GEL

QMI

Marois ranime le gel des frais de scolarité

Le conseil national du Parti québécois a endossé dimanche une proposition pilotée par son aile jeunesse qui ouvre toutes les options susceptibles de réduire l'endettement étudiant, y compris le gel des frais. Cette proposition constitue toutefois une brèche dans la position du gouvernement qui, depuis des mois, privilégie l'indexation des frais. Un gel effectif serait toutefois un nouveau recul de la part du gouvernement péquiste qui beaucoup concédé au mouvement étudiant.
PC

Contre la hausse... et contre le gel!

La question des frais de scolarité revient à l'agenda politique de manière cyclique : après un certain nombre d'années, le gouvernement se retrouve dans l'obligation de revoir le financement des études universitaires, les coûts ayant explosé. La raison derrière ceci est pourtant simple : en gelant les frais de scolarité, la part payée par l'étudiant diminue d'année en année, alors que la part du gouvernement augmente constamment considérant l'inflation qui gonfle les coûts d'environ 3 % annuellement.