URBANIA

Urbania

Quelques doigts de déshonneur

Tes doigts fièrement tendus, tout comme celui qu'il m'est déjà arrivé de tendre, nous associent implicitement mais sûrement, à ceux qui sont entrés dans les chambres cette nuit-là, fiers de prendre de force des personnes non consentantes...
Urbania

Urbania sera publié une fois l'an

Le magazine Urbania change de formule. Publié quatre fois l'an depuis près de 11 ans, le magazine ne sera désormais diffusé qu'une seule fois par année. Dans un billet de blogue, l'équipe explique qu...
Getty

Abus textuels

J'ai arrêté de vivre. J'ai arrêté d'être moi même. Je suis rentrée dans un cycle d'auto-destruction complète. Aidez-moi.
Shutterstock

Lâcher prise

Était-ce une exagération, parce que Judith Lussier ressent, comme moi rue Berri, un sentiment de malaise quand un homme lui signifie, adroitement ou non, un quelconque intérêt à vocation de rapprochement, parce qu'elle sait qu'elle est, à cet instant précis, une déception en devenir puisque les Dieux et les hasards ont orienté sa boussole vers l'autre flanc de la montagne?
bum

Le monstre, la chanteuse et <em>Le Devoir.</em>

Pendant que j'écris ce texte, et que par conséquent j'effectue des recherches rigoureuses pour le documenter avec le plus grand soin, je m'aperçois que Sophie Durocher vient d'écrire sur le sujet. Et alors que je m'apprête à dévorer Madame Martineau -- c'est une image -- je me rends compte que je n'ai pas versé ma dîme de quatre-vingt-dix-neuf sous au site du Journal de Montréal, et que par conséquent son texte ne m'est pas accessible. Sueurs. Courir le risque de ne pas la lire et échapper la substantifique moelle de l'affaire Anik Jean, ou défrayer? On est en janvier, la dinde n'est même pas finie de payer, et puis j'ai acheté le Devoir ce matin. Ça ferait beaucoup de frais pour rien. Le Devoir. Voilà un journal sérieux.