LES BLOGUES

L’avenir des élèves à besoins particuliers s’annonce prometteur!

La politique de la réussite éducative dégage de bonnes intentions au regard des élèves à besoins particuliers.

29/06/2017 12:53 EDT | Actualisé 29/06/2017 12:53 EDT
FangXiaNuo via Getty Images
La politique de la réussite éducative révèle des intentions favorables aux élèves ayant des besoins particuliers.

L'avenir des élèves à besoins particuliers s'annonce prometteur ! La politique de la réussite éducative révèle des intentions favorables aux élèves ayant des besoins particuliers :

1) elle cible sept objectifs dont six partagent un but commun, soit d'augmenter le niveau de performance et de compétence des élèves

2) elle présente trois axes dont le premier porte sur l'actualisation du potentiel des élèves, le deuxième traite de l'inclusion et le troisième concerne l'implication des différents acteurs et partenaires

3) dans l'énoncé de huit enjeux, elle précise 38 actions que le gouvernement posera pour mener à bon terme ce projet ambitieux.

Par exemple : révisera le modèle de financement qui s'applique aux élèves handicapés ou en difficulté d'adaptation ou d'apprentissage;

ajoutera des ressources spécialisées de façon à augmenter l'offre de services intégrés et à améliorer l'accompagnement des élèves ayant des besoins particuliers dans les centres de formation professionnelle et les centres d'éducation des adultes entreprendra des démarches en vue de la création d'un institut national d'excellence en éducation sur la base des recommandations d'un groupe de travail mis sur pied à cet effet;

ajustera la fréquence de l'évaluation des apprentissages de façon à la concentrer aux moments les plus pertinents du parcours scolaire de l'élève. Des réflexions seront menées à cet effet dans le cadre du chantier sur la modernisation des encadrements pédagogiques et des modalités d'évaluation des apprentissages;

valorisera l'engagement des parents dans la réussite éducative de leur enfant dès son plus jeune âge;

soutiendra les parents et les représentants de la communauté qui désirent s'impliquer dans la vie scolaire, notamment dans les conseils d'établissement et les comités de parents;

Comme l'a si bien dit monsieur Edige Royer « cette politique pourrait avoir suffisamment d'effet à condition qu'elle soit implantée comme du monde ! »

Cependant, comme l'a si bien dit monsieur Edige Royer « cette politique pourrait avoir suffisamment d'effet à condition qu'elle soit implantée comme du monde ! »

Pour ce faire, il nous semble important d'apporter, d'abord, des précisions au regard des énoncés principaux de la politique (en particulier les objectifs et les moyens prévus), prévoir des stratégies d'implantation et préparer son évaluation à l'aide de différents moyens éprouvés par diverses méthodes avant son implantation.

À propos des énoncés principaux de la politique, il appert essentiel dans un premier temps de regarder les objectifs afin de déterminer le niveau d'observabilité (c'est possible de le voir ou de l'entendre) et de mesurabilité (il contient au moins un critère) de chacun d'eux. Quel que soit le contexte, un objectif dirige le choix d'actions, de moyens, de stratégies ou de ressources qui sera mis en œuvre pour y arriver. C'est pourquoi l'observabilité et la mesurabilité de chacun des objectifs sont primordiales. De plus, étant observables et mesurables, les objectifs serviront d'un moyen utilisé parmi d'autres pour évaluer l'efficacité et l'atteinte des résultats de la politique.

Deuxièmement, il est fondamental de ne pas confondre les objectifs et les moyens employés pour les atteindre : la cohérence entre ces derniers est incontournable.

Selon notre compréhension, les huit enjeux présentés dans la politique suivis d'une liste de tâches ou d'actions que le gouvernement réalisera sont les moyens prévus.

Autrement dit, ce sont les moyens qui seront mis en œuvre pour atteindre les objectifs de la politique. Dans un tel cas, il serait dès lors avantageux d'associer ces actions ou ces tâches prévues aux objectifs de la politique afin de pouvoir assurer la cohésion. Ainsi, on pourrait soutenir que les ressources déployées, le temps et les efforts consentis dans l'exécution de ces tâches sont significatifs. Cela évitera des coûts d'acquisition et surtout des coûts d'opportunité !

Quant aux stratégies d'implantation, elles sont utiles pour faciliter la réception, l'utilisation et la continuité des multiples tâches ou actions que le gouvernement anticipe.

À l'égard de l'évaluation de la politique, elle pourra se faire à l'aide des objectifs ; des objectifs observables et mesurables sont en soi un moyen d'évaluer l'atteinte de ces objectifs. Toutefois, l'évaluation ne se résume pas à cela. Les moyens prévus (dans ce contexte, les enjeux et les actions que le gouvernement considère) font aussi fonction de l'évaluation.

En somme, la politique escompte la réussite d'un plus grand nombre d'élèves ayant des besoins particuliers. Cependant, c'est la mise à l'essai et l'évaluation de la mise à l'essai de la politique qui finira par le confirmer. En attendant, l'élaboration et la planification autour des enjeux annoncés occupent un rôle décisif dans ce qui sera mis en place. C'est pourquoi il nous est important.

D'ailleurs, en outre de ce qui a été proposé en amont, il serait non négligeable de faire un point sur les plans d'intervention ou de transition.

Étonnement, dans les actions prévues il n'y a rien à ce sujet, alors que le plan d'intervention ou de transition est l'outil prescrit par la loi sur l'instruction publique et l'outil privilégié par la politique de l'adaptation scolaire.

Cet outil joue un rôle majeur en matière de planification et d'organisation des services d'adaptation scolaire et mobilise divers intervenants, parents et élèves. Les divers acteurs impliqués ont de nombreuses tâches, qui se distinguent les unes des autres, pour atteindre un but en commun : la réussite de l'élève sur le plan de l'instruction, de la socialisation et de la qualification.

Ceci dit, pour actualiser le potentiel des élèves à besoins particuliers il faut sans conteste améliorer voire même changer de nombreuses pratiques afférentes à la démarche d'élaboration, de mise en œuvre et de révision de plan d'intervention ou de transition.

En premier, la participation active (au-delà d'un échange verbal) de l'élève à son plan d'intervention et l'implication parentale (au-delà d'une rencontre ou d'une signature) sont, selon plusieurs études, des facteurs qui favorisent la réussite éducative de ces élèves.

Ensuite, l'élaboration, en particulier le contenu consigné dans un canevas de plan d'intervention et la façon dont l'information est consignée dans un canevas de plan d'intervention a des effets sur la mise en œuvre et la révision du plan d'intervention. Et par conséquent, la réussite éducative de l'élève.

Enfin, la politique de la réussite éducative dégage de bonnes intentions au regard des élèves à besoins particuliers, mais la démarche d'implantation choisie et employée est une des fonctions principales dans les retombées de cette politique.

Objectifs de la politique de la réussite éducative

D'ici 2030, porter à 90 % la proportion des élèves de moins de 20 ans qui obtiennent un premier diplôme ou une première qualification, et à 85 % la proportion de ces élèves titulaires d'un premier diplôme (DES et DEP).

D'ici 2030, réduire de moitié les écarts de réussite entre différents groupes d'élèves

D'ici 2025, porter à 80 % la proportion d'enfants qui commencent leur scolarité sans présenter de facteur de vulnérabilité pour leur développement.

D'ici 2030, porter à 90 % le taux de réussite à l'épreuve ministérielle d'écriture, langue d'enseignement, de la 4e année du primaire (2e année du 2e cycle), dans le réseau public

Augmenter de 5 points de pourcentage la part de la population adulte du Québec qui démontre des compétences élevées en littératie selon les résultats du Programme pour l'évaluation internationale des compétences des adultes (PEICA) de 2022

D'ici 2030, ramener à 10 % la proportion d'élèves entrant à 13 ans ou plus au secondaire, dans le réseau public

D'ici 2030, faire en sorte que tous les bâtiments du parc immobilier soient dans un état satisfaisant

LIRE AUSSI:
» Québec: un tout premier plan d'action pour les communautés autochtones
» Des sites d'injection supervisée en fonction à Montréal
»Les libéraux lancent leur centre de prévention de la radicalisation