres, elle veut racheter sa contre-performance de 2008 lorsqu'elle s'est contentée du 5e rang alors qu'on la voyait sur le podium. Elle entend surtout tirer un trait sur un incident avec son entraîneur survenu à Pékin qui l'a empêchée de profiter pleinement de sa première expérience olympique.

  • Clara Hughes

    <strong>Cyclisme</strong> Elle a près de 40 ans mais ne donne aucun signe de ralentissement. Hughes, qui s'est hissée sur le podium en patinage de vitesse lors des trois dernières olympiades d'hiver, chevauchera de nouveau un vélo à Londres. Ce sera sa première participation à des Jeux d'été depuis ceux de Sydney, en 2000. La femme originaire de Winnipeg, qui s'est depuis installée à Sutton, avait remporté deux médailles de bronze lors des épreuves de cyclisme sur route aux Jeux d'Atlanta, en 1996.

  • Mary Spencer

    <strong>Boxe</strong> La boxeuse Mary Spencer, triple championne du monde, a encaissé sa première défaite en plus d'un an en avril dernier, avant d'en encaisser une deuxième un mois plus tard dès le premier combat de sa participation aux championnats du monde. L'athlète de 27 ans, qui provient de Windsor en Ontario, a eu besoin d'un laisser-passer pour participer aux Jeux de Londres. Elle espère renouer avec les performances qui lui ont permis de remporter l'or aux Jeux panaméricains, l'automne dernier.




Loading Slideshow...
  • Des feux d'artifice au-dessus du stade

  • Des feux d'artifice au-dessus du stade

  • Des feux d'artifice au-dessus du stade

  • Des artistes pendant la performance d'Arctic Monkeys

  • Le drapeau olympique

  • Le président du comité d'organisation des Jeux de Londres, Seb Coe, délivre son discours

  • L'équipe britannique qui ferme la marche

  • L'équipe canadienne, avec Simon Whitfield en tête, à la cérémonie d'ouverture

  • L'équipe canadienne, avec Simon Whitfield en tête, à la cérémonie d'ouverture

  • L'équipe canadienne, avec Simon Whitfield en tête, à la cérémonie d'ouverture

  • L'équipe canadienne, avec Simon Whitfield en tête, à la cérémonie d'ouverture

  • L'équipe canadienne, avec Simon Whitfield en tête, à la cérémonie d'ouverture

  • L'équipe canadienne, avec Simon Whitfield en tête, à la cérémonie d'ouverture

  • L'équipe canadienne, avec Simon Whitfield en tête, à la cérémonie d'ouverture

  • L'équipe canadienne, avec Simon Whitfield en tête, à la cérémonie d'ouverture

  • L'équipe canadienne, avec Simon Whitfield en tête, à la cérémonie d'ouverture

  • L'équipe canadienne, avec Simon Whitfield en tête, à la cérémonie d'ouverture

  • L'équipe canadienne, avec Simon Whitfield en tête, à la cérémonie d'ouverture

  • L'équipe canadienne, avec Simon Whitfield en tête, à la cérémonie d'ouverture

  • L'équipe canadienne, avec Simon Whitfield en tête, à la cérémonie d'ouverture

  • L'équipe canadienne, avec Simon Whitfield en tête, à la cérémonie d'ouverture

  • L'équipe canadienne, avec Simon Whitfield en tête, à la cérémonie d'ouverture

  • L'équipe canadienne, avec Simon Whitfield en tête, à la cérémonie d'ouverture

  • L'équipe canadienne, avec Simon Whitfield en tête, à la cérémonie d'ouverture

  • L'équipe canadienne, avec Simon Whitfield en tête, à la cérémonie d'ouverture

  • L'équipe canadienne, avec Simon Whitfield en tête, à la cérémonie d'ouverture

  • L'équipe canadienne, avec Simon Whitfield en tête, à la cérémonie d'ouverture

  • L'équipe canadienne, avec Simon Whitfield en tête, à la cérémonie d'ouverture

  • L'équipe canadienne, avec Simon Whitfield en tête, à la cérémonie d'ouverture

  • L'équipe canadienne, avec Simon Whitfield en tête, à la cérémonie d'ouverture

  • L'équipe canadienne, avec Simon Whitfield en tête, à la cérémonie d'ouverture

  • L'équipe canadienne, avec Simon Whitfield en tête, à la cérémonie d'ouverture

  • L'équipe canadienne, avec Simon Whitfield en tête, à la cérémonie d'ouverture

  • L'équipe canadienne, avec Simon Whitfield en tête, à la cérémonie d'ouverture

  • L'équipe canadienne, avec Simon Whitfield en tête, à la cérémonie d'ouverture

  • Des feux d'artifice au dessus du Tower Bridge de Londres

  • Des feux d'artifice au dessus du Tower Bridge de Londres

  • Arrivée des athlètes lors de la cérémonie

  • Arrivée des athlètes lors de la cérémonie

  • Une spectatrice agite les drapeaux de la Jamaïque et de la Grande-Bretagne

  • Des militaires portent le drapeau britannique

  • De la fumée sortant des anneaux olympiques

  • Vue d'ensemble

  • Vue d'ensemble

  • L'acteur Rowan Atkinson qui personnifie le fameux Mr.Bean

  • L'acteur Rowan Atkinson qui personnifie le fameux Mr.Bean

  • Des artistes performent pendant la cérémonie d'ouverture

  • Le rappeur Dizzee Rascal pendant la cérémonie

  • Le rappeur Dizzee Rascal pendant la cérémonie

  • Les danseurs de la cérémonie d'ouverture

  • Les danseurs de la cérémonie d'ouverture

 

Suivre Pascal Henrard sur Twitter: www.twitter.com/PascalHenrard

Suivre Le HuffPost Québec