Critique Theatre

Villes: une collection très particulière

Marie-Claire Girard | Publication 14.04.2014
Marie-Claire Girard

Il faisait beau samedi dernier pour faire changement, la vie était belle et j'étais dans un complet état de réceptivité en me rendant au Théâtre des Écuries pour tomber sous le charme de ces Villes racontées par le talentueux Olivier Ducas.

Le dragon d'or: la vie c'est comme une dent

Marie-Claire Girard | Publication 11.04.2014
Marie-Claire Girard

Il y a plusieurs bonnes idées dans la pièce de Roland Schimmelpfennig présentée sur la scène du Prospero, mais ces bonnes idées se perdent dans un salmigondis d'histoires parallèles et de pistes narratives qui ne mènent à rien.

The Dragonfly of Chicoutimi ou la libellule de Saguenay

Marie-Claire Girard | Publication 09.04.2014
Marie-Claire Girard

The Dragonfly of Chicoutimi est une surimpression entre passé et présent qui laisse aux fantômes l'opportunité de revenir en force. Et à la mémoire, l'occasion, comme une pierre lancée par un enfant, de faire des ronds dans l'eau.

L'oeil était dans la tombe et regardait Caïn - Marie-Claire Girard

Marie-Claire Girard | Publication 28.03.2014
Marie-Claire Girard

Cinq beaux jeunes gens, une scène couverte de vêtements épars et un écran comme toile de fond. Un texte de Guillaume Corbeil d'une rare intelligence mis en scène par un Claude Poissant au sommet de sa forme qui a compris combien cette pièce est à la fois séduisante et pernicieuse. Cinq visages de Camille Brunelle,, c'est tout ce dont on a besoin.

Rouge: Rothko et la couleur

Marie-Claire Girard | Publication 21.03.2014
Marie-Claire Girard

Rouge est mis en scène de façon fort efficace par Serge Denoncourt. Dès le lever du rideau, on se retrouve à l'intérieur de l'atelier du peintre. Et tout y est, le désordre, les objets hétéroclites, les canevas, les pinceaux et les pots de peinture. Il n'y manque que l'odeur de la térébenthine.

As is (Tel quel): un magnifique fouillis

Marie-Claire Girard | Publication 14.03.2014
Marie-Claire Girard

La métaphore du compacteur est puissante dans As is (Tel quel) de Simon Boudreault, la mécanique sans appel qui broie les objets et qui s'établit en parallèle avec le lieu de travail de ces êtres poqués dont on suit avec ferveur les destins contrariés.

«L'architecture de la paix»: une construction chambranlante - Marie-Claire Girard

Marie-Claire Girard | Publication 05.03.2014
Marie-Claire Girard

Le décor de L'architecture de la paix présentée à L'Espace Go est magnifique. Hélas, c'est à peu près le seul élément de ce spectacle qui m'a plu.

Ligne de bus: qui trop embrasse mal étreint

Marie-Claire Girard | Publication 12.04.2014
Marie-Claire Girard

Il n'y a rien d'abouti dans ce texte confus au sujet duquel je me suis questionnée à plusieurs reprises: quel est au juste le propos, qu'est-ce qu'on veut nous dire, quelles sont les motivations de certains des personnages et, en fait, qu'est-ce que certains de ces personnages viennent faire là-dedans?

Le cellulaire d'un homme mort: la technologie existentielle

Marie-Claire Girard | Publication 30.03.2014
Marie-Claire Girard

Il y a une gravité qui se dissimule sous le masque de la futilité dans cette pièce. À travers des rebondissements tous plus invraisemblables les uns que les autres, se fait jour une réflexion sur la place de cette technologie qui nous demande d'exister par et pour elle.

Tu te souviendras de moi : une pièce dont on va se rappeler

Marie-Claire Girard | Publication 25.03.2014
Marie-Claire Girard

Je vous préviens tout de suite: vous allez assister à un morceau de bravoure en allant voir Tu te souviendras de moi : un très bon texte desservi par d'excellents comédiens au-dessus desquels plane Guy Nadon.

La ménagerie de verre: toute la fragilité du monde

Marie-Claire Girard | Publication 22.03.2014
Marie-Claire Girard

La traduction de René Gingras de la pièce de Tennessee Williams est d'une grande justesse. On reste dans l'esprit du sud, mais avec une langue adaptée à la modernité et avec un texte qui est parfaitement maîtrisé par les comédiens.

Pique de Robert Lepage: une planète sans atmosphère

Marie-Claire Girard | Publication 18.03.2014
Marie-Claire Girard

J'emprunte cette métaphore de la planète sans atmosphère à Donna Tartt dont je viens de terminer The Goldfinch . Elle s'applique très bien à cette création de Robert Lepage qui a voulu mettre en scène un univers à qui il manque le principal: une respiration.

La concordance des temps fait du bien à l'âme

Marie-Claire Girard | Publication 07.02.2014
Marie-Claire Girard

La concordance des temps, c'est l'histoire d'une rupture, jouée avec les deux points de vue, souvent contradictoires, de l'homme et de la femme. Un spectacle où le souci de la nuance s'exprime dans le langage, la gestuelle, le décor, la musique et transporte le spectateur en lui procurant une expérience unique.

