LES BLOGUES

Nouveautés Blu-ray et DVD : Badges of Fury et autres critiques

07/01/2014 12:40 EST | Actualisé 09/03/2014 05:12 EDT

C'est également le retour cette semaine de mes critiques sur les sorties de la semaine en format numérique.

- Badges of Fury (Tsz Ming Wong)

Deux policiers trouble-fêtes cherchent à élucider une série de meurtres dont ils croient être l'oeuvre d'une seule et même personne...

Davantage un véhicule pour mettre en vedette Wen Zhang - la vedette montante et comique de la Chine qui cabotine à outrance - qu'un film voulant mettre à profit les prouesses martiales et athlétiques du vétéran Jet Li, Badges of Fury est une comédie d'action aussi loufoque que stupide. Misant sur un humour non sensique digne des comédies hongkongaises des années 1990 mettant en vedette Stephen Chow et sur des scènes d'action qui mise trop sur les effets numériques, le film ne réussit jamais à trouver son juste ton. Même Jet Li à l'air désintéressé et brille parfois par son absence. Même la finale spectaculaire est gâchée par un montage épileptique qui rend les séquences de batailles parfois abracadabrantes.

À voir, si vous avez aimé: City Hunter et Rush Hour 3

Cote : ** sur 5

- Les amants passagers (Pedro Almodovar)

Plusieurs tensions et confidences ont lieux à bord des passagers et membres d'équipage d'un avion qui tourne en rond en attendant la permission d'atterrir dans un aéroport en panne technique...

Injustement boudée et mal reçue lors de sa sortie, cette comédie fantaisiste somme toute agréable marque un retour aux sources pour le grand Pedro Almodovar. Certes le cinéaste s'est fait plaisir avec ce huis clos coloré, séduisant et vulgaire à souhait. Il ne faut pas oublier qu'à ses débuts, Almodvar fut longtemps catalogué comme étant le disciple hispanique de John Waters alors maintenant tout s'explique. Plus expliqués que démonstratifs, les nombreux rapports et jeux sexuels sont présentés sous forme de jeux ludiques dont certains sont plutôt amusants. Bien que cette oeuvre ne passera pas à l'histoire, on passe un agréable moment avec cette bande de personnages hauts en couleur d'un cinéaste qui continue de nous étonner par sa liberté d'expression.

À voir, si vous avez aimé: Le labyrinthe des passions et Up in the Air

Cote : *** sur 5

- Runner Runner (Brad Furman)

Un étudiant et adepte de jeux en ligne se rend au Costa Rica dans le but de confronter le grand ponte du jeu de poker en ligne qui l'a escroqué.

Malgré une idée de départ intéressante - ces jeunes étudiants américains qui se livrent aux jeux du hasard sur Internet afin de financer leurs études -, on osait espérer un film au sujet sociétal bien ancré dans la réalité d'aujourd'hui. Or, au bout d'une dizaine de minutes, le réalisateur Brad Furman (le passable The Lincoln Lawyer) évacue cet aspect social et se contente d'un suspense purement fonctionnel et criant d'invraisemblances. On ne fait que rabâcher certains éléments discordants, qui concourent à la représentation d'un conte moral à l'univers cupide. La suite des événements consiste en un suspense aussi artificiel que son décor (Costa Rica) et force est d'admettre que Justin Timberlake n'a pas l'étoffe d'un jeune premier. Face à lui, Ben Affleck retrouve son indifférence de jeu d'il y a quelques années et s'avère peu convaincant en parrain de jeu.

À voir, si vous avez aimé : Abduction et Knockaround Guys

Cote : *1/2 sur 5

- La marque des anges - Miserere (Sylvain White)

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Dallas Buyers Club et Prisoners aux Oscars

Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.