LES BLOGUES

Mommy a-t-il des chances de remporter un Oscar?

23/10/2014 12:07 EDT | Actualisé 22/12/2014 05:12 EST

Plus de 10 ans après Les Invasions barbares de Denys Arcand, Mommy de Xavier Dolan sera-t-il le prochain film québécois à remporter l'Oscar du meilleur film en langue étrangère? Si la saison des prix est encore très jeune, le film du jeune réalisateur semble avoir de bonnes chances d'obtenir une nomination, mais il y a d'autres candidats à surveiller.

Premier constat, Dolan n'est pas seulement le chouchou des médias français, son cinéma rejoint aussi les Américains. Par exemple, à Cannes, plusieurs critiques très sérieuses ont applaudi son travail. Le Time Magazine avait beaucoup aimé Mommy tout autant que le Variety qui parle du cinéaste comme «l'enfant terrible» du cinéma canadien.

D'autres, à juste titre d'ailleurs, font des parallèles entre le cinéma de Dolan et celui d'Almodovar dans sa première période. Des œuvres éclatées, survitaminées qui annoncent un cinéma plus mature dans quelques années. L'accueil est donc plus que favorable, une condition sine qua non à l'obtention d'un prix à Hollywood.

Il faudra toutefois voir si la tendance demeure la même lorsque le film sortira sur les écrans américains en janvier 2015. C'est à ce moment-là que le New York Times, le LA Times ou les critiques influentes comme Richard Roeper donneront le ton. Mais jusqu'ici, tout va bien.

Des candidats sérieux

Voyons maintenant voir à quoi ressemble l'année pour les films étrangers. À vue de nez, la compétition est solide, mais aucun favori n'a encore émergé. Par exemple, en 2012, tout le monde savait que film iranien Une Séparation avait une longueur d'avance. Rebelote en 2013, tous les parieurs avaient mis leur argent sur Amour, de Michael Haneke. L'an passé, avec La Vie d'Adèle sur les lignes de côté, le chemin était libre pour La Grande Bellazza.

Cette année, pas vraiment de meneur. Toutefois, il y a plusieurs autres films de grande qualité. Auréolé de sa Palme d'or, le film turc Winter Sleep, de Nuri Bilge Ceylan, pourrait être considéré comme le favori actuellement. On parle aussi du film polonais Ida, bien formaté pour plaire aux votants de l'Académie des Oscars.

D'autres œuvres sont à surveiller notamment le drame social Deux jours, une nuit, des frères Dardenne (Belgique), Timbuktu (Mauritanie), Relatos Salvajes (Argentine), Behavior (Cuba), Tangerines (Estonie), Saint-Laurent (France), White God (Hongrie) et Leviathan (Russie).

Dernier obstacle et non le moindre: Mommy doit être vu par les membres de l'Académie! Cela peut sembler absurde, mais plusieurs votants ne visionnent pas tous les films. Avec un record de 83 œuvres, la tâche risque donc d'être compliquée pour certains pays.

Avec son prix du jury en poche et profitant de sa sortie en janvier, Mommy devrait toutefois être sur l'écran radar. En parallèle, le distributeur américain Roadside Attractions qui avait poussé Biutiful jusqu'aux nominations en 2011 devra également être très actif pour mousser le film de Dolan.

Fort de leur expérience avec Incendies et Monsieur Lazhar nommés aux Oscars en 2011 et 2012 respectivement, le distributeur québécois Séville aura un rôle à jouer dans ce lobbying très intense qui mènera jusqu'à la soirée ultime.

Dolan, trop jeune?

Le premier film de Dolan J'ai tué ma mère avait déjà représenté le Canada pour l'Oscar du meilleur film étranger en 2010, mais n'avait pas été nommé. Cette fois-ci, il devrait s'assurer à tout le moins d'une nomination, mais reste un gros point d'interrogation: Mommy, film jeune, écorché et criard, trouvera-t-il grâce auprès de l'Académie qui préfère les œuvres plus consensuels?

Pas si sûr, car les exemples ne manquent pas. Almodovar a certes obtenu l'Oscar, mais c'était pour Tout sur ma mère, son film de la maturité et le plus grand public. En 2009, Departures avait battu un chef-d'œuvre sur l'horreur de la guerre Valse avec Bachir. L'année suivante, Dans ses yeux s'était imposé devant un film brut d'une poésie noire Un prophète... la liste est longue!

À 25 ans, Dolan rêve sûrement d'un Oscar après avoir goûté au glamour cannois. Mais Hollywood ne se donne pas si facilement aux jeunes impatients, l'industrie aime les triturer, les faire attendre...

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

MOMMY de Xavier Dolan

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter