LES BLOGUES

Gueule de bois

13/01/2013 12:08 EST | Actualisé 15/03/2013 05:12 EDT
PA

Les débuts d'année ressemblent souvent à des lendemains de veille. C'est pourquoi, même si, à l'heure où nous vous écrivons et où vous nous lisez, le mousseux de la semaine dernière, les pintes de bière de vendredi et les pichets de sangria à l'occasion de votre 25e anniversaire ont sans doute déjà fini leurs vies dans les tuyauteries et les égouts, nous vous rappelons ici quelques conseils bien utiles qui pourront vous servir lors de la très attendue prochaine victoire du Canadien.

Noyer sa cuite dans de l'eau, c'est un classique recommandé par les éleveurs de champions. Mettre de l'eau, beaucoup d'eau, dans son vin en dilue en effet les effets. Mais l'eau en quantité ne vous permettra pas pour autant de prendre le volant, car il faudra vous arrêter au moins 37965 fois pour faire pipi avant d'arriver.

Ce que nous avons appris en googlant «gueule de bois» et «lendemain de veille», c'est qu'il est essentiel, pour ne pas dire vital, de réhydrater le corps imbibé afin d'éliminer les vilaines toxines qui font bobo à la tête, mettent l'estomac dans tous ses états et donnent à la planète l'impression qu'elle ne tourne pas rond.

Les recettes d'autrefois qu'on trouve sur Google ressemblent étrangement aux potions d'Harry Potter. Mais si vous ne les essayez pas, vous ne saurez jamais si elles ont de l'effet. Ma grand-mère qui avait une bonne dose de bon sens dans sa pharmacie me faisait avaler une bonne grosse cuillère d'huile d'olive afin que ce qui était déjà dans l'estomac y reste et que ce qui restait sur la table n'y rentre pas. D'autres conseillent plutôt le calage cul sec d'un grand verre de lait frais. L'effet est le même : empêcher le comateux de se précipiter sur la première sucrerie ou la première patate graisseuse venues.

Le monde est plein de ressources pour replacer les esprits qui déchantent.

Dans l'empire du milieu, on vous suggère du thé vert avec du miel, du citron et une larme de vinaigre. Le vinaigre dans le thé, c'est tellement mauvais que ça change le goût du mal.

En France, une petite tranche de pain grillé et une bonne tasse de café suffisent paraît-il à éponger l'abus de Nuit Saint-Georges.

En Italie, on suggère les pâtes au petit déjeuner.

En Allemagne, on sert des harengs marinés hyper salés à la place des croissants.

En Russie, un petit verre de vodka salée. Et hop, ça vous remet le Cosaque sur pieds.

Et dans les soirées canayennes, on propose une méthode similaire où la vodka est remplacée par une bonne grosse bouteille de Molson tablette.

Allez, à votre santé, vous êtes paré pour un autre lent demain (ça, c'est une "plogue" avec un autre texte que j'ai écrit sur le sujet... on peut avoir les idées embrumées et de la suite dans les idées).

Comment prévenir la gueule de bois