LES BLOGUES

<em>Evil Dead</em>: sanguinolent

07/04/2013 02:48 EDT | Actualisé 07/06/2013 05:12 EDT
AP
This film image released by Sony-TriStar Pictures shows a scene from "Evil Dead." (AP Photo/Sony-TriStar Pictures)

Dans une maison isolée dans le bois, cinq amis sont confrontés à des démons libérés par des incantations d'un livre mystérieux.

Remake d'un classique du cinéma d'horreur des années 1980, Evil Dead est davantage une version revisitée et moderne qui reprend les grandes lignes de la version originale. Coproduit par Sam Raimi (le réalisateur de l'original) cette version bénéficie d'un budget beaucoup plus considérable. La réalisation a été confiée à Fede Alavarez, un jeune réalisateur uruguayéen qui signe ici son premier long métrage.

Malgré les coupures imposées par la censure, ce remake est extrêmement sanglant, battant même l'original en ce domaine. Or, mis à part les débordements de violence sanglante et gratuite (qui plairont certes aux amateurs de gore), le film a peu à offrir. Les personnages sont aussi inintéressants qu'insipides et la mise en scène a beau être énergique, le film demeure mécanique autant dans sa conception de l'horreur que du suspense. C'est loin d'être aussi terrifiant que la bande-annonce le laissait suggérer.

Une des principales forces de la version de 1981 était justement son aspect artisanal. L'imagination débordante et la mise en scène inventive de Raimi compensaient pour le manque de moyens. Les jeux de caméra et une bande sonore inusitée ajoutaient au charme du film. Dans cette version renouvelée, les mouvements d'appareil sont presque relégués aux oubliettes et sont remplacés par une mise en scène qui donne dans l'excès au détriment du reste. De plus, comme le veut la norme dans les remakes récents de films d'horreur des dernières années, on a trop souvent tendance à tout démontrer et à sur-expliquer ce qui se passe à l'écran. Dans le cas d'Evil Dead, cela s'avère tout aussi inutile (le prologue, qui ne sert strictement à rien) que débilitant (pour le spectateur).

Cote: **1/2 sur 5

VOIR AUSSI

Cinéma: les films à l'affiche, semaine du 5 avril 2013