LES BLOGUES

Option nationale et la course à la direction du Parti québécois

19/10/2014 11:49 EDT | Actualisé 19/12/2014 05:12 EST

Il y a quelques mois, j'évoquais la possibilité qu'un candidat portant les idées d'Option nationale s'inscrive dans la course à la direction du Parti québécois.

Le scénario présenté mettait en scène ma propre personne, mais l'objectif essentiel de cette sortie, décidée de concert avec le Conseil national d'ON, était de réaffirmer notre volonté d'agir et de peser dans le contexte post-électoral qui se dessinait, et de le faire dans l'esprit de coopération et de transgression des lignes partisanes qui est au fondement même de notre parti. Nous comptions et comptons toujours porter sur toutes les tribunes à notre disposition un engagement indépendantiste clair, ouvert et assumé.

Déjà, nous avons pratiqué cette philosophie dans la course à la direction du Bloc québécois. Quoi qu'on pense par ailleurs du Bloc et de son nouveau chef, le résultat de cette course fut un fort message en faveur d'une position indépendantiste plus affirmée.

Quant à la course à la direction du PQ, ce qui était à prévoir est de plus en plus clair: vraisemblablement, aucun candidat potentiel d'ON n'a les entrées péquistes nécessaires à rencontrer les critères de participation désormais connus.

Dans ce contexte, Sol Zanetti pose aujourd'hui une question pertinente: appuierons-nous un candidat dans cette course ?

Chose certaine, il faut immédiatement souligner que même si les membres d'ON en venaient à choisir une telle avenue, cela ne constituerait surtout pas un ralliement au PQ. Il suffit de connaître les militants d'ON pour savoir à quel point, pour une grande part d'entre eux, le PQ ne représente pas grand-chose, sinon une institution embourgeoisée qui ne sait plus trop à quoi elle sert, coincée entre la volonté d'attirer le vote indépendantiste et la peur panique de prendre quelque engagement indépendantiste que ce soit. Je sais, on m'en voudra de ce portrait, mais il s'agit là d'une perception bien ancrée qui, d'ailleurs, déborde bien amplement du strict cadre d'Option nationale. Ceux qui ne s'en seraient pas aperçus doivent urgemment s'ouvrir les yeux.

De plus, on sait depuis longtemps que les ténors péquistes sont très capables de parler d'indépendance aux indépendantistes dans le cadre de débats internes, ce que sera cette course en très grande partie, bien évidemment.

Si jamais Option nationale appuie de quelque façon que ce soit un candidat à la direction du PQ, ce sera sans doute pour soutenir et aider un engagement indépendantiste clair. Un tel engagement pourrait-il traverser la course et prendre effet au PQ de façon durable, notamment en contexte électoral? Il faudra voir à l'usage. À cet égard, si le passé est garant de l'avenir, nous sommes encore loin d'un rapprochement plus large entre Option nationale et le Parti québécois.

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Qui pourrait prétendre à la chefferie du PQ?

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter