Nic Payne

RECEVEZ LES NOUVELLES DE Nic Payne
 

PQ vs PLQ, ou Dupond contre Dupont

Publication: 02/04/2014 00:39

Voici une rare intervention au « je ».

En cette période électorale, je sais que certains de mes lecteurs sont indisposés ou déçus par mes critiques régulières à l'endroit du Parti québécois. Ils trouvent qu'en comparaison, je ne critique pas assez le Parti libéral, « notre vrai adversaire ».

Je sais aussi que dans la culture souverainiste, le PQ bénéficie encore bien souvent d'une certaine sympathie héritée de longue date, même chez ceux qui appuient désormais d'autres partis parce que le PQ est devenu une sorte de fossile.

Je sais également que les libéraux sont fourbes et très probablement corrompus. Cela va un peu de soi, puisque nous parlons ici d'un parti dont le fonds de commerce consiste depuis des décennies à maintenir le Québec sous une tutelle qui va à l'encontre des intérêts nationaux de sa majorité, avec la culture de servilité, d'intéressement et de retours d'ascenseurs que cela suppose.

Le PLQ, c'est le spectacle des valets de service à son meilleur. C'est une évidence. Je le sais. J'ai moi-même passé des années à me réveiller la nuit pour haïr les libéraux, ces fossoyeurs sans scrupules de mes aspirations les plus profondes.

Mais il y a un mais. Ce mais tient au fait que je m'efforce, au meilleur de mes capacités, de penser librement et de faire mes choix politiques le plus loin possible de toute partisanerie. En tout cas, j'essaie.

Dans cette perspective, comme indépendantiste, je tâche d'apprécier au mérite ce que sont et font les divers partis politiques québécois. Qu'ils s'appellent PLQ, PQ ou Pierre, Jean, Jacques, si je pense qu'ils nuisent à l'accession du Québec à son indépendance, je le dis.

Or, même si j'aimerais bien qu'il en soit autrement, tout m'amène de façon récurrente au constat que le PQ est tellement efficace à rendre l'objectif indépendantiste suspect, indéchiffrable et inatteignable, que le PLQ est tout simplement hors-jeu sur cette question. Les libéraux n'ont rien d'autre à faire que de brasser un peu de référendum de temps en temps, pour aussitôt voir les élites péquistes s'empêtrer lamentablement dans un charabia fumiste digne de ce que la politique fait de pire.

Le PQ entache l'indépendantisme, il lui donne mauvaise presse. Il rend l'indépendance caduque en prétendant qu'on peut et qu'on doit d'abord faire de grandes choses dans la province, il la rend effroyable à travers sa propre peur panique d'en parler, il la rend rébarbative en la confondant avec la trame de la gouvernance quotidienne et son lot d'insatisfaction et de décisions foireuses, il la rend partisane en la transformant en marque de commerce antilibérale sans contenu, il la rend petite en la confinant au simple nationalisme provincial et il la déguise en référendum à force de sans cesse focaliser l'attention, à coup de mystère, sur ce mythique événement qui n'arrive apparemment jamais. En faisant tout cela au lieu de se donner un engagement indépendantiste concret et immédiat, il s'enlève la capacité de rassembler et provoque lui-même l'éparpillement qu'il ne cesse de dénoncer.

Comme si ce n'était pas déjà assez, ce sont les péquistes eux-mêmes qui travaillent le plus fort à démobiliser les indépendantistes en leur expliquant sans relâche qu'on ne peut rien faire, qu'il ne faut rien dire et que l'indépendance est un fantasme lointain et déraisonnable.

De cet état de choses, je conclus que le Parti québécois, dans sa mouture actuelle, est une nuisance importante à l'indépendance - pardon à ceux que ça choque. Dans un tel contexte, casser du sucre électoral sur le dos des libéraux ne s'impose pas à moi comme une urgence absolue, et encore moins ménager le PQ juste parce qu'il est leur adversaire. Je pense au contraire que les libéraux ne peuvent pas espérer mieux actuellement que de voir les indépendantistes appuyer ce bon vieux partenaire de tango provincial qui s'empêche toute action indépendantiste. À mon sens, la vraie victoire des « fédéralistes » ne réside pas tant dans une possible victoire du PLQ, que dans le fait d'avoir vu s'installer au Québec une alternance confortable entre deux partis de simple gouvernance provinciale.

