Olivier Grondin

RECEVEZ LES NOUVELLES DE Olivier Grondin
 

Te briser quatre dents et t'en réparer une

Publication: 27/03/2013 11:43

Dernièrement, Coca-Cola lançait une campagne de protection de l'ours polaire, au centre-ville de Montréal. Un visuel très plastique à l'appui, Coke nous annonçait qu'il allait investir des millions dans la protection de leur habitat naturel. Certaines personnes de mauvaise foi pourraient avancer que Coke est responsable de la déforestation d'une quantité faramineuse d'hectares de forêt tropicale en Colombie, en plus d'être responsable de plusieurs atrocités sur le plan social et humain, mais ces personnes passeraient à côté de l'essentiel.

Il faut reconnaitre l'effort de Coke pour ce qu'il est, une noble aventure afin de sensibiliser les populations occidentales aux menaces qui pèsent sur cet animal adorable et attachant qu'est l'ours polaire. Souligner les liens entre la déforestation, l'augmentation des gaz à effet de serre et la fonde de la calotte glaciaire serait fallacieux et pathétique.

Ce sont les mêmes moralistes jusqu'au-boutistes qui souligneront le caractère ignoble de la collaboration de Barrick Gold à l'exposition du musée d'art moderne de Montréal sur le Pérou.Même si des populations autochtones s'unissent pour dénoncer le comportement de la minière au travers le monde, la compagnie fait le choix éclairé du respect et de la compréhension en finançant une exposition pour maintenir active l'art et la culture autochtone des Péruviens. Définitivement, les moralistes ont une vision très manichéenne des choses.

À en croire ce qu'ils racontent, Enbridge aurait des intentions malicieuses lorsqu'elle propose à des petites villes traversées par leurs pipelines de commanditer leurs services de prévention des incendies. Ce don de toute bonne foi de la part de Enbridge serait imputable à un désir d'acheter l'opinion locale à défaut de pouvoir démontrer un bilan environnemental rassurant. Il est d'autant plus ridicule que des environnementalistes sans grande conscience dénoncent la grossièreté du concert contre le cancer organisé par cette entreprise. Quiconque ne verrait dans ce concert qu'une simple opération de relations publiques et de blanchiment de leur image de marque est forcément atteint de paranoïa sérieuse.

Le fait que des cancers rares soient présents dans les communautés vivant près des exploitations de sables bitumineux ne relève pas non plus d'une indifférence ou de la complaisance de la pétrolière Enbridge, elle relève, comme l'affirment d'ailleurs les études gouvernementales, d'une malchance particulière.

Comprenez-moi bien, je ne souhaite pas dire que les entreprises n'ont aucun tort, mais il faut reconnaitre que, contrairement aux groupes environnementalistes, ces entreprises entretiennent de bonnes relations avec le gouvernement fédéral conservateur qui, rappelons-le, nous représente tous démocratiquement. Il n'y a pas si longtemps, les États-Unis déclaraient que les manifestations étaient une forme légère de terrorisme alors que notre gouvernement déclarait que les écologistes constituaient une menace à surveiller. Il est aisé de remarquer qui a nos intérêts à cœur!

Tout porte à croire que cette mauvaise foi dont les groupes écologistes accusent les grandes compagnies n'est qu'une projection des visées de ces dangereux extrémistes.

Où sont les médias pour souligner l'émergence de mouvements citoyens qui dénoncent et critiquent les écologistes et leurs discours tueurs d'emplois?

Soulignons brièvement la sortie récente des employés de Agnico-Eagle Mines Ltd ou encore l'initiative purement citoyenne Ethical Oil qui se vante fièrement de n'être financé que par des citoyens canadiens ainsi que les filiales canadiennes des compagnies pétrolières internationales.

Il faut apprendre à se méfier des écologistes, ce sont le style d'extrémistes qui plutôt que de regarder la dent qu'on vient de te reconstruire pointe les quatre autres qu'on t'a pétées dans la gueule.

LIRE AUSSI

Loading Slideshow...
  • 17. Australie

    Ce classement est le fruit d'une étude réalisée par le <em><a href="http://www.conferenceboard.ca/hcp/overview/environment_fr.aspx">Conference Board du Canada</a></em>. Il s'appuie sur des critères tels que: la qualité de l'air, la production et le recyclage des déchets, la consommation d'eau par habitant, la préservation de la biodiversité, la gestion des ressources naturelles, l'efficacité énergétique, la lutte contre les changements climatiques.

  • 16. États-Unis

  • 15. Canada

  • 14. Pays-Bas

  • 13. Belgique

  • 12. Finlande

  • 11. Allemagne

  • 10. Danemark

  • 9. Autriche

  • 8. Italie

  • 7. Japon

  • 6. Suisse

  • 5. Irlande

  • 4. Royaume-uni

  • 3. Suède

  • 2. Norvége

  • 1. France

 

Suivre Olivier Grondin sur Twitter: www.twitter.com/OlivierGrondin

Suivre Le HuffPost Québec