LES BLOGUES

Sur le chemin du Compostelle québécois: Donnacona à Saint-Augustin-de-Desmaures (12)

01/11/2014 08:24 EDT | Actualisé 01/01/2015 05:12 EST

Mercredi 10 septembre - Donnacona à Saint-Augustin-de-Desmaures: 30 km.

Journée copieuse oblige, nous nous sommes levés aux aurores. Avec un prometteur 30 km au tableau, les lumières de l'église de Donnacona se sont allumées à 5h. Curieusement, je me suis vite habitué à ce rythme très matinal. Faut dire qu'en rejoignant mon sac de couchage vers 21h-22h, je suis comme qui dirait en plein jetlag !

compostelle quebecois 12

Cette belle Américaine méritait bien une photo.

J'ai fait le plein d'énergie en déjeunant plus qu'à l'accoutumée. Pour le plein de confiance, c'est autre chose, vu mon mollet convalescent. Une autre douleur est apparue sur le dessus de mon pied gauche, ce qui n'a fait qu'accentuer mon appréhension. Disons que je n'étais pas dans les meilleures dispositions pour entamer une marche de cette envergure. Ayant eu vent de mes petits soucis, Doris m'a prêté une chaussette de contention, qui m'a fait le plus grand bien, en y associant le traditionnel cocktail massages/médicaments.

compostelle quebecois 12

Comme un air de Provence...

Nous nous sommes élancés à 6h30, à la fraîche comme on dit, avec un petit 8 degrés pour nous raffermir les pensées. Nous avons continué à suivre le chemin du Roy, comme nous le faisons pratiquement depuis le début du pèlerinage. Et puisque nous sommes bénis des cieux, nous avons encore eu droit à une belle journée, assortie d'un agréable, mais épuisant 30 degrés. Nous nous sommes rapprochés de la capitale Québec (située à une vingtaine de kilomètres), que nous atteindrons demain... sous la flotte, selon les prévisions météo. Nous continuons d'apprécier toutes les belles maisons que nous croisons sur notre chemin.

style="float: Après une première halte, vers 10h, nous avons quitté la route 138 pour nous enfoncer dans la campagne, en empruntant un itinéraire très prisé des cyclistes, serpentant au milieu de champs. Nous avons rejoint le campus universitaire Notre-Dame-de-Foy vers 14h. Ce soir, nous dormons dans une des résidences étudiantes du site, autrefois propriété de religieux. À peine arrivés, nous nous sommes rués vers les douches, comme toujours, histoire de faire disparaître cette seconde peau qu'on appelle la transpiration. Demain, nous arpenterons les rues de la doyenne d'Amérique du Nord (406 ans). Ce sera la première fois que je rallie la Capitale nationale à pied, et je dois dire que je suis impatient. Nous y entrerons par la Grande Allée, une longue avenue parsemée de demeures cossues qui nous fera passer devant le parlement québécois et sa magnifique Fontaine de Tourny, un des legs du 400e anniversaire de la ville, retapée par la maison Simons après avoir été ramenée de Bordeaux.

Pour la deuxième nuit d'affilée, nous aurons droit à un lit, ce qui est devenu un luxe quand on est contraint de dormir à même le sol. Mais c'est ça, le Compostelle québécois.

Marcher, c'est aussi revenir à l'essentiel.

Lundi: Saint-Augustin-de-Desmaures à Québec.

Ce billet a été initialement publié sur le blogue d'Olivier Pierson, L'écriturien

compostelle quebecois 12

Le pèlerinage de 2014 aura été béni des cieux. On ne pouvait demander mieux pour apprécier les paysages...

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Le fleuve Saint-Laurent en images

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter