BERTRAND CANTAT

REUTERS

Noir(s) désir(s)

J'avoue n'avoir jamais entendu la musique de Bertrand Cantat avant de me taper les 6h20 de la trilogie sophocléenne, samedi dernier. Elle est sublime, cette musique. Il s'agit d'un immense talent, sans aucun doute. Il n'y a pas de doute non plus que le coup de génie de cette extravagance théâtrale tient à la transformation du traditionnel choeur grec en choeur rock. On aurait souhaité une inspiration équivalente pour le texte et la mise en scène.