LES BLOGUES

La nouvelle vedette du NPD traverse le Canada

Le point positif pour le NPD est qu’il a encore deux ans pour se préparer avant les élections fédérales et espère sans nul doute que la lune de miel de Trudeau prendra bientôt fin.

20/10/2017 09:00 EDT
Mark Blinch / Reuters
Est-ce que Jagmeet Singh doit se présenter lors d’une partielle pour être présent au plus vite à la Chambre des communes ?

C'est quand même une énorme avancée que de se trouver avec un chef d'un des grands partis politiques canadiens faisant partie de la communauté sikhe. Il sort du lot, c'est le moindre qu'on puisse dire. Ceci aurait été difficilement envisageable il y a quelques années, donc c'est signe que les Canadiens sont de plus en plus ouverts aux différentes minorités. Celles-ci ont finalement un poids en politique et peuvent, de ce fait même, avoir une réelle chance de devenir premier ministre. Rappelons qu'il est devenu chef du Nouveau Parti Démocratique avec une écrasante majorité de 53.3% des voix au premier tour de la course au leadership ( http://www.npd.ca/nouvelles/new-leader-fr ). Charlie Angus et les autres candidats n'avaient eu aucune chance : la victoire s'avérait d'autant plus légitime.

La politique n'est pas l'œuvre d'une seule personne, mais ce charismatique jeune avocat, portant fièrement le turban, pourrait bien brouiller les cartes du Parti libéral du Canada lors de la prochaine joute électorale fédérale de 2019. Il est articulé à l'exception de son français qui serait à améliorer s'il veut reprendre les comtés du Québec que le parti avait échappé en 2015. Peut-être bien que Monsieur Singh s'avère à être le sauveur dont le NPD rêvait tant depuis la mort de Jack Layton. C'est juste à se demander si tous les citoyens vont accepter sa religion et le fait qu'il est si ouvert à propos de celle-ci.

Est-il est prêt à devenir le premier premier ministre du Nouveau Parti Démocratique du Canada ?

Est-il est prêt à devenir le premier premier ministre du Nouveau Parti Démocratique du Canada ? Chose certaine, il a beaucoup de travail à faire avant d'en arriver là. Sa tournée dans tous les recoins du pays est très importante. À mon avis, il ne doit pas passer trop de temps dans de grandes villes. L'équipe du NPD se doit de consacrer leurs énergies dans les petits villages pour, premièrement, faire accepter leur principal candidat et, ensuite, pour faire connaitre sa plateforme électorale. Les petits villages expriment souvent de l'incompréhension lorsque vient le temps de parler de minorités parce que les habitants n'ont, tout simplement, pas côtoyé de minorités visibles. Il va sans dire qu'il est plus laborieux d'être un nouvel arrivant ou d'être considéré comme différent dans une municipalité de moins de 2000 habitants. Des gens jugeront possiblement négativement le chef du NPD à cause de son habillement, mais ces préjugés ne doivent pas décourager l'homme ciblé. Les préjugés ainsi que les stéréotypes seront toujours présents, mais en espérant que les électeurs pourront faire leur choix en se basant uniquement sur les propositions électorales. Somme toute, les propositions ne sont pas des promesses, il faut se le rappeler. Pour les trois paliers gouvernementaux, il y a quelques fois désaccord entre ces deux aspects.

Sa visite en terre des bleuets

La tournée a débuté au Saguenay Lac-Saint-Jean en compagnie de la candidate néo-démocrate ,Gisèle Dallaire, pour l'obtention du siège laissé vacant par l'ancien député conservateur Denis Lebel ( http://ici.radio-canada.ca/premiere/emissions/ya-des-matins/segments/entrevue/41716/jagmeet-singh-npd-chef-entrevue ). Le chef du parti en a profité pour faire du porte-à-porte avec cette dernière et prendre part à plusieurs bains de foule. Il a longtemps parlé de l'importance de voter pour son parti dans le but de régler le problème du bois d'œuvre qui touche particulièrement cette région. Il y a de cela quelques mois, la nouvelle administration américaine, dans l'optique d'être commercialement le plus protectionniste possible, a imposé une taxe de 7% sur le bois d'œuvre canadien ( http://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1041963/bois-doeuvre-trudeau-trump-canada-etats-unis-tribunaux-taxe-litige-commercial ). La région du Saguenay, comme beaucoup de régions canadiennes, exporte de ce bois aux États-Unis ce qui n'aide en rien l'industrie. Le NPD se dit plus apte que les libéraux à négocier avec le gouvernement américain. Faute d'avoir tort, les troupes de Monsieur Singh veulent mettre plus d'accent sur les enjeux économiques face à l'incertitude politique de notre voisin les États-Unis. Le NPD veut parler de tout sauf des signes religieux de leur chef qui s'avère à être un enjeu bidon. Tel qu'il l'a dit lors de sa victoire, les inégalités de revenus et une réforme électorale sont deux enjeux qui le touchent grandement. Nous devrions en entendre parler en long et en large dans les mois à venir.

La stratégie électorale qui semble envisageable

Est-ce que Jagmeet Singh doit se présenter lors d'une partielle pour être présent au plus vite à la Chambre des communes ? Pour lui et son équipe, ça ne semble pas être une priorité. Comme Andrew Scheer, chef du Parti conservateur, son but premier est de se faire connaitre alors il est peu d'important s'il intervient lors de la période de questions à Ottawa. Il doit être présent à de multiples évènements d'envergure à l'ensemble du pays, assister à des émissions télévisées et faire la une des journaux le plus possible, non pas pour des controverses, mais pour des raisons positives. Le point positif pour le NPD est qu'il a encore deux ans pour se préparer avant les élections fédérales et espère sans nul doute que la lune de miel de Trudeau prendra bientôt fin.