LES BLOGUES

La commission de la déprime

01/11/2012 12:02 EDT | Actualisé 01/01/2013 05:12 EST
CP

Suis-je la seule qui déprime à cause de la commission Charbonneau?

Toutes ces allégations, révélations, accusations. Pas un jour ne passe sans son lot de nouveaux acteurs dans un système corrompu jusqu'à la moelle. À les entendre, ils se sont tous graissés la patte. À les entendre, ils en ont tous profité. Sauf les contribuables, qui se rendent compte qu'ils sont les grands perdants du jeu.

Je ne suis pas naïve. Je sais bien que la corruption en politique, ce n'est pas une nouveauté. Mais de voir ça dévoilé en bloc, jour après jour, je commence à perdre foi en nos institutions. Ce n'est pas que les élus et les soi-disant ''servants civils'' qui sont croches; c'est le système au complet qui est érigé sur des valeurs douteuses.

Et ce n'est que le début. Qui sait jusqu'où la corruption s'étend? Qui sait jusqu'où les tentacules de la mafia pénètrent la politique municipale et peut-être même provinciale?

Je suis peut-être idéaliste par contre. Je sais bien que la corruption n'est pas une nouveauté, mais je me disais que c'était subtil, discret, inavouable, honteux. Limité. Contrôlable même. Apparement pas. Apparament, c'était la norme cachée. Acceptable. Tolérée. On compte les billets à la vue de tous. On discute de pourcentage d'extras à ajouter sur les terrains de golf, en compagnie du parrain de la mafia. On se remplit les vestons de billets. Ça me donne le vertige.

Je me demande, comment peut-on s'approprier aussi éhonteusement l'argent de la population? On gonfle les estimations à coup de cent mille. On se donne des enveloppes sans vergogne. Ce n'est pas un système indépendant, c'est un système qui fonctionne selon les désirs d'un cartel.

Le comité éxécutif de la Ville de Montréal qui reçoit des pots-de-vin? Un coffre fort si plein qu'il est difficile de le fermer? Le maire, qui ferme les yeux sur le financement illégal? Pincez moi. Je ne croyais pas voir ça dans notre démocratie, dans notre état de droit. J'ai l'impression qu'on m'arrache mes lunettes teintées roses. Brutalement.

Et, évidemment, personne n'est au courant de rien. Les élus nient en bloc, les fonctionnaires rejettent la faute sur les autres. Malgré le mécontentement de la population, malgré la grogne qui s'élève, les maires de Laval et Montréal continuent de jouer la stratégie du je-n'ai-rien-vu-je-n'ai-rien-entendu. Pouvez-vous nous prendre un peu plus pour des idiots? Ça m'écoeure de la classe politique. Arrêtez de vous entre-déchirer, de tout infirmer. Ça n'aide pas votre image publique.

Oh oui, je garde bien en tête que ce n'est que des allégations. Des ''rumeurs''. Mais tout de même. J'ai tendance à y croire. Et si seulement la moitié de tout ce qui est dit est vrai, ça reste énorme.

Alors ensuite? On fait quoi après ce tourbillon qui soulève la crasse politique? J'ai l'impression que les conclusions de la commission vont nous laisser apathiques, cyniques devant tant à reconsidérer.

Pour espérer un jour revoir un système propre, va falloir se reveler les manches et mettre les deux bras dans la merde. Bien profondément.

La commission Charbonneau en bref

Tony Accurso

Construction: la (longue) marche vers une enquête

La maison de Gilles Vaillancourt en vente (Octobre 2012)