LES BLOGUES

Nous devons discuter de santé

La santé sera un thème prédominant lors de la prochaine session parlementaire à l’assemblée nationale.

07/09/2017 09:00 EDT | Actualisé 07/09/2017 09:45 EDT
The Canadian Press Images
À l'heure actuelle, contestons les compétences du ministre de la Santé puisqu’il a su contester le travail de certains de ces collègues dans le passé.

Il y a quelques jours, la Coalition Avenir Québec a lancé une publicité destinée à attaquer l'état du système de santé québécois et les actions du gouvernement libéral à l'endroit de ce même système.

Dans cette vidéo, d'environ 60 secondes, l'équipe dirigée par François Legault critique non seulement le gouvernement Couillard, mais les 15 dernières années au pouvoir des libéraux et comme quoi ce parti n'a pas été à la hauteur en matière de santé. Une députée de la CAQ évoque le fait que les personnes ainées devraient avoir le droit à des repas de qualités et à plus qu'un bain par semaine.

La publicité appelée Le Changement Commence ici s'attaque à plusieurs éléments de notre système dont l'attente dans les hôpitaux, le manque de services pour les aînés ou l'aide santé aux jeunes familles. La CAQ marque de gros points à quelques jours de la rentrée parlementaire puisque, depuis un certain moment du moins, le PLQ arrive difficilement à se défendre dans ce domaine. C'est une publicité-choc qui change un slogan actuel du Parti libéral du Québec. À un an des élections provinciales, la CAQ grimpe dans les sondages et certains membres pensent même qu'un dit gouvernement dirigé par François Legault est envisageable étant donné que le Parti québécois ne cesse de dégringoler dans les intentions de vote (au troisième rang derrière la CAQ et le PLQ).

L'importance de la santé

La santé représente environ 50% du budget québécois alors ce n'est pas à ignorer dans les prises de décisions gouvernementales. Nous en parlons amplement de ce système, mais que très peu de tout ce qui touche la prévention. Dans cette optique, c'est prouvé que l'obésité affecte directement l'efficacité du système de santé. Si nous éduquons mieux les parents et enfants dès un jeune âge, ceux-ci pourront prévenir les maladies multiples liées aux problèmes d'obésité. Et selon une étude de l'Institut national de santé publique du Québec, l'obésité coûte 1,5 milliard de dollars par année en soins de santé au Québec. Il est toutefois utile d'ajouter que plusieurs problèmes de santé ne sont pas prévisibles dont certains types de cancers. Faire davantage de préventions des risques de santé reliés à de mauvaises habitudes de vie s'avère une solution envisageable.

Il faut donc débattre sur l'efficacité de notre système au lieu de s'aventurer sur de faux débats tels que ceux sur les signes religieux qui reviennent toutes les années.

Il faut donc débattre sur l'efficacité de notre système au lieu de s'aventurer sur de faux débats tels que ceux sur les signes religieux qui reviennent toutes les années. Peut-être que le gouvernement du Québec devrait se montrer ouvert à une ingérence du privé dans notre système de santé puisque l'offre du secteur public n'arrive pas à subvenir à la demande, en soins de santé, des Québécois. Avec davantage de cliniques privées, les urgences se verraient désengorgées, certains diront.

Sondage commandité par la CAQ

Fait intéressant, la CAQ a commandé un sondage auprès de Léger Marketing pour avoir le pou des citoyens sur leur perception du système de santé. Ce sondage venait donc peu avant la diffusion de la publicité et cite que 53% des Québécois ont observé une détérioration du système de santé depuis 2003. Il convient de dire que 2003 représentait l'entrée en fonction de Jean Charest comme premier ministre du Québec. C'est possiblement dû au fait que les temps d'attentes peuvent être interminables ou qu'il manque de médecins de famille.

Au sujet du ministre de la Santé Gaétan Barrette

À l'heure actuelle, contestons les compétences du ministre de la Santé puisqu'il a su contester le travail de certains de ces collègues dans le passé. N'oublions jamais qu'il a promis, lorsqu'il était candidat pour la CAQ en 2012, que l'année suivante chaque citoyen aurait un médecin de famille. Et bien qu'il se trouvât à l'intérieur d'une autre formation politique à ce moment, ces paroles ont été lancées en l'air sans réflexions évidentes. La solution miracle, préconisée il y a de cela quelques années, a tel été jeté aux oubliettes ? Avec le thème de la santé qui va revenir sur le tapis dès cet automne au Québec, le ministre de la Santé sera soit congédié, démissionnera ou il rebondira... Une chose est certaine, ce n'est pas entièrement de sa faute, mais l'on culpabilise le ministre de la Santé lorsqu'il y a des problèmes quelconques.