LES BLOGUES

Amours illégales

16/05/2013 12:04 EDT | Actualisé 15/07/2013 05:12 EDT
Getty Images
The gay pride flag. Red: Life, Orange: Healing, Yellow: Sunlight, Green: Nature, Blue: Harmony, Violet: Spirit.

Il y a un temps que les moins de deux fois vingt ans ne peuvent pas connaître. Celui où les homosexuels étaient considérés comme des délinquants sexuels, des déviants et des malades mentaux. Il y a en effet à peine un peu plus de 40 ans qu'une loi décriminalise les relations sexuelles entre personnes de même sexe au Canada.

44 ans exactement. Avant le 14 mai 1969 et l'adoption du "bill omnibus", aimer une personne de son sexe était punissable par la loi. On appelait ça "attentat à la pudeur". C'était le Moyen-Âge. Vous ne pouviez aimer ni qui vous vouliez ni comme vous le vouliez. Que dis-je, le Moyen-Âge, c'était la préhistoire, quoiqu'à la préhistoire on s'aimait sans se faire juger par la société... Avant 1969, il était tout simplement interdit de laisser le cœur guider vos gestes et dicter vos élans. Vous étiez coupable d'aimer quelqu'un de votre genre, vous étiez condamnable et souvent même condamné.

Aujourd'hui, les gais peuvent se marier, même en France (quoique sous les quolibets violents des masses puritaines; mais au moins ce n'est plus un crime). Et tant mieux, sinon plus personne ne se marierait.

40 ans, ce n'est pas long à l'échelle de l'histoire du monde, demandez à un quinquagénaire ce qu'il en pense. Il serait si facile de retomber à l'époque où les homosexuels devaient se cacher dans les garde-robes pour échanger des serments et des fluides. Il suffirait de presque rien pour que les gais ne la trouvent plus drôle.

Regardez ce qui s'est passé en France avec le mariage pour tous. Et imaginez tout ce que le gouvernement Harper pourrait défaire qu'il n'a pas encore détruit. Il pourrait très bien décider demain de s'attaquer à l'amour comme il s'attaque déjà à la liberté ou à la culture. Avec ses copains créationnistes, il n'est pas loin de replonger dare-dare le pays dans ces temps antédiluviens où il fallait aimer avec une pomme dans une main, une feuille sur le sexe et un serpent autour du cou.

Si le 17 mai, c'est la journée mondiale contre l'homophobie, c'est parce que malheureusement l'homophobie existe encore, ici, comme ailleurs.

C'est pourquoi il faut chaque jour être vigilant.

Nous vivons une époque formidable où chacun a gagné un peu plus d'égalité et un peu plus de liberté. Ne l'oublions pas et ne laissons pas les grincheux, les petits boss, les vieux cow-boys et les grandes gueules faire la loi.

VOIR AUSSI

Quelques pubs contre l'homophobie

Les pays qui ont dit oui