Pascal Henrard

RECEVEZ LES NOUVELLES DE Pascal Henrard
 

Le temps de l'insouciance

Publication: 29/05/2012 07:41

La promesse d'un printemps qui dure est toujours balayée par la tristesse d'un été trop court. Les saisons se suivent mais ne se ressemblent pas. Accablé par la lourdeur d'un orage qui plane au-dessus de nos têtes, on en oublie le temps béni des jours légers et des nuits de Champagne. On ne parle même plus de la pluie et du beau temps.

Vous vous rappelez de cet esprit qui nous animait quand nous étions enfants?

L'insouciance des certitudes, des journées remplies de jeux, des matins clairs, des espoirs fous, des rêves insensés et des utopies essentielles. L'insouciance des copains sans questions, des balades sans raisons, d'un monde sans frontières, des soupers sans vaisselle, des nuits sans réveil, des devoirs sans conséquences, des dimanches sans lessive, des balades en vélo sans casque. L'insouciance des jours sans lendemain, des vacances éternelles, de l'amour maternel, des papas les plus forts et les plus courageux du monde, des grands-mamans gâteau, des amours sans déception.

L'insouciance est un droit vital, au même titre que l'air, la nourriture ou la liberté.

L'insouciance est un bien humain aussi précieux qu'un cœur qui bat ou qu'un œil qui voit. Je revendique ce droit. Je l'exige. Je le réclame.

Rendez-nous notre insouciance!

Elle est partie avec le camion de recyclage; elle a reçu un coup de matraque un soir de printemps; elle s'est enlisée dans un banc de sables bitumineux; elle s'est noyée au milieu des algues bleues; elle a sauté dans un puits de gaz de schiste; elle a attrapé la listériose entre la poire et le fromage; elle s'est fait piquer par le virus du Nil; elle a reçu un avion en pleine gueule un matin de septembre; elle s'est fait descendre loin de son pays, dans un désert afghan; elle a attrapé une putain de maladie qui ronge la vie de l'intérieur; elle travaille comme une folle pour payer ses impôts, son hypothèque, sa deuxième auto, son nouveau patio; elle s'est perdue dans les dédales d'un REÉR collectif; elle est restée bloquée sur un pont à l'heure de pointe; elle n'en finit plus de payer sa juste part; elle s'est écrasée devant le poids des responsabilités; elle a pilé sur son orgueil.

Des soirs bien arrosés ou des matins courageux, j'ai des relents d'insouciance. Je ne regarde plus ma montre, je me laisse porter par le hasard des pas, je hume l'air qui flotte, j'ose croire en la beauté du monde et la bonté des gens. Je me perds.

J'ose espérer que s'il y a encore des gens qui dorment, c'est pour rêver. Et j'ose espérer qu'ils ne vivront jamais leur vie les yeux fermés.

Et puis le bruit des casseroles retentit. Comme des cloches qui célèbreraient une déclaration universelle d'insouciance.

 

Suivre Pascal Henrard sur Twitter: www.twitter.com/PascalHenrard

Suivre Le HuffPost Québec