Les 2h30 des Contes urbains filent comme l'éclair

Marie-Claire Girard | Publication 05.02.2014
Marie-Claire Girard

Ah! Cette génération Y! Alors que la semaine dernière, elle me laissait perplexe et confuse avec Mommy, cette semaine elle m'enchante avec les Contes urbains. Écrire est un art de la pensée, dire est l'art de la séduction et les deux s'allient formidablement dans le spectacle présenté à La Licorne.

Mommy: où sont passés les rêves?

Marie-Claire Girard | Publication 01.02.2014
Marie-Claire Girard

Écrit, mise en scène et jouée par Olivier Choinière avec la complicité de cinq comédiens et d'un DJ, Mommy veut dénoncer, si j'ai bien compris, cette nostalgie d'un passé révolu qui habite le Québec tout entier (ah bon?).

Cranbourne: une savoureuse et profonde comédie humaine

Marie-Claire Girard | Publication 30.01.2014
Marie-Claire Girard

Ce qui fait la force de Fabien Cloutier, en plus de son talent de comédien, de ses textes très travaillés et de ses histoires à tiroirs extrêmement bien construites, c'est cette candeur, cette naïveté sympathique qui gagnent tout de suite le cœur de son public. Même lorsqu'il raconte des énormités, même lorsqu'il frôle le racisme le plus élémentaire et les abysses de la scatologie, il demeure ce jeune homme gentil, vulnérable, intelligent, mais un peu épais.

Les champs pétrolifères, c'est fort, efficace, dur

Marie-Claire Girard | Publication 25.01.2014
Marie-Claire Girard

On a rarement vu plus improbables pygmalions que la famille mise en scène par Patrice Dubois dans Les champs pétrolifères. Ce texte de Guillaume Lagarde est très fort et vient chercher le spectateur dans ses derniers retranchements. Je vous préviens, ce n'est pas une pièce facile à voir.

Les deux bords de la Clôture de l'amour

Marie-Claire Girard | Publication 19.01.2014
Marie-Claire Girard

Comme l'écrivait la romancière anglaise Kate Atkinson, les sujets des romans ou des pièces de théâtre s'avèrent immuablement être l'amour, la guerre ou l'argent. Et parfois une baleine. Clôture de l'amour, présenté au Théâtre de Quat'Sous, ne déroge pas à ce canevas.

La traversée de la mer intérieure est desservie par une mise en scène navrante

Marie-Claire Girard | Publication 11.01.2014
Marie-Claire Girard

Il y a de bonnes idées dans la pièce de Jean-Rock Gaudreault, des thèmes intéressants et un personnage principal comme on en voit peu au théâtre. Mais, hélas, le tout est desservi par une mise en scène navrante et sans imagination.

L'extraordinaire II (deux) de Mansel Robinson

Marie-Claire Girard | Publication 05.11.2013
Marie-Claire Girard

Il faut remercier le ciel pour les bons traducteurs, ceux capables de rendre les images, les sensations, les émotions. Ils ne sont pas si nombreux. Jean-Marc Dalpée est un de ceux-là. Il nous avait donné en 2011 un Hamlet à la puissance 10 au TNM. Cette fois-ci, il nous amène dans l'univers de Mansel Robinson, un dramaturge canadien-anglais.

Andreï: l'ultime looser

Marie-Claire Girard | Publication 01.01.2014
Marie-Claire Girard

Je ne sais pas ce qu'ils ont tous cet automne avec Tchékhov. D'ailleurs en vieillissant, mon intolérance grandit face à la vacuité de certains personnages, de certains textes, de certaines propositions, surtout quand cela provoque chez moi un ennui sans borne et un état proche de la catatonie. C'est le cas avec Andreï ou le frère des Trois sœurs, un texte de Olivier Aubin et Justin Laramée.

La Resistenza, ou l'histoire de l'Italie théâtralisée

Marie-Claire Girard | Publication 08.12.2013
Marie-Claire Girard

De Mussolini à Berlusconi, il n'y a qu'un pas. C'est en tout cas l'impression qui nous reste après avoir assisté à La Resistenza, un collage de textes de divers auteurs italiens mis en scène par Luce Pelletier.

Du bruit et de la fureur efficaces et troublants

Marie-Claire Girard | Publication 03.12.2013
Marie-Claire Girard

J'ai rarement vu autant de bruit et de fureur sur une scène qu'à cette représentation de la pièce écrite et mise en scène par Steve Gagnon : En dessous de vos corps je trouverai ce qui est immense et qui ne s'arrête pas. Et rarement ai-je vu du bruit et de la fureur aussi efficaces et aussi troublants.

Moi dans les ruines rouges du siècle m'a toute remuée

Marie-Claire Girard | Publication 16.11.2013
Marie-Claire Girard

Je suis sortie toute remuée de la pièce écrite et mise en scène par Olivier Kemeid, Moi dans les ruines rouges du siècle. D'abord parce que c'est une histoire formidable et magnifique qui nous tient rivé sur notre fauteuil et ensuite parce que les comédiens ont compris que l'émotion se devait d'être au rendez-vous

Les lacunes Y de Comment je suis devenue touriste

Marie-Claire Girard | Publication 22.10.2013
Marie-Claire Girard

J'aime la Génération Y. Mes enfants et beaucoup de mes amis en font partie. Mais leur théâtre, qui est à leur image, souffre parfois de lacunes. C'est ce que j'ai constaté dans le texte de Jean-Philippe Lehoux Comment je suis devenue touriste.