Comme je n'ai aucune intention d'encourager ce cycle délétère, il ne faut pas compter sur moi pour me restreindre à penser uniquement en fonction de la présente joute électorale provinciale - très provinciale. Je suis totalement opposé aux libéraux; mais je suis tout aussi opposé à l'élection d'un parti qui croit nécessaire de laisser tomber l'indépendance pour les battre.


> Élections 2014: les nouvelles et les blogues du HuffPost sur la campagne.

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Loading Slideshow...
  • Catalogne

    Rattachée à l'Espagne depuis 1714 et peuplée de 7,2 millions d'habitants, c'est l'une des 17 régions autonomes d'Espagne. Elle est en proie à une forte poussée indépendantiste depuis plus d'un an, sous l'effet notamment de la crise économique. Le président de région, Artur Mas, a annoncé jeudi un référendum sur l'indépendance pour le 9 novembre 2014, suscitant la colère de Madrid. Selon un récent sondage, 48,5% des personnes interrogées se disent en faveur de l'indépendance.

  • Écosse

    Les Écossais décideront, le 18 septembre prochain, de l'indépendance de leur province, rattachée au Royaume-Uni depuis 1707. Le Premier ministre britannique David Cameron a été contraint d'accepter ce scrutin, sous la pression du numéro un du gouvernement écossais, Alex Salmond, dont le Parti national écossais (SNP) dispose de la majorité absolue au Parlement régional. M. Salmond a précisé qu'une Ecosse indépendante disposerait de sa propre défense, rejoindrait l'UE et l'OTAN, mais conserverait la reine comme monarque et la livre sterling pour monnaie. Depuis une vingtaine d'années, environ un tiers des électeurs écossais se disent prêts à voter pour l'indépendance, selon une majorité de sondages.

  • Pays Basque

    La tension indépendantiste s'y est récemment apaisée depuis que le mouvement Herri Batasuna, branche politique de l'ETA, a annoncé sa dissolution en janvier 2013. Ce groupe séparatiste, classé organisation terroriste par les Etats-Unis et l'UE, considéré comme responsable de la mort de 829 personnes en 40 ans de violences, avait lui même annoncé en octobre 2011 l'arrêt de son action armée. Il refuse cependant de déposer les armes et dénonce le refus de l'Espagne et de la France de négocier le sort des quelque 600 de ses membres détenus dans les prisons des deux pays.

  • Corse

    La seule collectivité en France à disposer d'un statut particulier qui lui confère davantage de pouvoirs. Les indépendantistes ont revendiqué des dizaines d'attentats en 2012 dans l'île, et le ministre de l'Intérieur Manuel Valls a réaffirmé récemment la "détermination du gouvernement lutter contre cette dérive mafieuse". Une des principales revendications des indépendantistes est que le corse devienne une langue officielle au même titre que le français.

  • Flandre

    Les indépendantistes flamands, avec la Nouvelle alliance flamande (N-VA), ont gagné les élections municipales en octobre 2012. La victoire à Anvers de leur chef, Bart De Wever, reflète le mécontentement traditionnel des Flamands qui estiment que leur riche région subventionne la Belgique francophone (4,5 millions d'habitants). Ils demandent le remplacement de l'État fédéral belge (Flandre, Wallonie francophone et la capitale, Bruxelles, bilingue), par une confédération, comme un premier pas vers une éventuelle indépendance de l'État flamand.

  • Tibet

    Le gouvernement tibétain en exil considère la présence chinoise comme une occupation étrangère ayant débuté lors de ce qu'il appelle l'invasion de 1950-1951. Depuis 1979, le 14e Dalaï Lama ne demande plus l'indépendance, mais une autonomie réelle pour l'ensemble des régions de population tibétaine. Mais pour la Chine, le niveau d'autonomie réclamé par le Dalaï Lama signifie l'indépendance du Tibet.

  • Québec

    L'histoire du Québec a été marquée par différents mouvements nationalistes. La création de partis souverainistes dans les années 60, dont celle du Parti québécois en 1968, a remis la question de l'indépendance sur le devant de la scène politique. Question qui a été soumise à la population à deux reprises lors des référendums de 1980 et 1995.

Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.


> Comment connecter son compte HuffPost à Facebook pour pouvoir commenter?
 

Suivre Nic Payne sur Twitter: www.twitter.com/nic_payne

Suivre Le HuffPost Québec